Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Jerphagnon, Lucien ] Les divins Césars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis:

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Jerphagnon, Lucien ] Les divins Césars

Message par Invité le Sam 7 Aoû 2010 - 11:55



Poche: 587 pages
Editeur : Hachette (11 février 2009)

Présentation de l'éditeur:
Le prince est là pour commander et les sujets pour obéir. Qu'arrive-t-il si le prince est défaillant ? L'intérêt d'un pouvoir venant des dieux - ou de Dieu - est de lever cette hypothèque. " A ce mythe du pouvoir venu d'En-Haut, tout le monde gagne : le prince, qui rencontre sous lui moins de résistance ; les sujets, qui trouvent au-dessus d'eux moins d'arrogance. Des deux côtés, on accomplit son devoir et on se sent promu ", écrit Lucien Jerphagnon. Dans ce récit qui va d'Auguste à Justinien, de 27 av. J.-C. à 529 de notre ère, Lucien Jerphagnon démonte, avec son génie et son humour habituel, les rouages de l'idéologie et du pouvoir dans la Rome impériale. A travers la naissance, l'évolution et les déboires de cette formidable machine à faire des dieux, il dresse, sur plus de cinq siècles, une formidable fresque, histoire des hommes comme de la pensée, dialogue sans cesse renouvelé entre le divin, le philosophique et le politique.

Avis:
Par Lucien Jerphagnon, à qui on doit aussi entre autres une biographie de l'empereur Julien, qui tenta de restaurer le paganisme en plein 4° siècle.

L'auteur parcourt un demi millénaire d'histoire, en essayent de présenter à ses lecteurs les 58 empereurs qui se sont succédés, et leur rapport avec les philosophes et les idées de leur temps.

Malgré le sujet à priori très érudit, on s'amuse beaucoup. Les portraits sont hauts en couleurs, certains empereurs sages et sobres, d'autres, incroyables personnages qu'aucun romancier ne pourrait imaginer. Les trouvailles de style et l'humour sont au rendez-vous à toutes les pages, on sourit et on s'amuse beaucoup, je cite au hasard Constantin, "plus videur de boite de nuit qu'Elu du Seigneur", Héliogabale, le sinistre "play boy d'Emèse" : enfin, selon la personalité de chacun, que se passe-t-il quand un personnage devient Roi du Monde ? Pour peu qu'il soit déjà instable ou taré, les résultats sont ahurissants. Au milieu de ça, certains philosophes tentent de modérer leurs maîtres, les ramener à plus de sagesse, d'autres jouent les philosophes de Cour et les flagorneurs, d'autres brillent par leur audace, d'autres par leur veulerie à l'égard du pouvoir. L'Empire romain mettra plusieurs siècles à agoniser. Avec l'implantation définitive du Christianisme et l'arrivée du Haut Moyen Age, l'auteurestime que c'est un "long hiver qui s'abat sur l'Occcident" opinion à méditer selon les idées de chacun.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum