Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Chabrol, Caroline] Sous les cahiers, la mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Chabrol, Caroline] Sous les cahiers, la mort

Message par lagrandestef le Sam 24 Juil 2010 - 19:48


Sous les cahiers, la mort
de Caroline Chabrol

Le manuscrit (2005)
104 pages


Résumé

L'intrigue de ce roman nous amène à découvrir l'histoire douloureuse d'une famille détruite par le secret. Laure Théligny est venue passer quelques jours seule dans la maison héritée de ses parents. Après une rupture amoureuse, elle espère trouver un peu de quiétude et de repos dans le village de son enfance. Mais des événements étranges vont bouleverser sa vie : la découverte de manuscrits dans une décharge publique et la disparition d'une amie. Tandis qu'elle recherche le propriétaire des écrits anonymes, Laure est confrontée au comportement intriguant de l'entourage de son amie. Bientôt, la police la suspecte d'être mêlée à la disparition.

L'auteur

Caroline Chabrol est née à Pantin. Elle a grandi à Bondy en Seine-Saint-Denis (93). Elle a fait des études de lettres, puis de psychomotricité et enfin de psychologie et d'ergonomie. Elle travaille en tant qu'ergonome. Elle vit actuellement dans les Hauts-de-Seine (92).

Mon avis

Trop court, voilà la réflexion qui me vient alors que termine tout juste la lecture de cet ouvrage.
Ce livre est annoncé comme un polar, mais l'enquête strictement policière n'est que secondaire.
Laure Treligny, jeune femme d'une trentaine d'années, vient passer quelques jours dans la maison de ses parents décédés dans le Cantal. Ayant pour habitude d'aller enfant avec son père à la décharge municipale et parfois y d'y découvrir des trésors, elle refait ce pèlerinage, et au milieu des cendres , tombe sur un boite en fer renfermant des carnets et cahiers manuscrits. Elle apprend peu après que Lou-Ann, une amie d'adolescence, a étrangement disparu.

Peu à peu , l'auteur nous amène a faire le lien entre ces cahiers retrouvés et la disparition de Lou- Ann. Qui est derrière tout ça.?

Je dois dire que cette intrigue ferait la trame d'un très bon thriller .Malheureusement, de par sa concision, cette histoire est à mon goût trop superficielle, quel dommage!! On a à peine le temps de faire la connaissance avec les personnages, de se laisser prendre par cette lecture que le livre est terminé.

J'ai beaucoup aimé le style de cette auteure, et l'alternance de narrations, dialogues et de retranscriptions des lettres est intéressante.

En résumé, une très bonne intrigue mais un livre trop court qui m'a laissée sur ma faim
Et une auteure que je vais suivre!

Je remercie bien sûr Blog-o-book, les éditions Le Manuscrit et Caroline Chabrol pour son envoi

Note 14/20



Extrait :

"Elle marche lentement sur un tapis de cendres, trouvant son chemin au milieu des vestiges calcinés. Elle serait passée à côté si, en l'écartant du pied pour dégager le passage, elle n'avait senti son poids. C'est une boîte en fer au couvercle soudé par la chaleur. Elle en force l'ouverture et découvre une dizaine de cahiers et de carnets, intacts. Son père l'emmenait parfois à la décharge publique. Une fois, elle l'avait vu sauver un livre à la couverture en cuir épais, le bord des pages noirci par le feu. Un livre pas intéressant. Un livre pour les grands. Mais un trésor à ses yeux. Accroupie au milieu des objets brûlés, elle feuillette rapidement les cahiers à la recherche du nom de leur propriétaire. Elle ne trouve rien et remet les cahiers en place. Quelques flocons de neige ont commencé à tomber. Elle referme la boîte et se redresse. Une sensation de malaise l'a envahie, l'impression d'être observée. Elle scrute longuement le paysage nu, uniquement bordé au loin par une rangée de grands pins. Aucun mouvement, l'endroit paraît désert. Elle hausse les épaules et remonte le col de sa veste. Un frisson court le long de sa colonne. Elle ramasse la boîte et se dirige rapidement vers sa voiture, soudain pressée de rentrer. Il attend qu'elle soit hors de vue pour s'en aller. Il n'a pas besoin de la suivre. Il sait où elle habite. Laure s'est installée par terre sur l'épais tapis devant la cheminée, les cahiers et les carnets étalés autour d'elle. Elle a cherché à les classer par ordre chronologique. Elle a mis à part les trois cahiers qui ne comportent aucune date. Dehors, la neige a cessé de tomber. Le ciel s'est déchiré par endroits. Des rais de lumière frappent aux vitres du salon. Elle habite une petite maison de plain-pied entourée d'arbres. Une maison de pierres de lave à la sortie du village. La maison de ses parents dont elle a hérité. Elle devra pourtant s'en séparer un jour. Elle n'a pas les moyens de l'entretenir. Elle pourrait la vendre ainsi que son petit appartement. Elle en achèterait un plus grand. Elle n'a pas envie d'y penser maintenant. Elle est venue à Sency pour s'occuper de la tombe de ses parents. Les travaux de rénovation du caveau ont dû bien avancer. Elle est venue pour ne pas tourner entre ses quatre murs à Paris. Pour ne plus tourner et retourner ses pensées depuis qu'il est parti. Elle prend l'un des cahiers sans date qu'elle a mis de côté et commence sa lecture : Je n'essaierai pas de justifier les torts dont je me sens coupable. La culpabilité fait courber l'échine et rend misérable. La culpabilité ne permet d'exprimer que les larmes et pousse à vouloir se faire pardonner. Mais je sais que le pardon ne répare rien du mal que l'on a causé. Comme il est difficile de vivre quand on s'accuse toujours d'avoir mal fait et mal dit. La hantise de faire du mal. Je m'en veux toujours. Je me méprise. “Tu ne t'aimes pas“ disait Nathalie Sarraute. Je répondrais que je m'aime encore trop."

lagrandestef
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 84
Age : 46
Localisation : Auvergne, près de Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : gérante de sociétés, lecture, musique, informatique
Genre littéraire préféré : thriller, humour, roman, un peu de tout en fait
Date d'inscription : 29/01/2010

http://lagrandestef.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chabrol, Caroline] Sous les cahiers, la mort

Message par Pinky le Dim 25 Juil 2010 - 11:46

je ne connais pas, cela semble prometteur... mais de fait si le lecteur a peu de faire connaissance et de se poser... dommage

en tout cas, je le feuilleterai

merci à toi
avatar
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5801
Age : 54
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chabrol, Caroline] Sous les cahiers, la mort

Message par vally le Dim 25 Juil 2010 - 16:07

Je ne connais pas du tout, mais ça a l'air vraiment pas mal !
Merci pour ton avis.
avatar
vally
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2004
Age : 30
Localisation : moselle
Emploi/loisirs : secrétaire médicale
Genre littéraire préféré : policier !
Date d'inscription : 17/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chabrol, Caroline] Sous les cahiers, la mort

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum