Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[COHEN, Albert] Le Livre de Ma Mère

29% 29% 
[ 2 ]
43% 43% 
[ 3 ]
0% 0% 
[ 0 ]
28% 28% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 7

[Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Message par LOUBHI 49 le Lun 22 Nov 2010 - 16:19




Extrait de l'introduction de l'éditeur :

Peu de livres ont connu un succès aussi constant que "Le Livre de ma Mère". Ce livre bouleversant est l'évocation d'une femme à la fois "quotidienne" et sublime, une mère, aujourd'hui morte, qui n'a vécu que pour son fils et par son fils. Ce livre d'un fils est aussi le livre de tous les fils. Chacun de nous y reconnaîtra sa propre mère, sainte sentinelle, courage et bonté, chaleur et regard d'amour. Et tout fils pleurant sa mère disparue y retrouvera les reproches qu'il s'adresse à lui-même lorsqu'il pense à telle circonstance où il s'est montré ingrat, indifférent ou incompréhensif. Regrets ou remords tardifs.
"Aucun fils ne sait vraiment que sa mère mourra et tous les fils se fâchent et s'impatientent contre leurs mères, les fous si tôt punis" Mais il faut laisser la parole à Albert Cohen.

Présentation de l'auteur :
Albert Cohen, né en 1895 à Corfou, a fait ses études secondaires à Marseille et ses études universitaires à Genève. Il a été attaché à la division diplomatique du Bureau International du travail à Genève. En sa qualité de conseiller juridique du Comité intergouvernemental pour les réfugiés, il a été chargé de l'élaboration de l'accord international du 15 Octobre 1946 relatifs à la protection des réfugiés.
Autres oeuvres : "Solal", "Mangeclous", "Le Livre de ma Mère", "Belle du Seigneur" ou "O vous, frères humains". Il est mort à Genève le 17 Octobre 1981.
Contexte de rédaction de ce livre :
On ne dira jamais que ce livre est à caractère autobiographique. C'est à Londres, auprès de la France Libre qu'Albert Cohen apprend la mort de sa mère, à Marseille en janvier 1943.
Il est loin d'elle, sans possibilité même de lui faire un dernier adieu puisque les Allemands ont envahi la "zone libre" le 9 Novembre 1942. La douleur submerge Albert Cohen. Il en naîtra presque immédiatement un texte admirable "Un chant de mort" qu'il reprendra en 1953 et qui deviendra dans sa version définitive "Le Livre de ma mère".

Avis et critique :

Un avertissement clair, attention à tous ceux qui vont se lancer dans la lecture de ce livre, tout simplement bouleversant, vous allez pleurer et vous ne pourrez pas le lâcher sans l'avoir fini.
Un cri sur plus de 175 pages, un cri de douleur, d'amour où tous les souvenirs vont remonter en vrac et se montrer émouvant, déchirant et assez régulièrement drôle aussi dans les échanges entre Albert Cohen et sa mère.
Clairement et avec infiniment de regrets de ne pas avoir dit plutôt à sa mère, combien elle fut importante et combien son sacrifice à l'édification de la réussite (privée, professionnelle) de son mari puis de son fils unique fut total, Albert Cohen se montre émouvant et bouleversé.
Hommage fantastique et auto critique, parfois un peu excessif, ce livre ne peut pas laisser indifférent tant dans le descriptif de petites scènes intimes que dans les excès de cette relation passionnée entre une mère et son fils.
N'ayant pas encore et fort heureusement vécu la perte de ma propre mère, ce livre me trouble et me charge aussi de certains regrets de ne pas avoir dit un certain nombre de choses parfois minuscules mais qui sont parfois si importantes.


Dernière édition par Nephtys le Lun 22 Nov 2010 - 16:48, édité 1 fois (Raison : correction titre)

_________________
Lectures en cours :

- "Pauca Mea " de Victor Hugo.
- "Hiver à Sokcho" d'Elisa Shua Dusapin.
- " Les Mains Lachées" d'Anaïs Llobet.
- "Marguerite" de Jacky Durand".

La pensée du moment :

"Les Hommes sont malheureux parce qu'ils ne réalisent pas les rêves qu'ils ont" Jacques Brel.
avatar
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2221
Age : 51
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Message par Invité le Lun 22 Nov 2010 - 16:20

il ne m'a pas tiré de larmes ce livre
Apprécié, oui, mais sans plus

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Message par Sidou-69 le Mar 21 Déc 2010 - 15:50

Un livre fabuleux. A travers les lignes d'Albert Cohen, on se retrouve, je me retrouve, on retrouve note mère, l'amour qu'on a pour elle. C'est un livre qui m'a vraiment touché. Il faut profiter de sa mère, lui dire qu'on l'aime, parce que toute bonne chose a malheureusement une fin ... C'est ça la vie !
avatar
Sidou-69
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 743
Age : 27
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 10/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Message par Invité le Mar 1 Mar 2011 - 17:03

Mes impressions :

Bien loin du bouleversement annoncé, ce livre a plutôt suscité chez moi de l’énervement voire de l’ennui à certains moments. Je n’ai peut-être pas compris le sens de ce livre mais j’ai trouvé ce fils ingrat et pas aussi respectueux de sa mère qu’il voudrait le faire croire.
Alors évidemment que ses termes sont touchants, elle semble réellement lui manquer mais j’ai ressenti ce manque plutôt comme une culpabilité de ne pas avoir fait ce qu’il aurait du faire tant qu’elle était là.

Cette mère est attachante mais j’ai eu parfois envie de la bousculer. Son fils est tout pour elle et ce fils ne se gêne absolument pas pour en profiter. J’ai été vraiment dérangée par certains thèmes lorsqu’il parle d’elle, lorsqu’il se moque. Parce que ce sont vraiment des moqueries, il parle de taquinerie, d’ironie mais j’ai trouvé souvent cela blessant. Répétant sans cesse que sa mère est gauche, maladroite et j’en passe. Certains défauts peuvent parfois devenir des éléments touchants mais lorsqu’il en parle, j’ai plutôt ressenti une gêne, comme s’il avait voulu que sa mère soit une autre.

Passé ce moment où il fait appel à des souvenirs concernant ces petits moments de bonheur passés avec sa mère, sans qu’il ne se rende vraiment compte de la chance qu’il a, l’auteur va alors nous parler du manque de sa mère. Et même là, je n’ai pas été touchée. Je me suis retrouvée face à un narrateur plaintif, ressassant sans cesse que sa mère est morte. Apostrophant le lecteur en lui disant de profiter de sa chance, de sa mère encore vivante.

En refermant le livre, j’ai vraiment eu l’impression que l’auteur avait écrit ce livre pour lui-même et non en souvenir de sa mère. Ecrire pour essayer d’effacer cette culpabilité, celle d’avoir été un enfant ingrat, de n’avoir pas profité de cette mère qui aurait donné sa vie pour lui et de ne s’en être même pas rendu compte.
Alors non, je n’ai pas été touchée car pour moi, ce livre est terriblement égoïste, il n’est absolument pas un hommage aux mères mais plutôt un moyen d’apaiser sa conscience.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Message par lili78 le Mer 25 Sep 2013 - 17:25

Avec ce livre l’auteur rend hommage à sa mère.
Je n’ai pas beaucoup aimé cette lecture, je l’ai trouvé ennuyeuse à travers les yeux du fils et répétitive dans sa façon d’exprimer la mort de sa mère.
Mais j’ai tout de même apprécié cette maman qui a concentré sa vie autour de son fils et de son mari. Je l’ai trouvé très attachante, elle et elle seule.
avatar
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2270
Age : 45
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Message par Moulin-à-Vent le Mar 9 Déc 2014 - 21:49

Comme l'auteur lui-même le dit, ce roman est un «chant de mort».
Ce roman est une complainte juive de plus de 200 pages. Le père est complètement absent de ce roman, sauf les très rares fois où il accompagne son fils.
Un beau portrait de l'amour inconditionnel et exclusif d'une mère pour son fils.
L'écriture est agréable et non absente d'humour. De plus, le fils a des comptes à régler avec Dieu et la religion.
C'est contemporain et, comme il se doit, les dernières pages sont les meilleures.
Ma cote: 6,5/10.

Citations

"Ce qui est laid, c'est que sur cette terre il ne suffise pas d'être tendre et naïf pour être accueilli à bras ouverts."


"... cette étrange et pénétrante pitié que nous avons pour ceux que nous aimons et dont nous connaissons le secret dénuement..."


"... cet amant désespéré qui sanglote devant la tombe, sous sa douleur il y a peut-être une affreuse involontaire joie, une pécheresse joie à vivre encore, lui, une inconsciente joie, une organique joie dont il n'est pas le maître, une involontaire joie de contraste entre cette morte et ce vivant qui dit sa douleur pourtant vraie. Avoir de la douleur, c'est vivre, c'est en être, c'est y être encore."


"... quelle est cette farce que nous jouons, cette courte farce d'ambitions, d'espoirs, d'amours, de joies destinées à disparaître pour toujours, cette farce que Tu nous fais jouer?"


"... pourquoi lui as-Tu donné le désir de rire et de vivre si Tu l'avais, dès son berceau, condamnée à mort, ô Juge à la monotone sentence, Juge sans imagination et qui ne connais qu'une seule sentence, toujours capitale, pourquoi et quelle est cette tromperie?"


"Je crie à l'abus de confiance, à la sinistre plaisanterie. O Dieu, du droit de mon agonie qui est proche, je Te dis qu'elle n'est pas drôle, Ta plaisanterie de nous donner cet effrayant et bel amour de la vie pour nous allonger ensuite, les uns après les autres, et faire de nous des immobiles que de futurs immobiles enfouissent sous terre..."


(Albert Cohen, "Le livre de ma mère")
avatar
Moulin-à-Vent
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 1975
Age : 65
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Roman historique
Date d'inscription : 07/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cohen, Albert] Le Livre de Ma Mère

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum