Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Jolley, Elizabeth] L'héritage de Miss Peabody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur L'héritage de Miss Peabody d'Elizabeth Jolley

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Jolley, Elizabeth] L'héritage de Miss Peabody

Message par Sharon le Ven 13 Aoû 2010 - 12:55



Titre : L’héritage de Miss Peabody.
Auteur : Elisabeth Jolley.
Editeur : Rivages poche.
Nombre de pages : 212.

Quatrième de couverture :

Une première histoire : Miss Peabody, une vieille fille de Londres qui partage la grisaille de ses jours entre le bureau et une mère clouée au lit, reçoit une lettre de Diana Hopewell, romancière australienne qu’elle admire. La nuit, elle lui répond et devient ainsi l’écouter parfaite d’un roman encore sans titre.
Une deuxième histoire : Miss Thorne, directrice bonne vivante du collège Les Hauts du Pin en Australie, partage ses attachements particuliers entre ses vieilles amies et certaines de ses élèves. Le tout se complique au cours d’un voyage gastronomiques et culturel à Vienne? Paris, Londres. Situations aiguës, parfois cruelles, toujours drôles.
Son imagination emporte Miss Peabody ; c’est l’aventure, la liberté, jusqu’à ne plus savoir où est la réalité et où est la fiction.

Mon avis :

Ce livre est un curieux roman, à la structure narrative originale. D’un côté, nous avons Miss Dorothy Peabody, vieille fille qui exerce à Londres un travail de bureau banal et répétitif. Sa vie quotidienne est rythmée par ses aller et retours au travail, quelques rêveries, les visites d’une voisine et les soins portés à sa vieille mère malade. De l’autre, nous avons les lettres qu’elle reçoit de l’écrivain Diana Hopewell, dont elle est une fervente admiratrice. Ses lettres sont d’une étrange nature. D’une part, elles sont une vraie correspondance entre les deux femmes, de l’autre, Diana envoie à Dorothy les brouillons de son prochain roman.

Du coup, le lecteur découvre le processus créatif à l’intérieur même d’un roman, puisque Diana explique pourquoi elle écrit « dans le désordre », quelle partie il lui reste à développer, ses incertitudes sur la construction de l’intrigue ou sur les personnages. La chronologie du roman dans le roman est bouleversée, mais je n’ai eu aucun mal à suivre l’intrigue. Cet univers que ce soit celui de Miss Peabody ou celui de Miss Thorne est exclusivement féminin. L’intrusion d’un homme dans cet univers paraît impossible, et quand il apparaît, il entraîne une accélération de l’intrigue.

Comme dans Plates coutures de Rosalie Ham, le corps tient une importance capitale. Corps de jeunes filles désirables, désirées, corps de vieilles filles désirants, corps malades, corps souffrant, toutes les petits misères et toutes les imperfections du corps sont montrées, sans pudeur et sans tabou.

La condition féminine est au cœur de ce roman. Si Miss Thorne, comme Miss Peabody, ne souffre pas de ne pas être mariée, Miss Thorne s’interroge sur le devenir des jeunes filles qui lui sont confiées et sur leur soumission (physique et intellectuelle) à un mari.

La création artistique est le second thème de ce roman. Quel est le pouvoir du romancier ? A-t-il le droit de mettre en scène sa propre vie ? Les lettres de Diana ne sont pas sans rappeler le processus de l’autofiction. Elle en dit long aussi sur la solitude de la romancière, qui est obligée de se trouver une lectrice (je n'ose dire une confidente) à des miliers de kilomètres de chez elle.

Le dénouement du roman sonne comme un coup de théâtre. Je dois pourtant dire que je l’avais pressenti.

PS : j'attends maintenant l'avis de Ben, qui lit également ce roman pour la lecture commune.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7509
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum