Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Josso, Yves] Un été meurtrier à Pont-Aven.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur Un été meurtrier à Pont-Aven d'Yves Josso

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Josso, Yves] Un été meurtrier à Pont-Aven.

Message par Sharon le Mar 22 Juin 2010 - 22:10



Titre : Un été meurtrier à Pont-Aven.
Auteur : Yves Josso.
Editeur : 10/18
Nombre de pages : 380.

Quatrième de couverture :

En cet été 1886, Paul Gauguin se rend pour la première fois à Pont-Aven, célèbre village qui accueille depuis longtemps déjà des peintres de tous les horizons. C'est dans cette atmosphère d'émulation artistique que Clémence va passer ses vacances au manoir de Rosmadec. Mais le meurtre d'un jeune modèle de la région vient ernir son séjour, d'autant que le principal suspect se révèle être Gildas, son ami d'enfance. Eprise de justice et certaine de l'innocence de son ami, elle va mener sa propre enquête. La jeune peintre consacrera son temps à rechercher le coupable, mais profitera aussi de son été parmi les siens pour perfectionner son art aux côtés du maître.

Mon avis :

Mon premier contact avec ce roman a été très négatif. L'héroïne est présentée comme une jeune artiste peintre talentueuse. Elle est surtout à mes yeux un personnage qui pourrait prendre place dans un roman à l'eau de rose. Elle a toutes les qualités, elle s'etend bien avec tous les membres de sa famille, qui est tout aussi parfaite qu'elle. N'en jetez plus !

Le premier meurtre change un peu la donne - un tout petit peu - car non seulement Clémence découvre le cadavre mais enquête sur ce meurtre. Elle ne le fait pas par passion de la justice, encore moins parce qu'elle ressent de la compassion pour la victime (j'exagère : elle en ressent tout de même un peu), elle enquête parce que son amant d'enfance est soupçonné de ce crime et qu'elle est sûre de son innocence. Aussi, quand il va être innocenté (parce qu'il va l'être, nous sommes dans un monde parfait), elle va se désintéresser de la recherche du coupable. Pour un temps.

Le nouveau suspect est en effet un des domestiques de ses parents, connu de longue date. Cette fois-ci, la grand-mère de l'héroïne va se joindre à sa petite fille pour prouver son innocence. Ce qui gène Eulalie de Rosmadec n'est pas qu'un innocent puisse être accusé, c'est que la justice se mêle des affaires de son domaine. Au passage, les policiers, les juges sont largement caricaturés, et le lecteur peut comprendre, tant les représentants de la loi paraissent obtus, que les personnages n'aient pas confiance en eux.

Puis, Clémence est avant tout en vacances : le sort de la jeune femme assassinée ne l'empêche nullement de se divertir, et ces longs chapitres consacrés à ses loisirs me paraissent autant de digressions inutiles.

Des personnages sont néanmoints très intéressants dans cette oeuvre, Julien et Albertine de Rosmadec, respectivement oncle et nièce de Clémence. Julien est prêtre, mais sa conscience le tourmente, non à cause de fautes qu'il aurait commise, mais à cause des confessions qu'il reçoit. Ses faiblesses (il a un penchant sérieux pour l'alcool) l'humanise et ne l'empêche pas d'accomplir sa mission. Albertine est tout autre : elle a des "visions" qui la tourmentent et la rendent plus mûre qu'elle ne devrait l'être. Surtout, elle est une enfant de remplacement : elle n'est née que parce que son frère Albert est mort, et sa souffrance, pour discrète qu'elle soit, est bien réelle.

Restent les peintres. Si la création artistique est évoquée, c'est plutôt leurs moeurs des artisites qui nous sont contées - et les retombées économiques de leur présence dans la région.

Quant au dénouement, il reste assez décevant. Il aurait pu être bien plus intéressant si l'auteur avait insisté davantage sur le poids des conventions, l'hypocrisie sociale et religieuse dont a été victime l'assassin.


avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7230
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum