Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Condé, Maryse] En attendant la montée des eaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez -vous apprécié ce livre?

50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Condé, Maryse] En attendant la montée des eaux

Message par Invité le Mer 22 Déc 2010 - 19:44

En attendant la montée des eaux

Auteur : Maryse Condé

Née en 1934 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Maryse Condé est l’auteur d’une œuvre considérable : la trilogie Ségou, La Migration des cœurs, La Traversée de la mangrove, Désirada, La Belle Créole, Histoire de la femme cannibale, Les Belles Ténébreuses, publiée aux Editions Robert Laffont et au Mercure de France. Elle a reçu le prix Tropiques, le prix de l’Académie Française et le prix Marguerite Yourcenar. Après avoir longtemps enseigné à l’Université de Columbia, elle se partage aujourd’hui entre Paris et New York.
On retrouve dans En attendant la montée des eaux ses thèmes et ses paysages de prédilection, l’empire de Ségou, les sociétés antillaises, la terrible Haïti.

Editeur : JC Lattès
Nombres de pages
: 364 pages
4ème de couverture :

Babakar est médecin. Il vit seul avec ses souvenirs d’une enfance africaine, d’une mère aux yeux bleus qui vient le visiter en songe, d’un ancien amour, Azelia, disparue elle aussi, et autres rêves de jeunesse d’avant son exil en Guadeloupe, berceau de sa famille. Mais le hasard ou la providence place une enfant sur sa route et l’oblige à renoncer à sa solitude, à ses fantômes.
La petite Anaïs n’a que lui. Sa mère, une réfugiée haïtienne, est morte en la mettant au monde, lui léguant sa fuite et sa misère. Babakar veut lui offrir un autre avenir. Ils s’envolent pour Haïti, cette île martyrisée par la violence, les gouvernements corrompus, les bandes rebelles, mais si belle, si envoûtante. Babakar recherche la famille d’Anaïs, une tante, un oncle, des grands-parents peut-être, qui pourraient lui raconter son histoire. Mais Babakar ne rencontre personne et ne peut compter que sur lui et sur ses deux amis Movar et Fouad. Des hommes qui lui ressemblent, exilés, solitaires, à la recherche d’eux-mêmes et qui trouvent à Haïti des réponses à leur quête, un lieu de paix au milieu des décombres.

Mon avis :



Dernière édition par mimi54 le Ven 1 Avr 2011 - 18:03, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Condé, Maryse] En attendant la montée des eaux

Message par Bernard le Mer 22 Déc 2010 - 21:15

Merci ce cet avis, Mimi.

B
avatar
Bernard
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 519
Age : 72
Localisation : Pays d'Auge
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Polars
Date d'inscription : 22/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Condé, Maryse] En attendant la montée des eaux

Message par odile le Mer 10 Aoû 2011 - 16:38

Au delà de l'histoire de la petite Anaïs, recueillie par Babakar, le roman est le prétexte pour montrer l'absurdité des guerres civiles, qu'elles se déroulent en Afrique noire, en Palestine ou en Haïti. Des hommes se battent contre leurs frères pour défendre une liberté, un idéal mais le libérateur d'aujourd'hui deviendra le dictateur de demain et il est difficile de rester neutre sans choisir un camp plutôt que l'autre.
Le livre est aussi une réflexion sur l'attachement au passé, à ses racines, à sa culture.

L'écriture de Maryse Condé est agréable, elle retranscrit très bien les atmosphères, j'ai déambulé dans les rues de Éburnéa (Côte d'ivoire ?) ou de Port aux princes à la suite des personnages mais je ne suis pas vraiment rentrée dans l'histoire d'où l'avis "moyennement apprécié". De plus, les phrases en créole non traduites m'ont un peu gêné : heureusement qu'il n'y en a pas trop.
avatar
odile
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 271
Age : 57
Localisation : entre Chatillon (92) et Voiron (38)
Emploi/loisirs : Ingénieur / Voyages, sport, couture
Genre littéraire préféré : Romans contemporains et policiers de temps en temps
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Condé, Maryse] En attendant la montée des eaux

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum