Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Easton Ellis, Bret] Moins que zéro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment l'avez-vous trouvé?

20% 20% 
[ 1 ]
20% 20% 
[ 1 ]
20% 20% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
20% 20% 
[ 1 ]
20% 20% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 5

[Easton Ellis, Bret] Moins que zéro

Message par Invité le Sam 14 Aoû 2010 - 13:51


Moins que zéro
Bret Easton Ellis
Editions 10/18
249 pages

Quatrième de couverture:

Moins que zéro n'a rien d'un manifeste. C'est un roman de Los Angeles, ville dure, ville sans âme. "On peut disparaître ici sans même s'en apercevoir", écrit Bret Easton Ellis.
L'auteur (qui a seulement vingt ans) ne cherche d'ailleurs pas à nous dire autre chose que ce vide, ce sentiment d'une existence privée de sens. Pour autant, son récit ne tourne pas en rond. Il y a au contraire, chez Bret Easton Ellis une extraordinaire puissance de la narration. Il nous ébranle ce petit jeune homme.
Ses références, il ne faut pas aller les chercher en littérature mais plutôt du côté du rock, ce reflet clinquant de notre époque. A l'image de cette musique, Ellis est spontané, violent et son expression dépouillée. Le roman des années 80 est né. Ouf! Il était temps.

Mes impressions:

Dès les premières pages, j'ai tout de suite remarqué que Bret Easton Ellis avait un style particulier, un style bien à lui. En le lisant, lors des premières pages, j'avais l'impression d'être dans un tourbillon. Les mots, les images défilaient devant moi sans que je puisse les arrêter. Comme quand vous avez l'impression que tout va à une vitesse folle alors que vous êtes tranquillement assis en train de lire. Cependant, j'ai rapidement été déçue mais cela se faisait par intermittence. Tout d'abord, lorsque Clay, le personnage principal rencontre une personne, cette personne est toujours décrite comme blonde et bronzée. Cela vous apparaîtra peut-être comme un détail mais au bout de la dixième fois, cela a commencé tout de même à me fatiguer. Sûrement parce que malheureusement, c'est souvent les seuls détails qu'il nous donne sur ces personnes.
Ce qui m'a également dérangé c'est ce côté "je me drogue avec n'importe quoi et je couche avec n'importe qui". Le sujet en lui-même ne me dérange pas mais ici il semble survolé. Ce n'est ni trash, ni doux, à vrai dire tout paraît vide dans ce livre, tout paraît anesthésié. Les personnages ne semblent pas avoir de sentiments ou plutôt ils ont décidé de tellement les enfouir qu'ils ne savent plus vraiment ce que c'est.
Pourtant, monsieur Bret Easton Ellis semble tout de même savoir comment choquer les gens. Il y a deux scènes dont je me serais bien passée. Elles sont glauques, sordides. Elles font ressortir le mauvais de la nature humaine, celle qui regarde mais qui ne dit rien.
Cependant, j'ai trouvé tout de même deux-trois passages dans ce livre qui m'ont vraiment plu, ce sont des passages où certains personnages sont devenus humains. Même si souvent les causes étaient tristes, ils ont montré qu'ils avaient des sentiments. Il y avait une ambiance particulière à ce moment là et j'aurais aimé la retrouver plus souvent lors de ma lecture.

Même si je n'ai pas vraiment accroché avec ce livre, je ne regrette pas d'avoir lu cet auteur dont j'entendais tant parler. Je pense même que je lirais un autre de ses livres un jour ou l'autre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Easton Ellis, Bret] Moins que zéro

Message par alexielle63 le Sam 14 Aoû 2010 - 14:20

Ben ta critique ne me donne pas envie de retenter l'expérience. J'avais essayé de lire American Psycho et je n'ai même pas pu le terminer : c'était beaucoup trop lent à mon goût. Du coup, si je dois un jour relire cet auteur, ce ne sera pas celui-là puisqu'apparemment tu n'as pas vraiment accroché!
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Easton Ellis, Bret] Moins que zéro

Message par Invité le Sam 14 Aoû 2010 - 14:23

Disons que c'est le genre de livres qui me laisse perplexe.
D'un côté c'est trash mais de l'autre côté, j'ai l'impression que ça ne bouge pas beaucoup. Je crois que c'est ce qui m'a dérangé le plus.
Pourtant, j'aimerais lire un autre livre de cet auteur tout de même, pour me faire une opinion plus affirmée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Easton Ellis, Bret] Moins que zéro

Message par Aaliz le Sam 7 Jan 2012 - 19:29

Beaucoup de personnes n’ont pas aimé ce livre. Et c’est vrai qu’avec Bret Easton Ellis, on aime ou on déteste, difficile d’avoir un avis mitigé. En ce qui me concerne j’ai aimé. J’ai aimé car ce livre m’a conforté dans ma conviction que l’argent ne fait pas le bonheur. J’ai aimé car, tout au long de ma lecture, je me suis rendue compte que ma vie à moi, aussi plate et insignifiante soit-elle, est tout simplement géniale et que je suis une grande chanceuse.

Clay est ce que l’on appelle un « gosse de riche », ses parents sont extrêmement fortunés, il ne manque de rien. Il a 18 ans, il a tout, peut tout faire, et pourtant il ne vit pas.
Son monde se résume aux sorties, en boîte, au cinéma, dans des bars, à des soirées people. Son entourage se compose de parents divorcés, de deux sœurs frivoles, et de ses amis. Enfin … peut-on vraiment parler d’amis ? Ils sont bien sûr du même milieu que Clay, sont livrés à eux-mêmes par des parents absents qui les ignorent, passent leur temps aux mêmes activités, se droguent, dealent et s’envoient en l’air avec tout ce qui bouge.

Tous les personnages que l’on croise dans ce roman se ressemblent : cheveux blonds coupés court, bronzage. Il y a beaucoup de personnages et j’ai eu parfois des difficultés à me remémorer qui était qui. Et puis il y a cette atmosphère lourde, pesante et malsaine. Il fait chaud en Californie, Clay souffre de cette chaleur, BEE insiste beaucoup sur ce détail et fait de nombreuses allusions au feu ou à des incendies faisant ainsi rapprocher le décor qu’il construit à l’Enfer lui-même : les petits-anges blonds qui ont tout pour réussir se retrouvent déchus et se débattent dans les flammes de la géhenne. Et le pire c’est que Clay a parfaitement conscience de tout ça, il l’avoue lui-même, il ne souhaite plus rien, ne s’intéresse à rien, n’a envie de rien, comme s’il avait baissé les bras et ne pouvait plus que se contenter de subir et de rester passif.

Certaines scènes sont un peu dures et choquantes, d’autres assez étranges. BEE parvient avec talent à décrire et à transmettre au lecteur ce désarroi et ce mal-être. Je me suis sentie aussi mal que Clay à certains endroits et j’avoue avoir ressenti de la pitié pour lui même si je me suis parfois interrogée à son sujet, notamment sur sa manie qu’il avait, plus jeune, de collectionner les articles de faits divers violents et sanglants. Je m’attendais alors à chaque instant à un dérapage, à ce qu’il franchisse la ligne mais au contraire, quand l’occasion se présente il refuse. J’ai donc eu tendance à mettre ça sur le compte de l’adolescence et de l’inévitable attrait que constitue parfois ce genre de choses pour les ados.

Ne lisez pas ce livre si vous voulez de l’aventure et des tas de rebondissements. Non, ce n’est pas ce genre de romans là. Certains se sont ennuyés, je peux les comprendre. Mais c’est justement l’axe de ce roman : l’ennui. Clay s’ennuie, ne trouve aucun sens à sa vie. Je l’ai déjà dit , il peut tout avoir et tout faire sauf qu’il ne peut pas rêver, il ne peut pas avoir d’objectifs, de projets, il sait d’avance qu’il lui suffit de s’y mettre pour réussir. Comment concevoir son existence sans lui donner un sens ? Ce qui finalement nous fait avancer et lever chaque matin n’est-il justement pas le fait que l’on a des défis à relever, des buts à atteindre ?
Mais à ces jeunes-là, ces anges blonds, que leur reste-t-il ? Si ce n’est la découverte de sensations fortes : la drogue d’abord, le sexe jusqu’au viol et la prostitution, la fascination pour un cadavre trouvé dans une ruelle …
Moins que zéro : en-dessous du niveau zéro le monde des enfers.
Moins que zéro : la température dans l’espace, dans le vide interstellaire.
Moins que zéro : le récit du vide de l’existence et de l’enfer sur Terre.

Quelques mots sur le style : un style clair, précis, efficace parfois cru. BEE donne dans le détail c’est-à-dire qu’il raconte chaque geste que fait Clay (pas systématiquement non plus je vous rassure) mais à certains passages ça m’a marqué. Comme si BEE voulait ainsi combler le vide de l’existence de Clay. Les dialogues aussi m’ont surprise. Là où on pourrait voir des répliques inutiles, j’ai trouvé qu’au contraire BEE parvenait à nous retranscrire les dialogues tels qu’ils auraient réellement pu avoir lieu. Des platitudes, là encore pour combler le silence, le vide.

Aussitôt après avoir terminé ma lecture de ce livre, j’ai couru à la librairie me procurer la suite : Suite(s) impériale(s). J’ai hâte de voir ce qu’est devenu Clay.
avatar
Aaliz
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 108
Age : 37
Localisation : Paris
Genre littéraire préféré : Contemporain, Classique, Historique
Date d'inscription : 28/07/2011

http://booksandfruits.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Easton Ellis, Bret] Moins que zéro

Message par thisa2mars le Dim 8 Jan 2012 - 12:43

Je n'ai pas aimé ce livre, plus précisément je n'en ai pas compris l'intérêt.
Au vu de ce que j'ai entendu à propos de ce bouquin je me dis que j'ai dû complètement passer a côté mais tant pis, je ne retenterai pas de lire cet auteur.
avatar
thisa2mars
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1948
Age : 32
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 25/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Easton Ellis, Bret] Moins que zéro

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum