Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez -vous apprécié ce livre?

10% 10% 
[ 2 ]
24% 24% 
[ 5 ]
33% 33% 
[ 7 ]
10% 10% 
[ 2 ]
19% 19% 
[ 4 ]
4% 4% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 21

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Saphyr le Mar 15 Juin 2010 - 22:56

C'est exactement le livre que je n'aurais jamais ouvert sans le "coup de pouce" de cette lecture commune, et c'est précisément dans l'espoir de faire ce genre de découverte que je me suis inscrite sur ce forum.
Alors merci à tous.

Car pour une découverte, c'en est une, une bonne claque (littéraire) comme je les aime.

C'est morbide, aucun doute là-dessus. Mais difficile de ne pas être morbide lorsque l'on traite de sujets aussi lourds que la peine de mort ou l'avortement.

Le style m'a d'abord déroutée. J'ai trouvé le récit brouillon, haché. Et puis j'ai réalisé qu'il n'était que le reflet des pensées éparses de ses trois personnages blessés, écorchés vifs.

Henry D. , qui tue par devoir et sans plaisir, par héritage familial, figure terrible et pathétique. Lui, a le droit de tuer. Pourtant il se sent coupable, et la longue file de ses victimes le hante. Il vit, et voudrait être mort.

Marie G. , qui ne comprend pas pourquoi on la condamne, elle qui pense avoir apporté une forme de bonheur aux autres : à ses enfants qui ont été correctement nourris et vêtus, à ces femmes qui la remerciaient... Elle, n'avait pas le droit d'avorter ces femmes. Pourtant, elle ne ressent pas de remords, sinon celui d’avoir été condamnée. Elle va mourir, et elle voudrait vivre.

Et puis il y a Lucy L., enfermée dans tant de contraintes, de non-dits, de lois tacites, qu'elle en étouffe. Lucy L. qui refuse de s'enfermer dans une prison de plus, de céder son corps aux hommes, à la société, à la patrie. Elle se sent coupable, pas assez pour reculer néanmoins, pas assez pour regretter. Elle fuit, l'amour de sa mère et la toute puissance de son père, l'amour et la toute puissance de son mari.

Mener une réflexion sur l'avortement et la peine de mort au travers de personnages aussi ordinaires est un défi. Il aurait été plus facile de nous conter l'histoire d'une femme violée, abandonnée, ou désespérément pauvre, d'un boucher se prétendant avorteur (chirurgien alcoolique, vétérinaire au rabais, et j'en passe), et d'un innocent condamné à tort. Valentine Goby a choisi une femme qui a apparemment tout pour être heureuse, une avorteuse honnête et un bourreau... Pas facile. Déroutant. Brillant.

C'est morbide. C'est la réalité toute crue, que l'on aimerait nier.
Elle nous paraît si lointaine, c'est vrai, cette France où il mourait plus d'enfants qu'il n'en survivait, cette France où une femme ne possédait que bien peu de droits, et surtout pas celui de disposer de son propre corps, de l'offrir ou de le refuser. Cette douleur vécue dans la solitude et la terreur, la barbarie des médecins curant des utérus à vif "parce qu'elles n'avaient qu'à le garder", ne remonte qu'à soixante ans. L'âge de mes parents. Si proche, en fait.

On ne peut pas dire que ce roman ait été un coup de cœur pour moi. Un coup de cœur, c'est le coup de foudre : dès les premières pages on est accroché, emporté.
Ça n'a pas été le cas. On peut même dire que je n'ai pas été franchement emballée. Et puis, plus j'avançais dans la lecture, plus je prenais du recul, plus j'ai trouvé ce livre profond et intéressant. J'ai attendu quelques jours avant de rédiger ma critique, et chaque jour qui passait me dévoilait une nouvelle facette du roman, un nouvel angle d'approche.

J'ai été touchée, à défaut d'être emportée.
avatar
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 38
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par takac le Mar 15 Juin 2010 - 23:01

Comme d'autres membres, j'ai été un peu arrêtée par le côté sombre ( et aussi par la série de livres un peu noirs que j'ai lu, les uns après les autres sans le vouloir. Les critiques faites m'ont montrées que j'étais passée trop vite sur certains passages ( les couleurs / la date ou cela se passe ....). Cela m'apprendra à lire trop vite parfois Embarassed .

Voici cependant mon avis rédigé à la fin de ma lecture :


Le livre est construit sur le destin croisé de trois personnages atypiques. Ils sont tous les trois à la frontière entre la vie et la mort. Ils ressentent le besoin d’appartenance de leur corps. L’ambiance est grave et lourde de sens.

Le découpage des chapitres se fait par les moments de la journée L’aube, le midi, le gouter, la nuit, l’aube à nouveau. Les paragraphes permettent de changer de personnages.

Quelque soit le personnage, le narrateur est parfois à la première personne du singulier parfois à la troisième. Cela donne une impression que parfois le personnage reprend le dessus et le contrôle de soi et parfois il n’est qu’une marionnette qui subit.

Lucie est une jeune femme récemment avortée. La relation fusionnelle avec sa mère l’a empêché de prendre son envol.Elle refuse de vieillir, d’être indépendante.Le refus d’être enceinte et donc d’être mère laisse voir un sentiment de besoin de contrôle de soi, de rester intègre. Elle est ambivalente entre son côté positif, unique, artiste et son côte fragile. Cela laisse transparaitre un immense besoin d’être aimé.

Marie est une avorteuse, condamnée à mort. Elle a grandit dans l’indifférence, le manque de reconnaissance et d’estime. Une expérience lui laisse voir que pratiquer des avortements peut lui procurer une situation sociale intéressante, une place dans la société et un confort. Certes éloignés de ses rêves d’enfant dans lesquelles elle se réfugiait. Elle ne considère pas comme une personne à part entière. Elle est résignée.

Henri est l’exécuteur. C’est un personnage très complexe. Après avoir vécu la culpabilité de la mort de sa mère, il grandit dans une famille exécuteur de père en fils. Un métier qui leur donne de l’importance. Ses parents à lui étaient ouvriers et pour lui n’étaient qu’un pion parmi d’autres. Il devient alors à son tour exécuteur. Au départ cela lui donne un statut spécial. Un évènement va tout changer. Le suicide de son fils le culpabilise. Il perd son rôle, son corps, sa reconnaissance. A partir de là, il continue son métier mais a de plus en mal à le supporter.

On relève le besoin d’appartenance de son corps et donc de son identité. Le manque d’amour, de paroles réconfortantes ont empêché ces personnes de se construire. La seule chose qui leur reste c’est leur corps et Lucie essaie de le préserver.
avatar
takac
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Nombre de messages : 1230
Age : 32
Emploi/loisirs : les chiens, la nature, lecture, musique
Genre littéraire préféré : romans nouveaux, historiques, autobiographies,
Date d'inscription : 21/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Thot le Mar 15 Juin 2010 - 23:05

Non Cassiopée, pas que je sache. Ceci dit, ces posts sont publiques, donc il n'est pas exclu que l'on soit lus par l'auteur ou par quelqu'un de son entourage.
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 38
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Cassiopée le Mar 15 Juin 2010 - 23:15

Merci de ta réponse Thot.
Les critiques sur ce livre sont toutes très profondes et le débat qui sera mis en place par le chat promet d'être intéressant. Je lis, relis certains passages, cela nous renvoie à notre propre ressenti et donne envie d'échanger....
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Invité le Mar 15 Juin 2010 - 23:22

Cassiopée a écrit:Merci de ta réponse Thot.
Les critiques sur ce livre sont toutes très profondes et le débat qui sera mis en place par le chat promet d'être intéressant. Je lis, relis certains passages, cela nous renvoie à notre propre ressenti et donne envie d'échanger....

vu tout ce qui m'a échappé , il n'est pas improbable que j'aille un jour remettre un autre oeil sur ce livre.
Je suis épatée des divers ressentis à propos de ce livre.Il ne fait pas l'unanimité, il emballe, ou perturbe, fait réfléchir ou au contraire donne envie de fuir, mais au moins il nous donne matière à parler Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Snoopinette le Mer 16 Juin 2010 - 10:10

mimi54 a écrit:

vu tout ce qui m'a échappé , il n'est pas improbable que j'aille un jour remettre un autre oeil sur ce livre.
Je suis épatée des divers ressentis à propos de ce livre.Il ne fait pas l'unanimité, il emballe, ou perturbe, fait réfléchir ou au contraire donne envie de fuir, mais au moins il nous donne matière à parler Laughing

Personnellement je trouve ça très intéressant, bien plus qu'un livre qui fait l'unanimité...
avatar
Snoopinette
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1923
Age : 37
Localisation : Sarthe
Emploi/loisirs : Chargée de mission, Profiter de mes enfants , la nature
Genre littéraire préféré : Presque tout, je m'épanouis dans la diversité
Date d'inscription : 09/10/2008

http://unpetitpeudemoi.rain-blog.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par lalyre le Mer 16 Juin 2010 - 10:50

Snoopinette a écrit:
mimi54 a écrit:

vu tout ce qui m'a échappé , il n'est pas improbable que j'aille un jour remettre un autre oeil sur ce livre.
Je suis épatée des divers ressentis à propos de ce livre.Il ne fait pas l'unanimité, il emballe, ou perturbe, fait réfléchir ou au contraire donne envie de fuir, mais au moins il nous donne matière à parler

Personnellement je trouve ça très intéressant, bien plus qu'un livre qui fait l'unanimité...

Je suis tout à fait d'accord avec toi Snoopinette,ces avis diffèrents font tout l'intêrêt d'une lecture commune.
Bonne journée
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5938
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Qui touche à mon corps je le tue - Valentine Goby...

Message par Emma-Lise le Mer 16 Juin 2010 - 14:03

Un livre plein de ressenti douloureux... est-ce que je l'aime? Est-ce qu'il me blesse?
Je reste "essouflée"; je suis blessée, sans nul doute, blessée par tant de douleur... et je suis touchée aussi, comme je le suis toujours quand je touche du doigt l'humanité mise à nue de quelqu'un...

L'auteur plonge dans le coeur de personnages dont les vies sont de celles qui, toujours, ont été critiquées, jugées.
Dans le passé?
Pas sûr, car aujourd'hui encore, époque où tout le monde exhibe le mot "respect" comme un fanion auquel il faut se rallier, on juge...
Mais pour juger il faut avoir l'oeil à l'extérieur, et l'auteur a choisi de se mettre "à l'intérieur" des personnages... Elle ressent et fait ressentir... C'est le moins qu'on puisse dire...

Sombre.
Qu'elle est sombre l'âme de chacun de ces trois personnages!
Trois personnages qui ne se connaissent pas mais sont inexorablement liés par le destin... un destin si amer qu'il les a poussés (chacun d'une manière ou d'une autre, directement ou indirectement) jusqu'à l'échaffaud.

Henri D., le bourreau; <<l'autre nom du mensonge>>(p.29)
Il ne peux plus être celui qu'il était dans <<sa vie ancienne (p.29)>>, car pour "officier" en tant que bourreau, il a appris à être une ombre. Il s'oublie, il lui est indispensable d'être insensible (un jour il n'a pas pu oublier sa propre humanité, et "officier" lui a été odieux) : <<Il était devenu un homme qui tue un autre homme, il en aurait pleuré. (p.100)>>, et il doit aussi "oublier" que sa victime est un être humain : <<Je hais qu'un homme vive au moment de mourir (p.101)>>
S'oublier, pour lui c'est une habitude : seule sa mère était la gardienne de la personnalité de son fils, elle qui était la seule à l'appeler par son vrai prénom. Mais sa mère était fragile, alors la personalité d'Henri, qui n'était rattachée qu'à elle, est devenue fragile elle aussi. Et quand sa mère à disparu, il a "disparu, lui aussi <<Ma mère est devenue fantôme et moi aussi, vous pouvez m'appeler Pierre, Emile (...) je ne suis plus Jules-Henri pour personne (p.44)>>.
Mais c'est ce qui l'aide à s'accepter en tant que bourreau : <<...c'est bon de n'être personne (p.44)>>. Alors que tous les hommes de cette planète s'appliquent à être quelqu'un pour se sentir vivant, lui s'applique à n'être personne pour pouvoir "faire des morts".

Marie G. : la "faiseuse d'anges", condamnée à la peine capitale.
Toute son enfance, Marie a été "la petite", rien d'autre que "la petite" de qui on attendait qu'elle soit sage et obéisse, rien d'autre. <<Alors petite, Marie G. s'applique à le devenir. Elle s'efface, elle se fond dans le décor (p.25)>>, <<Marie est l'autre nom de l'oubli (p.25 et 29)>>.
Mais quand, adulte, elle devient "faiseuse d'anges", c'est la première fois qu'elle découvre qu'elle a le droit d'exister elle aussi : <<Il fallait voir les femmes m'embrasser les mains, celles dont j'enlevais le foetus (...). J'étais grande, large, je n'étais pas jolie, j'étais belle (p.16)>>, <<Elle se fera faiseuse d'anges (...) parce que ça fait pousser son corps.(p.28)>>, enfin elle se sent devenir quelqu'un.

Lucie L. : l'avortée. La douleur est dans son âme et dans son corps... son âme qu'elle ne cesse de chercher et n'a jamais trouvée, et son corps qui lui échappe et qu'elle veut garder quoi qu'il lui en coûte.
Protagoniste majeur du livre; personne la plus décrite, la plus composée et décomposée.
La plus lourde des trois, peut-être; celle qui n'arrive pas du tout à "se porter" et qui voudrait tant qu'on le fasse pour elle.
Pourtant, elle se débat et menace : <<Qui touche à mon corps je le tue (dit trois fois dans le livre)>>...
Celle qui a, semble-t-il, tout pour être enfin heureuse : un mari aux petits soins, qui s'occupe d'elle et qui l'aime... mais qui est souvent loin...
Alors c'est celle qui fantasme et qui rêve d'une vie autre et ailleurs; une vie où tout serait changé : autant son passé que son présent.
Et ce nom : Lucie L. 'la lumière"... elle qui est dans la nuit. Toute sa vie durant, elle la cherche, cette lumière. mais où donc est le bout du tunnel?
Et encore cette genèse du drame dans le sein de la mère (comme pour les deux autres personnages) : <<...j'ai mal, j'expulse ma mère...(p.23)>>; <<Mon vêtement c'est la peau de ma mère (p.44)>>; <<...je suis Lucie, lux, l'autre nom de la lumière, née pour le bonheur de ma mère (p.50)>>.
En avortant de cet enfant qui ne naîtra jamais, Lucie avorte de sa mère. Et comme toute sa vie jusque là résulte du rapport qu'elle a eu avec sa mère, Lucie avorte de sa vie.
Il lui faut tout laisser et fuir. Qu'emportera-t-elle avec elle? Rien que son corps, comme elle l'a déjà fait quand elle est partie chez sa tante pour ses cours de chant : <<je n'emporte rien. Seulement mon corps. Qui touche à mon corps je le tue (p.52)>>.
Elle n'a que lui et veille jalousement dessus : elle ne laissera rien ni personne le lui prendre. Elle avorte pour qu'il ne reste qu'à elle; pour qu'en devenant mère, elle ne devienne pas SA mère... Son corps est la seule part d'elle-même qu'elle peut gérer, un peu comme une anorexique qui cherche à garder le contrôle.
Pas de contrôle, pas de vie. Et malgré tout, Lucie veut vivre... mais vivre une autre vie.

Ces trois personnages étouffent sous les poids de leurs vies respectives.
Ils ne choisissent pas : ils se laissent porter par la vie qui semble avoir tout choisi à leur place.
On peut s'énerver et se dire : bon sang, mais ils ne peuvent pas se prendre en main, non?!!!
Seulement voilà, ils ne savent pas que leur vie est entre leurs mains. Pne leur a appris à refuser et se battre.
Leurs mères, avec qui ils ont ce contencieux ne leur a jamais ouvert la porte avec un sourire plein d'amour pour leur dire : "Vas-y, ta vie est à toi. Je serai toujours là pout t'aimer, mais c'est à toi que ta vie appartient, alors vis-la pleinement, fais-en bon usage, prends-la entre tes mains... je t'aime, alors je t'offre ta vie..."
Leurs mères ne leur ont pas "offert" leurs vies : <<ni lui, ni Marie G., ni Lucie L. ne s'appartiennent (p.80)>>.
Alors, toujours liès par ce cordon ombilical qui les étrangle, ils pataugent.

Que ce texte fait mal.
Que de mots!
Des mots pour exprimer des sentiments si lourds...
Tant de mots...
Tant de mots qui veulent dire "blessure", tant d'adjectifs qui écorchent...
Tant de mots et si peu de ponctuation!
Les mots semblent s'entasser sans cesse, et font étouffer le lecteur... comme les personnages étouffent sous le poids de leurs douleurs qui se sont entassées depuis l'enfance.
Des douleurs non dites, jamais dévoilées... alors elles débordent...
Et les mots de Valentine Goby débordent.
Ils débordent tant et si bien que le lecteur se sent oppressé : est-ce lui, ou est-ce la douleur des personnages qui devient contagieuse?
Et le rythme des mots!... ce rythme régulier, qui n'accélère pas et qui ne faiblit pas; qui ne laisse jamais respirer : on étouffe; ce rythme TROP régulier et qui rend triste; ce rythme qui fait penser au bruit des roues d'un train... un train qui mènerait vers la mort...
Ce rythme lui-même est étouffant! Lancinant, comme est lancinante la douleur des personnages; le rythme fait ressentir cette douleur au lecteur.
Tant de mots et si peu de ponctuation...

Je crois qu'il n'est pas utile de dire "j'ai aimé ce livre" ou bien "je ne l'ai pas aimé". Ce genre d'avis serait arbitraire.
Je pense plutôt, qu'il faudrait dire : "j'ai supporté ou je n'ai pas supporté" de le lire. Car "âme trop sensibles s'abstenir".
Car si on décide d'aller jusqu'au bout et de vraiment "entrer dedans", on ne sort pas de ce livre indemne.

Ouh! Que c'est dur! Que c'est lourd!
Du ressenti, rien que du ressenti...
Ca fait mal.
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par LOUBHI 49 le Mer 16 Juin 2010 - 14:49

superbe critique et véritable étude Emma Lise :5<e:
avatar
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2222
Age : 51
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Emma-Lise le Mer 16 Juin 2010 - 15:11

Merci, Loubhi, je suis touchée.
J'ai remarqué que tu es toujours très attentif à la vie du site et toujours plein d'attention pour les membres.
C'est un plaisir.
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Thot le Mer 16 Juin 2010 - 15:22

Je plussoie à ce que dit Loubhi.
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 38
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Invité le Mer 16 Juin 2010 - 15:23

e


Dernière édition par mimi54 le Ven 1 Avr 2011 - 17:55, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Cassiopée le Mer 16 Juin 2010 - 16:57

Merci Emma-Lise.
Je retrouve mon ressenti dans le tien, d'ailleurs, tu as mis en exergue des phrases que j'avais notées aussi et comme toi, je pense qu'on ne peut être indifférent devant une lecture pareille qui est "un morceau d'humanité"...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Cassiopée le Mer 16 Juin 2010 - 19:21

Bonjour à tous,

Ce que j'ai lu à travers vos différents ressentis m'a encore entraînée plus loin. Je voulais comprendre le pourquoi de ce livre. J'ai donc surfé...et je viens d'écouter sur youtube Valentine Goby parlant de son livre.
J'ai envie de partager, comme une discussion que l'on prolonge, vous voulez bien?

Valentine Goby dit de ce livre que c'est un aboutissement de tout ce qu'elle a écrit jusqu'à présent, on y retrouve (je la cite) la forme essentielle chez les personnages, à savoir le sentiment d'eux-mêmes et leur rapport au monde. Pour elle le corps est le personnage principal et chacun exprime ce qu'il ressent dans son corps. Il y a trois voix car trois corps.
Lucie a pouvoir de vie et de mort sur son corps.
Marie a pouvoir de vie et de morts sur le corps des autres et justifie ainsi sa vie qui était dans l'ombre avant qu'elle prenne ce pouvoir (elle donne existence à son corps en agissant sur le corps des autres).
Henri est le seul accrédité par la société qui a le droit de tuer légalement, il a le pouvoir de vie et de mort sur les autres.

Ces trois personnages sont face au corps social et doivent se situer, ils cherchent une sorte de lumière et veulent être libres quels que soient le prix et le jugement des autres.

Elle a voulu "centrer" l'histoire en dépouillant le décor, l'environnement, la langue pour essayer de s'attacher à la chair. Pour elle l'histoire, dense, recoupe la problématique de l'écriture à savoir "où est l'être". L'être est le lien entre deux corps: celui qui nous a enfantés et celui que nous enfantons (virtuel ou réel).

Elle parle du rapport au corps, de la violence faite aux femmes, de ce qui est douloureux.

Sa dernière phrase est très belle:

" Ce que j'aimerais partager avec vous à travers ce livre c'est l'expérience que moi j'en ai au moment où je l'ai écrit. Je pense que, comme beaucoup d'autres écrivains, je suis un meilleur écrivain que je ne suis une personne parce que l'écriture suppose une empathie et une absence de jugement qui nous portent à la tendresse vers des personnages qui sont des monstres parfois dans la vie et cette expérience d'humanité pour moi a été vraiment extraordinaire et si vous pouvez ressentir ça à cette lecture, je pense que j'aurai gagné quelque chose"
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Mounain le Mer 16 Juin 2010 - 19:25

Merci beaucoup cassiopée de nous faire partager ce que tu as vu. Smile Très belles paroles de Valentine Goby, en effet.
avatar
Mounain
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1175
Age : 25
Localisation : 51
Emploi/loisirs : professeure de français et étudiante cynopsy (formation en éducation et comportement canins)
Genre littéraire préféré : tout ce qui me tombe sous la main
Date d'inscription : 23/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Alcyone le Mer 16 Juin 2010 - 19:27

Merci beaucoup Cassiopée!
avatar
Alcyone
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 29
Localisation : Alsace
Emploi/loisirs : Employée de reprographie / Lecture - photographie - correspondance
Genre littéraire préféré : Policier - Thriller
Date d'inscription : 13/03/2010

http://coeurdelivres.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Cassiopée le Mer 16 Juin 2010 - 19:33

Ne me dites pas merci. J'avais le besoin impérieux de partager avec vous et c'est là toute la force de ce forum.
Imaginez que je lise ce livre seule dans mon coin....

Thot, je ne le redirai jamais assez: merci pour "partagelecture".
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Emma-Lise le Mer 16 Juin 2010 - 19:43

Merci, Cassiopée.
Posséder les "mots de l'auteur" est un plus...
Cela renforce ce que j'avais ressenti : Valentine Goby a choisi de vivre ce livre à l'intérieur des personnages, qu'ils soient ce que la société jugera comme des "monstres" ou pas... Elle a choisi l'empathie, c'est certain, et c'est bien ce qu'elle nous communique, parce que, finalement, ce qu'on ressent en lisant, c'est la douleur des personnages.
Quant à ce corps qui prolonge l'âme, finalement... c'est forcément ce que nous vivons tous, que nous le ressentions peu ou beaucoup (selon les tempéraments, les rapports à la vie... ou simplement selon les périodes de la vie...). Parfois, l'âme tend vers une direction, alors que le corps tend vers une autre... D'où : combat intérieur.

Mais j'ai l'impression que je suis en train de me lancer dans une discussion, et je crois que ce n'est pas encore le moment, non?
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Cassiopée le Mer 16 Juin 2010 - 19:50

Alors, Emma-Lise, on va dire que ce n'est pas une discussion (on attendra le chat pour ça Very Happy) simplement une conversation qui se continue...
Je pense que nous aurons beaucoup à dire, à partager ce soir-là.
Ce livre nous a tous "marqués", interpelés d'une façon ou d'une autre...
Mais, Emma-Lise...le corps prolonge l'âme ou l'âme prolonge le corps?...


Dernière édition par Cassiopée le Mer 16 Juin 2010 - 20:44, édité 1 fois (Raison : faute de frappe)
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Emma-Lise le Mer 16 Juin 2010 - 19:55

Ha! ha! telle est la question, Cassiopée...
Je doute que les avis se rejoignent de façon unanyme là-dessus...
Moi, j'ai ma petite idée, mais... je crois que ça s'inscrit dans ce que l'on croit et ce que l'on ressent... Croyance et ressenti... Il y a tant de choses qui construisent un être humain...
Pour cette question, il faudrait se demander "lequel des deux vient en premier"?... Et là encore, selon ce que l'on croit et selon ce que l'on ressent...
Grand sujet...
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Cassiopée le Mer 16 Juin 2010 - 20:00

C'est une question à laquelle chacun a sa propre réponse...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Emma-Lise le Mer 16 Juin 2010 - 20:08

Oui, forcément.
Et c'est cette diversité qui rend l'humanité si riche... Tant mieux.
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Invité le Mer 16 Juin 2010 - 20:40

Cassiopée a écrit:Ne me dites pas merci. J'avais le besoin impérieux de partager avec vous et c'est là toute la force de ce forum.
Imaginez que je lise ce livre seule dans mon coin....

Thot, je ne le redirai jamais assez: merci pour "partagelecture".



Dernière édition par mimi54 le Ven 1 Avr 2011 - 17:56, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Cassiopée le Mer 16 Juin 2010 - 20:49

C'est bien ça Mimi, pas d'obligation mais la possibilité de faire une découverte, riche ou pas, d'échanger avec d'autres, de voir au-delà...
Il y a très longtemps que je n'avais pas ressenti ce "besoin" d'exprimer en profondeur mon ressenti, de connaître celui des autres, d'aller plus loin que la lecture première...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9139
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Invité le Mer 16 Juin 2010 - 20:56

j'ai beaucoup de mal à digérer ce rapport au corps particulièrement brutal, et j'ose dire primitif.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Goby,Valentine] Qui touche mon corps je le tue

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum