Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Oksanen, Sofi] Purge

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Purge

32% 32% 
[ 8 ]
24% 24% 
[ 6 ]
16% 16% 
[ 4 ]
8% 8% 
[ 2 ]
20% 20% 
[ 5 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 25

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par binou le Jeu 16 Fév 2012 - 17:17

je le note aussi, il me tente bien
avatar
binou
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1145
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : mes passions : mes chiens, mes chats, mon furet, l'ordi et la lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout sauf de la science fiction pure et dure
Date d'inscription : 29/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par beagle le Jeu 12 Avr 2012 - 14:59

J'ai mis le temps, mais je n'ai pas pu résister à l'achat de ce livre quand je l'ai vu en livre de poche. Je ne suis pas déçu. J'ai apprécié ce plongeon dans l'Estonie soviétique, avec l'histoire d'Aliide. J'ai été un peu moins captivé par le destin de Zara.
A chaque lecture sur la période soviétique (que ce soit en URSS ou ici en Estonie), je suis toujours surprise par la dureté de ce régime qui a obligé tant de personnes à oublier leur "humanité" pour pouvoir survivre. Qu'aurais je fait à la place d'Aliide ?
avatar
beagle
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 111
Age : 51
Localisation : isere
Emploi/loisirs : lecture, randonnées, cinema
Genre littéraire préféré : romans contemporains, policiers
Date d'inscription : 21/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par Sarfre le Lun 23 Avr 2012 - 12:04

Dans l'ensemble je n'est pas trop apprécié ce livre. je n'ai jamais vraiment réussi à entrer dans l'histoire. Ce n'est pas que l'histoire de l'Estonie ne m'intéresse pas, bien au contraire j'y suis même déjà aller mais je trouve l'ensemble flou et pas très approfondi. Les critiques étaient pourtant bonnes mais au final j'ai ressenti beaucoup d'ennui avec cette lecture, ce qui a, au fur et à mesure, fini par me lasser et me désintéresser complètement de l'histoire et de ses personnages.
Je ne sais pas si c'est la traduction mais j'ai trouvé le style très lourd. Dans la 1ere partie je n'en pouvais plus de l'utilisation du mot "fille" à tout bout de champs. La fille dit que.. la fille par ci, la fille par là. Très agaçant. Au final un livre qui ne nous apprend pas grand chose. J'en attendais beaucoup plus.

4/10
avatar
Sarfre
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 507
Age : 42
Localisation : Metz
Emploi/loisirs : Informatique
Genre littéraire préféré : Romans classiques, contemporains; Sciences humaines; Fantasy; Policier, Thriller.
Date d'inscription : 14/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par adtraviata le Mar 1 Mai 2012 - 0:02

Découvrir petit à petit l'histoire de ces deux femmes, Aliide et Zara, et à travers elles l'histoire de l'Estonie depuis les années 30 jusqu'à la chute de l'Union soviétique, et dans cette histoire d'Etat, les rouages de l'appareil soviétique, les méthodes du KGB et du NKVD, a été une véritable claque pour moi. Il faut dire que Sofi Oksanen s'est sans doute extrêmement bien documentée, et que par son ascendance à la fois finlandaise et estonienne, elle a pu comprendre de l'intérieur les tensions d'une petite république ballottée entre Europe et Russie, trop faible pour résister au rouleau compresseur des alliances et des trahisons liées au pacte germano-soviétique. Dans cette histoire où les héros d'un jour deviennent les ennemis du peuple le lendemain, les familles se divisent, ou plutôt sont divisées par un pouvoir basé sur la peur, le mensonge, la délation, la corruption. Dans cette histoire, les femmes sont souvent aux avant-postes, pour assurer la vie et la survie, la subsistance et la résistance ; quand les hommes se cachent, elles sont emmenées, arrêtées, violentées, déportées. Mais la vie finit toujours par l'emporter, les femmes résistent et continuent à fabriquer des conserves, à repriser des chaussettes, à cultiver leur jardin. Quand elles ne s'accrochent pas à leur bout de terre estonienne, elles vont tenter leur chance ailleurs, à l'Ouest, où leurs rêves s'arrimeront à un quotidien plus confortable ou se briseront sous le joug d'hommes toujours plus corrompus et assoiffés de pouvoir. Et la honte s'attachera pour toujours à leurs pas.

Combien de fois, à la fin d'un chapitre, n'ai-je pas été révulsée de dégoût par ce que ces femmes doivent subir parfois, mais aussi par ce qu'elles sont capables de faire subir à d'autres.

Dans ce roman dont les pages se tournent avec avidité pour découvrir ce secret qui lie Aliide et Zara, la structure semble éclatée en courts chapitres qui passent de 1992 à 1991 puis aux années 1950 et encore avant la deuxième guerre mondiale. Chapitres eux-mêmes entrecoupés d'extraits d'un journal intime. Cet éclatement n'altère en rien le fil du récit, qui avance comme un puzzle dont les pièces se mettent en place inexorablement. Des détails subtilement introduits dès le début trouvent des échos dans les années et les événements antérieurs, comme la mouche qui bourdonne dans la chambre d'Aliide, une voiture noire ou le cuir des vêtements et des bottes chromées, l'odeur de l'oignon qui imprègne tout. La dernière partie apporte la touche d'amertume finale à ce puzzle. Et si la rencontre entre les deux femmes se termine sur une certaine forme de compréhension (du moins on peut le supposer), aucune note d'espoir ne vient tempérer les révélations finales.

La lecture de ce roman n'a pas été sans me rappeler celle de Léna il y a quelques semaines. Deux lectures presque complémentaires. Mais si le premier roman se termine sur une note très optimiste, celui-ci déroule ce que l'époque stalinienne avait de plus noir, de plus sordide, et dont les conséquences se font certainement sentir encore aujourd'hui dans la société estonienne et ailleurs dans les républiques de l'ex-URSS.

Une histoire aux confins de la folie, celle d'une femme et celle d'un état. Un roman remarquablement intelligent et puissant. A découvrir absolument !
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par Sharon le Mar 1 Mai 2012 - 22:07

Mon avis :

Purge a à mes yeux un atout : ce livre ne peut pas laisser indifférent. Il ne peut pas non plus s'oublier une fois que la page est refermée. Même si je l'ai terminé récemment, je suis certaine que je pourrai encore en parler dans un an, dans deux ans, comme Irlande, nuit froide de Deirdre Madden, La couleur du bonheur de Wei-Wei ou Quand tu es partie de Maggie O'Farrel (lu il y a neuf ans).
Purge est avant tout une histoire de femmes, une histoire aussi de rivalité entre deux soeurs, au point que les générations suivantes se limiteront à une fille unique, une fille que, le plus souvent, sa propre mère ne parviendra pas à aimer. Je suis très sensible, de par mon histoire personnelle, à ce que dit Aliide quand elle dit qu'elle ne peut transmettre à sa fille les chants et les légendes estoniennes que sa mère, et sa grand-mère avant elle lui racontait. Ne pouvoir transmettre est ne pouvoir être une mère pour sa fille.Talvi est en dehors du récit, toujours, car elle a choisi une autre voie (voix?) celle de l'ouest.
Sofia Oksanen écrit de la Finlande, en finnois (pardon pour la redondance mais elle est utile) l'histoire de son peuple, les estoniens. Ils ont perdu leur terre, leur langue, leur coutume, et au moment où se situe l'action, nous n'en sommes qu'au début d'une possible reconquète. Pourtant, Sofia parvient à créer une magnifique fresque romanesque, sans jamais tomber dans l'écueil de la reconstitution historique. C'est vraiment de l'intérieur, avec les tripes, le sang et les larmes des femmes que se vit ce récit d'une page de l'histoire dont on parle peu. Même la catastrophe de Tchernobyl trouve sa place au coeur de ce roman, sans que jamais je n'ai eu l'impression que l'auteur jetait des balises historiques ici ou là pour raccrocher ses lecteurs à des faits connus. Du grand art, vraiment.
Ce récit âpre, fort, bouleversant, évite aussi tous les écueils de la sensiblerie ou du voyeurisme, même s'il nous donne à voir et à sentir la désolation de certains. Plus qu'un livre à chroniquer, il est un livre à lire et à relire, parce que j'ai souvent eu l'impression d'avoir oublié tel ou tel fait.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7512
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par thisa2mars le Mar 1 Mai 2012 - 22:56

Et encore un livre que je ne peux pas m'empêcher de noter.
avatar
thisa2mars
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1948
Age : 32
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 25/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par adtraviata le Mar 1 Mai 2012 - 23:06

Et tu as raison, thisa2mars, après cette critique très attrayante de Sharon !
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par binou le Mer 2 Mai 2012 - 9:53

merci Sharon Wink
avatar
binou
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1145
Age : 61
Localisation : Bruxelles
Emploi/loisirs : mes passions : mes chiens, mes chats, mon furet, l'ordi et la lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout sauf de la science fiction pure et dure
Date d'inscription : 29/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par Invité le Sam 20 Oct 2012 - 16:57

tt a fait vrai la lecture est un plaisir chacun peut le vivre à sa manière
donc pas de préjugé

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par viou1108 le Mar 19 Mar 2013 - 22:17

Que dire encore sur ce roman, après tant d'avis et de critiques ?
Il n’est pas étonnant qu’il ait été récompensé par le prix Femina, puisqu’il est centré sur deux femmes.
L’une, Aliide, dans l’Estonie occidentale de 1992, est vieille et vit seule dans sa ferme à l’écart du village. Elle passe ses journées à préparer des conserves de légumes et ses nuits à guetter les bruits suspects et les voyous des environs qui jouent à lui faire peur.
La vie d’Aliide a basculé début des années 40, quand le beau Hans a posé les yeux sur sa sœur Ingel, et pas sur elle, Aliide. A compter de ce jour, Aliide la sournoise n’aura de cesse de tout faire (il faut insister sur le « tout ») pour conquérir Hans et le détourner de Ingel, la préférée, l’épouse idéale, si belle et si parfaite ménagère. Aliide perdra définitivement son âme une nuit de 1947, dans la cave de la mairie, alors qu’elle est interrogée (euphémisme pour « torturée ») par la police communiste.
L’autre, Zara, dans cette Estonie occidentale de 1992, se réfugie dans le jardin d’Aliide. Bien que méfiante, celle-ci la recueille. Mais qui est cette jeune fille ? Elle dit fuir son mari violent, mais le lecteur apprend bien avant Aliide qu’elle vient en réalité de s’échapper des griffes de son proxénète, mafieux russe. Et que Zara n’arrive pas par hasard chez Aliide, les deux femmes ont en effet quelques gènes en commun.
L’histoire et les secrets de famille nous sont révélés peu à peu, en même temps que nous est racontée, entre les lignes, l’histoire de l’Estonie et de ses occupations successives par l’URSS, puis l’Allemagne nazie, puis à nouveau l’URSS, jusqu’à l’indépendance en 1992.
Les chapitres sautent d’une époque à l’autre, du passé lointain d’Aliide à celui, plus proche, de Zara, pour passer au moment présent de leur rencontre.

Je ne sais pas très bien quoi penser de ce livre. J’aime quand la petite histoire des gens est inscrite dans les remous de l’Histoire, c’est l’occasion pour moi d’apprendre des choses et de joindre l’utile à l’agréable. Mais voilà, ici, la lecture n’est pas agréable.
Certes, c’est bien écrit, bien traduit, le puzzle est drôlement bien amené, bref totale maîtrise du fil de l’intrigue, même si parfois la déstructuration chronologique est frustrante (comme dans les bons thrillers, quand la montée du suspense est soudain interrompue par un changement de sujet).
C’est l’histoire elle-même qui met mal à l’aise, et le style l’amplifie. Des événements terribles sont décrits, ou seulement sous-entendus, froidement, sans émotions, parfois dans des termes crus, ce qui les rend d’autant plus glaçants.
Je suis à peine arrivée à avoir pitié de Zara, pourtant brutalement exploitée, et je n’ai ressenti aucune sympathie pour Aliide, tant ce personnage est ambigu. Les violences infligées à l’une font écho aux humiliations subies par l’autre, et leur ont forgé à chacune une carapace d’insensibilité, rendant l’empathie difficile.
L’auteur ne critique pas ses personnages, elle semble leur chercher des circonstances atténuantes dans les tourbillons du communisme ou du libéralisme. Si au temps d’Aliide, l’URSS était le « grand méchant », la mafia de l’Est a désormais pris le relais pour ce qui est de faire souffrir les femmes.

Mensonges, trahisons, manipulations, collaboration sont au cœur de ce récit, en même temps que le constat paradoxal que le déclencheur de ces horreurs est … l’amour, même s’il s’agit de l’amour perverti, aveugle, égoïste et mal placé qu’Aliide voue à Hans. Ca fait froid dans le dos. Comme de constater qu’on n’a pas de réponse certaine à la question « qu’aurions-nous fait à leur place ? »

Bref j’en ressors avec une sensation de malaise. Cette histoire ne laisse pas indifférent.
avatar
viou1108
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 40
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 10/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par Pistou 117 le Mer 27 Mar 2013 - 12:00

A lire, oui. A relire... non. Je n'en aurai jamais le courage. Ni l'envie. Un peu trop dur... Mais...

J'ai découvert l'histoire récente de l'Estonie, ce qui est une quasi-première pour moi : je me souviens qu'avaient été mentionnés dans mes cours d'histoire les "Etats Baltes", annexés, désannexés et réannexés. Un bloc, paquet de 3, inconnu, sans âme ni existence réelle apparente. Ici, Sofi Oksanen lève le voile sur la vie et l'expérience des personnes qui ont vécu cela. Ca n'a rien à voir avec une phrase dans un manuel scolaire et c'est un enrichissement. La sortie des pays de l'Est du bloc soviétique est mal connue, enfin pour moi. On a beaucoup parlé de l'ex Yougoslavie... pour les autres, je ne savais pas grand chose. J'ai le sentiment que l'auteur m'a emmenée faire un petit tour dans cette partie du monde et de l'histoire. Et ça, c'est passionnant.

D'un aute côté, la façon de vivre d'Aliide en 1992 m'a rappelée celle de mes grands-parents chez qui la vie "moderne" n'a jamais eu sa place : la baignoire en acier galvanisé, le potager, les poules... De cette façon, je me suis sentie proche d'elle. La campagne estonienne m'a évoqué ma campagne flamande. J'ai vu et senti la cour, le puits, la toile cirée sur la table de la cuisine, pièce de vie. Et la question terrible "qu'aurions-nous fait ? Comment aurions-nous, comment aurais-je réagi dans de telles circonstances" se pose avec plus de virulence que jamais.

Enfin, j'ai vraiment beaucoup aimé la façon dont nous est révélée par petites touches le passé d'Aliide. L'expérience de Zara est également effrayante de réalisme. Le style et la façon d'écrire de l'auteur nous font vraiment toucher du doigt une réalité à laquelle nous préférons éviter de penser.

Un petit bémol. Je n'ai pas bien compris l'intérêt des "rapports" figuant en fin de roman. Pour moi, ils sont de trop. Dommage, dommage, je n'étais pas loin du coup de coeur. Bien qu'il soit difficile d'avoir un coup de coeur pour une telle violence, Purge est vraiment un très beau roman

avatar
Pistou 117
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2796
Age : 53
Localisation : LILLE
Genre littéraire préféré : De tout, partout...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par lili78 le Mer 24 Avr 2013 - 18:09

Purge est un roman très fort, un de ceux qui marque.

Ce roman m’a énormément touché, le récit oscille entre la vie de Zara et celle d’Aliide, et entre le passé et le présent : deux femmes, deux époques mais les mêmes souffrances.

J’ai trouvé le personnage d’Aliide très particulier, mais tout de même attachant.

Sofi Oksanen transmet extrêmement bien les sentiments, les descriptions des préparations culinaires sont parfaitement bien réussies. Les scènes de violence sont suggérées plus que montrées. C’est du grand art !

Tout comme Rebecca et Manderley, Aliide et sa ferme resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

« Dans la terre du désespoir poussent de mauvaises fleurs. »
avatar
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2270
Age : 46
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par Pistou 117 le Mer 24 Avr 2013 - 20:49


Belle citation, Lili Very Happy
avatar
Pistou 117
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2796
Age : 53
Localisation : LILLE
Genre littéraire préféré : De tout, partout...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Oksanen, Sofi] Purge

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum