Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Herviaux, Mikaël] MOP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur "MOP"

17% 17% 
[ 1 ]
33% 33% 
[ 2 ]
33% 33% 
[ 2 ]
17% 17% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 6

[Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Saphyr le Sam 29 Mai 2010 - 22:11


Editions : Kyklos
ISBN : 978-2-918406-09-9
408 pages

Quatrième de couverture :

À bientôt quatre-vingts ans, Pierre-André Tanguy qui, jadis, connut le succès et la célébrité, est un acteur fini, amer, replié sur lui-même. Hanté par la mort de Didou, son meilleur ami, délaissé par sa frivole épouse, oublié par le public, il voit le monde se désagréger autour de lui. Mais sa rencontre avec la jeune Mouna sur un quai de métro va bouleverser le cours de son histoire.

Au prix d'incessants aller-retour entre passé et présent, MOP nous plonge au cœur d'un Paname en clair-obscur, révélant un paysage urbain tour à tour âpre et tendre, enchanté et chaotique, peuplé de figures singulières, celles des gens dits « ordinaires » : une diva polonaise, un clochard déclamant du Verlaine, un joueur de oud un peu roublard, un médecin épris de femmes girondes, un Chinois sans-papiers... ainsi qu'un mystérieux bluesman.

Et à la croisée de tous ces destins : MOP.


Mon avis :

Tout d'abord, merci à Partagelecture et aux Editions Kyklos pour cette belle découverte.
J'ai beaucoup hésité à participer à ce partenariat, craignant de ne pas l'honorer par manque de temps. Je m'inquiétais à tort, tant il est vrai que l'on trouve toujours du temps pour les choses importantes.

L'histoire peut pourtant sembler banale, et son personnage principal plus encore. Qu'attendre en effet d'un acteur passé de mode, presque octogénaire, dûment affublé de sa fortune cinématographique, de son appartement dans les beaux quartiers de Paris, de son épouse trop jeune, de son jeune loup d'impresario qui mord allègrement la main qui le nourrit ?
Mais on comprend vite que le problème est là, justement. Pierre-André Tanguy a connu la gloire, une gloire qui s'attarde encore un peu, mais il n'est pas heureux. Ou du moins, il ne l'est plus. Au crépuscule de sa vie, sans enfant, sans véritable ami, qu'a-t-il accompli ? Plus important, que peut-il encore accomplir ?

La rencontre de Mouna au hasard des couloirs du métro, Mouna débordante de vie, vendeuse dans la boulangerie de ses parents et néanmoins artiste, va lui ouvrir les yeux, lui ouvrir le cœur.

Le MOP. Le Metropolitan Orchestra of Paris. Telle sera l'œuvre de sa vie.
D'abord groupement hétéroclite et interlope de musiciens du métro, le MOP va bientôt devenir plus que cela à ses yeux. Le MOP est l'enfant qu'il n'a pas eu : aimant, parfois cruel, source d'une fierté sans borne et de petites déceptions. D'abord rampant et balbutiant, il va grandir, apprendre à marcher, à se tenir droit, pour enfin lancer vers le ciel la mélodie émouvante, riche, métissée, qui parcourt les souterrains parisiens.
Par-dessus tout, le MOP va mener son père spirituel sur les chemins de la vérité. La vérité sur son meilleur ami Didou. La vérité sur la cage dorée dans laquelle il s'est endormi. La vérité sur la bravoure immense de ces hommes et de ces femmes - immigrés, déracinés, écrasés et néanmoins fiers et profondément vivants - qu'il a embarqués dans sa folle aventure.

Et pour servir d'écrin à cette histoire d'une profonde humanité, l'écriture de Mikaël Herviaux nous emporte, nous envoûte, criante de vérité dans ses flambées d'argot, pénétrante par sa richesse. J'ai été soufflée par la qualité de ce texte, par son fini impeccable, par ses sonorités chantantes. J'ai entendu pleurer la vielle, ronfler la bandonéon, monter la voix de cristal d'Aïssatou. J'ai senti mon cœur de serrer et bondir au rythme des déceptions et des espoirs de cet homme né une seconde fois.

J'ai dévoré ce livre, je l'ai adoré, et je l'ai refermé à regret.

Ma note : 9/10
avatar
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 38
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par alexielle63 le Sam 29 Mai 2010 - 22:18

merci Saphyr! je note!
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par PetitePrincesse le Lun 31 Mai 2010 - 17:17

En premier lieu, c'est encore avec une immense gratitude que je remercie Thot, Partage Lecture et les éditions Kyklos pour ce nouveau partenariat, qui est encore une magnifique découverte I love you

MOP, de Mikael Herviaux... Qu'en dire?
MOP, c'est une question: "pourquoi ce titre?" puis une évidence, une bonne centaine de pages plus tard: "évidemment, il n'aurait pu en être autrement"
MOP, c'est un hymne à la vie, un appel à profiter des petits bonheurs qu'elle nous offre: "Le temps presse, prends-le"
MOP, c'est une aventure humaine, un tour du monde grâce aux membres hétéroclites de l'orchestre
Voilà pour le contenu, dirais-je.

Pour ce qui est du "contenant", le style est fluide et réaliste: on a vraiment l'impression de se retrouver avec Pierre-André dans les rues de Paris. J'ai bien apprécié l'humour du narrateur, pince-sans-rire, ironique, franc, rafraichissant.
J'ai beaucoup aimé les passages où l'on suit les futurs membres du MOP. J'ai cependant regretté qu'il y en ait de moins en moins au fur et à mesure que les pages s'égrènent.

Conclusion: cette lecture m'a vraiment enchantée, et c'est moi aussi à regrets que j'ai refermé le livre et laissé partir Pat, Mouna, et tous les autres...
avatar
PetitePrincesse
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 4403
Age : 26
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : Editrice scientifique / lecture (évidemment ^^)
Genre littéraire préféré : surtout SF et fantastique, jeunesse, mais ouverte à plein d'autres choses
Date d'inscription : 01/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Invité le Jeu 10 Juin 2010 - 15:02

Comme je l'explique dans mon article sur le blog, je suis amené à rédiger cet article sans avoir pu lire tout le roman (et cela pour de bien tristes raisons)


Paul-André Tanguy est désormais un vieillard de 80 ans complètement has been. Il ne vit plus que pour son passé d'acteur à succès d'autrefois. Sa femme plus jeune de 30 ans couche avec son agent. Les journalistes se moquent de lui dans des émissions pourries. Bref, PAT est devenu un vieux type bourrue en décalage avec le temps. Dans son livre, il nous raconte à la première personne tout ses souvenirs. L'écriture est très évasive/vagabonde : le narrateur se déplace en taxi; et Hop! il raconte un souvenir des années 60 où il était en taxi. C'est toujours ainsi : des souvenirs simple mais touchants. Et en accumulant tous ses souvenirs un peu nébuleux, on commence à bien cerner le personnage, et on assiste à un véritable témoignage. Mais ça n'est pas une biographie pure d'un personnage fictif. En effet, le livre met en scène les rencontres que Paul-André fait dans le métro parisien (qu'il n'avait pas emprunté depuis des décennies). La jeune Mouna, boulangère assez marginale sera le catalyseur de sa crise de la fin de sa vie : à 80 ans, il souhaite lancer un nouveau projet, lancer un orchestre composé de tous les musiciens rencontrés dans le métro. Un orchestre nommé "MOP". Metropolitan Orchestra of Paris.

Ce livre est vraiment très sympa. Je ne l'aurais jamais découvert sans le partenariat. C'est pourquoi je remercie encore les éditions Kyklos et Partagelecture. Je trouve que l'histoire est un peu simplette, et on se demande vraiment quel est le but du roman. Mais en tout cas, la maitrise de l'écriture est un des points forts de Mikaël Herviaux. Il utilise des jolies formules, et son écriture est assez amusante puisqu'il joue le rôle d'un vieux type bourru.
D'ailleurs, en parlant de "jouer un rôle" et de "vieux bourru", j'aimerais dire que ce livre aurait dut être le scénario d'une pièce de théatre avec Michel Serrault (paix à son âme). Ce n'est pas un roman génial, mais il aurait pu être la base d'une jolie mise en scène avec un vieux type un peu aigri qui retrouve une seconde jeunesse en faisant des rencontre simple mais riche dans une capitale si impersonnelle.

Pour conclure : un "Amélie Poulain" théatral avec Michel Serrault vieux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Laetitia le Dim 13 Juin 2010 - 15:55

Michel Serrault...pas mal!
J'ai lu quelque part que c'était Jean Rochefort qui lui avait inspiré le personnage de Pat.
Moi, à maintes reprises, je n'ai pu m'empêcher de penser que Pat avait son homologue féminin en la personne de Tatie Danielle, magnifiquement interprétée par Tsilla Chelton dans le film d'Etienne Chatilliez, une vieille rombière, imbuvable et méchante au début du film se révèlant au fil du temps, incroyablement humaine et attachante.
Il m'a d'emblée séduite ce Pat!
Oui, c'est un vieil acteur amer, aigri, angoissé par le temps qui passe, pestant contre son corps qui le lâche, désabusé, blasé de tout.
Mais quoi, on le serait à moins non?
La vie ne lui a quand-même pas fait que des cadeaux...
D'abord, son truc à lui, c'était la musique.
Mais personne n'a jamais cru en lui et après des années de galère à écumer les cabarets parisiens, il entre, par défaut au Conservatoire d'Art Dramatique.
Ensuite, il n'a jamais pu oublier son amour de jeunesse, Carolyn, une splendide chanteuse de jazz américaine à qui il voue un culte sans borne.
Il s'est donc rabattu sur Sarah, qui lui a toujours refusé un enfant, qui ne se gêne pas pour lui rappeler combien elle est plus jeune que lui et qui d'ailleurs le trompe sans vergogne avec son agent, Daniel Jouville, un vieux beau au physique ultraviolet et ultrabrite.
Enfin, Pat est hanté par le souvenir de son grand et seul ami, Didou.
Il l'a trahi, le regrette infiniment et se sent responsable de sa mort.
Qui plus est, le cinéma et le show-bizz lui ont tourné le dos et il se retrouve à jouer les bêtes de foires dans des émissions télé débiles...
Alors, dans ces conditions, vous admettrez qu'il n'est guère facile de se montrer gai comme un pinson!

Mais le destin réserve une dernière surprise à Pat.
A la faveur d'une phrase lancée par un clochard dans la rue ("le temps presse, prends-le") et de sa rencontre fortuite avec la belle Mouna, il plante son agent, tire un trait définitif sur sa carrière moribonde et retrouve la fougue de sa jeunesse pour se lancer dans un projet complètement fou et utopique: recruter des musiciens dans les couloirs du métro et fonder à partir de ce casting hétéroclite et cosmopolite le MOP, Metropolitan Orchestra of Paris.

Ce scénario ne manque pas d'originalité mais ce n'est pas, à mon sens, ce qui fait la force de ce livre.
L'histoire se met surtout au service de la plume de l'auteur.
En effet, voilà un écrivain qui a un style vraiment personnel, un peu comme ces chanteurs qui ont une couleur vocale unique et que l'on reconnaît immédiatement.
Le vocabulaire est choisi, l'auteur joue avec les sonorités des mots, le tout est mâtiné de quelques touches d'argot qui nous font d'autant mieux savourer le Paname d'hier et d'aujourd'hui.
On sent que chaque mot a été minutieusement réfléchi, pour nous faire ressentir au mieux les choses et pour s'accorder savamment aux autres dans une harmonie extrêmement réussie.
L'auteur n' a pas son pareil pour dépeindre en quelques coups de pinceau les personnages hauts en couleurs qui peuplent son roman, pour planter en quelques mots judicieusement choisis, un décor, une atmosphère.
Le ton est incisif, dénonciateur parfois des excès de notre société, il y a de l'humour, de l'émotion, des moments pleins de poésie, bref, la vie quoi... mais une vie extrêmement bien écrite, et bien joliment mise en scène!
Je remercie Partage-lecture et les éditions Kyklos de m'avoir permis de faire la découverte de cette très très belle plume!
avatar
Laetitia
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 855
Age : 44
Localisation : Belgique
Genre littéraire préféré : romans contemporains et livres pour enfants
Date d'inscription : 05/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Invité le Mer 23 Juin 2010 - 19:47

Je tiens tout d'abord à remercier le forum « partage lecture » et les éditions Kyklos pour ce partenariat et ce livre offert,

ce livre,MOP, histoire de PAT, un acteur rongé par la culpabilité... un homme entrainé dans un monde de paillette, dans la bourgeoisie et le beau monde; à 80 ans,sentant la fin proche, il veut se racheter du mal que il a fait à la personne la plus précieuse qui a compté pour lui: son meilleur ami, en colère contre lui même avant tout,il fait un transfert en rejetant tout ce qui le caractérise, dans une véritable et ultime rébellion:

*il rejette le monde du show biz, hypocrite,centré sur lui même et bling bling, en contrepartie il se fond dans la misère,se frotte aux petites gens,la vraie population,il veut VIVRE une dernière fois et dans la précipitation une vie vraie, palpitante, pleine d'imprévus et de rencontres providentielles, où le destin a toute sa place. Ce procédé a permis à l'auteur de ce livre de montrer du doigt les failles de notre société,notre vie moderne,la pauvreté, l'exclusion et bien d'autre encore...
mais se sont surtout le racisme et l'injustice qui sont montré de façon bien insistance, certaine personne doivent être toute contente de lire ça, moi personnellement,j'ai vite été lassé de cette ridicule caricature du français de base automatiquement raciste, qui rejette tout ce qui n'est pas blanc ou chrétien ou je ne sais quoi d'autre,ma lecture a été gâché de me sentir stigmatisée en tant que française,comme on le voit souvent , un peu trop souvent, de faire partie de ceux qui vont rejeter ,être méchant, intolérant bien sur! Il n'y a que nous pour être comme ça!sans compter le portrait robot de sa police, brutale, injuste avide de violence!Et ce de façon récurrente comme pour nous faire notre piqure de rappel,ça a frôlé plus d'une fois le ridicule
et le tout opposé à un panel de personnes d'origine étrangère plus parfaite les une que les autres,aucune n'est antipathique,seul les faces de craies(dixit Dylan pour nous qualifier) le sont, et pas que un peu elles sont odieuses! ... ce procédé est vraiment maladroit,d'autant plus que dans la réalité ce n'est pas ça du tout!il y a du bon et du moins bon, et du mauvais partout,chez tout le monde car nous sommes tous humains! et le raciste n'est pas l'apanage des Français et ou des blancs!Nous avons tous nos qualités et nos défauts, sentir un jugement sur l'appartenance national d'une personne m'a vraiment agacé
Dommage!! car on voit les portraits de personnes adorables et attachantes tel Mouna, ma chouchoute de ce livre,que on aimerait vraiment croiser aussi dans nos vie,même si moi personnellement j'en croise souvent, une petite évasion imaginaire, malheureusement pour moi gâchée, ces douches froides répétitives, difficile de prendre plaisir à lire ce livre dans de telles conditions, à moins d'être masochiste!!
toute ces pensées issue de la tête de PAT montre quand même que quand on vit dans son petit monde de luxe, on peut vite se faire une fausse image de la réalité et ne rien y comprendre même quand on veut s'y frotter

*il rejette sa femme, Sarah, qui semble, de son point de vue avoir tout les défauts du monde, la caricature parfaite de la bourgeoise qui vit dans son petit monde, elle ne m'a semblé guère sympathique, des le début du livre on éprouve une certaine antipathie à son égard,son mépris pour tout ce qui l'entoure et ne lui correspond pas,et sa capacité à s'en « moquer », sa cupidité, renforce ce sentiment, mais au fur et à mesure que on avance dans le livre, j'ai espéré très fort que l'auteur n'ait pas voulu nous personnifier, nous les Français d'origine, à travers cette seule et unique personne...vue l'acharnement à nous montrer du doigt ...j'ai un doute?


* il rejette sa carrière, ses « richesses », pour la musique, sensée adoucir les mœurs elle a heureusement une place de choix dans ce roman,moi qui aime tant ça, la musique qui réuni les gens, révèle les talents, les qualités,j'ai rêvé sur le récit du concert improvisé,on se prend au jeu du rêve et de al lecture et on arrive presque à croire que un album du MOP sera dans les bac,peut être un jour..
la musique permet à PAT de se racheter à sa façon, rendre hommage à son ami,à sa jeunesse, une façon peut être de réparer ses erreurs, de partir en paix, faire de vraies bonnes actions, pour laisser une belle trace de lui sur cette terre.

En lisant ce livre, on comprend que la gloire, la célébrité, l'argent ne font pas le bonheur,quand on est pas en paix avec soit même...quand on porte des taches en soit, ça ne sert à rien de courir après le superflue, recentrons nous sur l'essentiel, la vie, la vraie, les autres aussi plus que sur nous même,apprenons à connaître les gens avant de les juger,même si ils semblent français d'origine, ils ne seront peut être pas raciste!!laissons leur aussi une chance!

Pour conclure, j'ai commencé ce livre en ayant un énorme coup de coeur, car j'adore que l'on me raconte sa vie, et là un vieil homme qui se confie, nous parle,livre ses pensées, ses rêves , ses colères,je suis preneuse! toujours!
Mais ce livre n'aurait pas été le tabernacle d'une incitation insistante à la Francophobie,il serait resté le plus grand coup de coeur littéraire que je n'aurais jamais lu,mais comme je ne suis pas naïve et que je ne me laisse pas manipuler facilement,ni par les médias ou une lecture, et bien,j'ai terminé ce livre bien difficilement, en me raccrochant aux parties les plus belles, les plus intéressantes, trop souvent gâchée par nos piqures de rappels

Pour conclure, globalement je suis déçue...dommage C'est comme ça

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Thot le Mer 23 Juin 2010 - 23:06

Voici un message de l'éditeur:

"Au nom de l'auteur et de Kyklos Editions, merci d'avoir joué le jeu de ce partenariat "mopien" et de nous avoir fait partager vos ressentis et votre enthousiasme ; nous sommes désolés pour Lord Orkan Von Deck que nous aurions exempté de post s'il l'avait demandé.
Sev', toutes mesures gardées, c'est comme si l'on avait reproché à Balzac d'être caricatural dans "ses misérables".
Tout deux ont un point commun, d'avoir exercé le métier de journaliste.
Oui l'envers du décor est tel que l'auteur le décrit et révolte une
bonne partie des parisiens qui vivent dans la capitale ; non, Mikaël Herviaux ne pratique pas une incitation insistante à la Francophobie, fort heureusement.
L'auteur nous emmène, je cite "/dans cette ville qu'il aime, dans le Paris grouillant, bruyant et métissé de Belleville et de la rue du
Faubourg du Temple, le Paris des troquets, des trottoirs des kebabs et des bouches de métro, le Paris populeux, miséreux aussi, à mille lieues des clichés de carte postale. Un beau roman populaire, au sens le plus noble du terme/." (Jean-Mathias Joly, Le Journal du Centre, 21/6/10)
Aucune manipulation derrière ce texte, juste une envie d'en finir avec les clichés "carte postale" et le politiquement correct ambiant.
Merci encore à tous."
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 37
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par jostein le Sam 17 Juil 2010 - 16:49

Mon avis sur MOP:

MOP est le nom de l'orchestre que Pierre-André Tanguy,
ancien acteur sur le déclin, crée au cours de sa
quatre-vingtième année. A cet âge, c'est l'heure de faire le point
sur sa vie passée et d'oser enfin vivre son rêve de jeunesse, chanter.


Sa rencontre dans le métro avec Mouna, une jeune fille
bohème, est décisive. Peut-être, parce qu'elle
représente la fille qu'il n'a jamais eu, il recrute avec elle, des
musiciens paumés, des "personnages" et crée un orchestre hétéroclite.


Cette dernière aventure est aussi l'occasion de renouer
avec la vie de son plus cher ami, Didou. Pierre-André
repart sur les traces des origines énigmatiques de Didou. Le remords
et l'amitié le guident. Cette volonté de créer un orchestre avec des
gens de la rue est sûrement un dernier hommage à
cet ami qu'il croit avoir trahi, une juste réhabilitation avant de
le rejoindre.


MOP est un roman nostalgique, plein de tendresse et
d'humour. C'est une ballade parisienne, mais aussi une
promenade avec les derniers pas légers de cet homme mondain qui
trouve enfin les vraies valeurs.


Je regrette toutefois que le récit soit trop centré sur
le narrateur, et révèle en fait l'égoïsme passé du
personnage. La richesse des cultures et des parcours des différents
membres de l'orchestre aurait pu donner plus de profondeur au livre. On
survole leurs origines, alors que la richesse du sujet
était dans ses personnages de la rue, dans leurs rencontres et leurs
échanges.
avatar
jostein
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 544
Age : 57
Localisation : Région centre
Emploi/loisirs : Lecture, jardinage
Genre littéraire préféré : auteurs contemporains
Date d'inscription : 21/02/2010

http://www.surlaroutedejostein.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Thot le Sam 6 Nov 2010 - 18:55

Une bouffée d'air frais chargé d'espoir, voilà comment je serais tentée de résumer ce livre.
Une écriture simple, sans fioriture. La plume de Herviaux dénote une grande sincérité et une envie d'être proche du lecteur en lui racontant une histoire d'allure banale mais porteuse de nombreux messages.

Certains pourraient reprocher au livre son côté « bon enfant » et idéaliste mais au fur et à mesure de la lecture, on s'attache malgré nous aux personnages.
Pat, lassé par sa vie de célébrité mais seulement à la fin de sa carrière, octogénaire délaissé par sa femme et par les feux des projecteurs, cherche à donner un sens différent à son existence.
Portant une lourde culpabilité vis à vis de son ami Didou, il s'engage dans une quête qui l'aidera à mieux comprendre celui-ci et le mènera à découvrir certains aspects de Paris qui m'ont rappelé la description qui en a été faite par certains auteurs français classiques notamment réalistes.

L'accent est mis sur la diversité culturelle, sur le racisme et les conditions difficiles dans lesquelles vivent certains étrangers.
MOP réussit à concilier tout le monde, à réunir harmonieusement des personnes d'origines différentes pour chanter et jouer ensemble la même musique.
Le principal message du livre à mon avis étant d'inciter l'Humain à plus de profondeur, à quitter le manteau de la fatuité et du superficiel et à se rapprocher de son prochain quel que soit son niveau social ou son origine.

J'ai par contre trouvé la fin du livre assez frustrante et peu originale. Par ailleurs, le livre aurait pu à mon avis être plus court en évitant quelques détails.
La question de savoir ce qui se serait passé si Pat n'était pas tombé dans l'oubli, trompé par sa femme et s'il n'avait pas eu les moyens financiers pour payer les musiciens du MOP m'a occupé l'esprit, malgré moi....
D'ailleurs, il semble ne pas avoir complétement renoncé à sa vie d'homme aisé ni à Sarah d'ailleurs (ce qui va de pair).
Vers la fin, il rêve d'une nouvelle noce avec elle et de lui offrir des bijoux...
Nous ne pouvons pas lui reprocher cela.Pat est humain et recherche l'affection de l'Autre, comme nous tous, d'une façon ou d'une autre, avec en arrière plan la nécessité d'éviter l'effondrement en veillant à ce que la psyché nous renvoie une image positive et valorisante de nous-même.

En somme, un livre à lire et un auteur à suivre...
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 37
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Thot le Dim 7 Nov 2010 - 22:06

J'ai corrigé quelques erreurs dans mon texte.
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 37
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Herviaux, Mikaël] MOP

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum