Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Sherriff, R.C] Le manuscrit Hopkins

Aller en bas

Votre avis sur ce livre ?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Sherriff, R.C] Le manuscrit Hopkins

Message par Invité le Dim 9 Jan 2011 - 20:25



Quatrième de couverture

La lune va se décrocher du ciel britannique et personne ne le sait qu’une poignée d’hommes bien décidés à garder le secret jusqu’au bout. Parmi eux un éleveur de poules qui appartient à la race de ceux qui survivent aux catastrophes : c’est ce survivant sans grandeur qui va nous raconter la plus terrible histoire vécue par le monde occidental et la consigner dans un manuscrit fantastique que les hommes du futur baptiseront Hopkins.
Dans la lignée d’un Wells, ce maître dans l’art d’inventer des fables pour faire réfléchir ses contemporains, mais avec une ironie, un sens du comique qui ne sont qu’à lui, R.C. Sherriff a composé le plus saisissant et le plus original des romans apocalyptiques. Ce chef-d’œuvre de la science-fiction anglaise, qui a influencé Aldiss ou Wyndham, a été salué par les maîtres du genre, dont Michael Moorcock qui en signe la préface inédite.
Un livre qui vous fera regarder la lune bien différemment…

Ma critique

C'est très rare, mais j'ai finis par abandonner la lecture de cet ouvrage présenté comme fondateur de la SF anglaise. La raison : "l'amour-propre de son auteurEdgard Hopkins, et l'étroitesse de ses vues" rendent la lecture pénible. Réussir un personnage aussi antipathique et sans relief, c'est rare, mais c'est prendre le risque que le lecteur en vienne jusqu'à le fuir, ce qui est mon cas. 0/10

Edité chez l'Arbre vengeur ; 411 pages.


Dernière édition par Olorin le Dim 5 Juin 2011 - 23:10, édité 3 fois (Raison : correction du titre)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum