Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Hamilton, Hugo] Comme personne

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur "Comme personne"?

0% 0% 
[ 0 ]
33% 33% 
[ 3 ]
33% 33% 
[ 3 ]
22% 22% 
[ 2 ]
11% 11% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 9

Re: [Hamilton, Hugo] Comme personne

Message par virgule le Dim 29 Juil 2012 - 18:17

J'ai voté : moyennement apprécié.

J'ai été déçue par ce roman. Le sujet m'intéressait et me laissait espérer un aller-retour permanent entre le passé et le présent, l'enfant confié à sa mère en 1945 et l'homme qu'il est devenu 60 ans plus tard. Une alternance des époques telle qu'on peut la trouver dans Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay aurait permis un récit bien construit.

Mais ici, ce n'est pas le cas. Ce récit est une accumulation de scènes de vie, toutes époques confondues, qui se mêlent en un kaléidoscope d'images. Je pensais que le puzzle se construirait à la fin du livre, mais ça n'est pas le cas. De plus, certaines scènes m'ont semblé incongrues (la rencontre homosexuelle) ou vulgaires (la description des corps avant le bain dans le lac).

Le personnage de Mara, positif, optimiste, apporte de la fraîcheur dans le récit, un récit marqué par le poids du passé, la guerre, la culpabilité vis-à-vis du peuple juif... un récit au final bien morose.

La quête d'identité de Gregor n'est qu'un prétexte pour parler de la mémoire collective des Allemands. J'ai trouvé le personnage assez vide, en fuite perpétuelle. On ne sait pas qui il est ni ce qu'il cherche. Il fuit. Et nous entraîne dans sa chute.

J'espérais vraiment que la fin apporterait une ouverture, un peu d'espoir. Mais ce n'est pas le cas.
Grosse déception, donc.


3 citations :

En définitive, il est peut-être devenu comme tous ces citadins qui partagent une interdépendance sans espoir : incapable de vivre sans ses tasses et ses petites cuillères, sans son café à emporter. Sans ses journaux et sans Internet, sans les transports en commun, sans les lieux de rencontre. Sans être entouré d'une ville où partout affleure la mémoire. Sans la protection de l'Histoire.

Existe-t-il des personnes qui n'ont pas le don d'aimer, comme d'autres n'ont pas l'oreille musicale, le don de la danse ou ce sens de l'équilibre qui permet de faire tourner une assiette sur un bâton ? Des êtres dont l'histoire est dévastée. Dont la poitrine abrite un coeur froid.

Il se sent chez lui dans ce verger. [...] Est-ce que chacun éprouve ce même sentiment en cueillant des pommes par une chaude journée, alors que l'été joue les prolongations ? Cette impression d'être relié à la terre, à une chaîne de temps ininterrompue, occupé à son tour à une besogne ancienne accomplie par d'autres, au même endroit, pendant des centaines d'années.
avatar
virgule
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2458
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 22/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hamilton, Hugo] Comme personne

Message par lalyre le Ven 1 Fév 2013 - 20:50

C’est lorsque les bombes pleuvent sur Berlin que Grégor, trois ans, le petit garçon de Maria est enseveli sous les décombres et perd la vie. Maria quitte la ville et lorsque son père lui amène un petit garçon du même âge que Grégor, un enfant perdu comme beaucoup d’autres, elle le nommera Grégor. Ainsi commence le roman, mais Grégor en grandissant, devenant adolescent, ensuite adulte se pose des questions car il a entendu quelques conversations feutrées qui le font douter de son identité. Cela pour la grande histoire, car dans ce roman on s’interroge sur les mystères de la filiation, le pourquoi des non-dits de la part des parents, sur Grégor qui ne cesse de chercher sa place dans la vie, se sentant souvent dans l’âme d’un imposteur ayant pris la place d’un autre. Il y a aussi les rapports fils-père, celui-ci étant rentré chez lui dès la guerre terminée. Grégor par ses actes et ses relations aux autres n’arrive pas à se définir. Je pense que l’auteur par des mots simples évoque les désarrois d’une enfance blessée, une vie d’errance au cours de laquelle il cherche l’autre partie de son identité, revisitant son passé à l’aune de sa vie présente. Je me pose cette question, Grégor pourra t-il se trouver en paix dans les dernières années de sa vie ? Jai aimé cette lecture avec ses passages bouleversants, une histoire qui aurait pu se passer dans l’ambiance toute proche de l’après-guerre et cependant agrémentée de moments de gaieté car Grégor n’est pas le seul personnage du roman.
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5710
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hamilton, Hugo] Comme personne

Message par Lovebook le Ven 1 Fév 2013 - 22:25

Ce livre m'intéresse, je me le note!
avatar
Lovebook
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 431
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 15/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hamilton, Hugo] Comme personne

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum