Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Anglada, Maria Angels] Le cahier d'Aram

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Anglada, Maria Angels] Le cahier d'Aram

Message par Velouria le Dim 16 Jan 2011 - 1:15



Éditeur : Stock (21 avril 2010)
Collection : La cosmopolite
153 pages

Quatrième de couverture :

Aram a quinze ans lorsqu’il doit fuir son Arménie chérie avec sa mère, Maryk, pour échapper à la mort. Nous sommes en 1915, année où le gouvernement turc a décrété l’extermination du peuple arménien. Ils marchent des jours et des jours dans un pays dévasté par la guerre, pour échouer en Arménie russe où ils seront finalement à l’abri. Puis c’est l’exil : d’abord la Grèce, sur la petite île de Symi où Aram devient pêcheur de corail, puis Marseille, lieu de refuge pour la communauté ; il faut fuir les fantômes. Là-bas, la vie continue : Maryk finira par refaire sa vie et Aram par rencontrer l’amour. Il va alors tout consigner dans un carnet que lui avait offert son père, Vahé, un grand poète connu et respecté de tous, mort aux mains des Turcs. Pour perpétuer sa mémoire. La mémoire d’un peuple marqué à jamais. La mémoire d’une tuerie sans précédent.

Après Le violon d’Auschwitz, Maria Àngels Anglada s’attaque à un autre grand drame humain du xxe siècle : le génocide arménien. Mêlant encore une fois fiction et réalité, en s’inspirant de la vie du grand poète Daniel Varoujan et en insérant des poèmes et des témoignages authentiques, elle brouille la frontière entre l’histoire et l’Histoire. Noble et sensible, sa plume saisit l’horreur et la tempête avec justesse, montrant comment la poésie peut parfois éloigner l’ignominie, mais ne peut pas toujours lutter contre la haine.

Une petite biographie de l'auteure récupérée sur Amazon :

Maria Àngels Anglada (1930-1999) est l’un des plus prestigieux auteurs catalans.
Philologue, poète, essayiste, romancière, elle a de nombreux ouvrages à son actif. Son premier roman, Les closes, remporte le prix Josep Pla en 1978, tandis que Columnes d’Ores, qui réunit toute sa somme poétique, se voit attribué le prix Lletra d’Or en 1985. Véritable touche-à-tout, cette passionnée d’histoire grecque et de poésie italienne a su imposer une œuvre singulière entremêlant fiction et réalité.

Mon avis

J'étais en train de lire un livre dont je tairai le nom, complètement insipide et plat quand soudain je me suis dis "oh et merde, j'arrête là les frais!"
Puis je regarde ma pile... Qu'est ce que je pourrais bien lire? Le cahier d'Aram me tendait les bras (oui oui un bouquin peut très bien avoir des bras à sa façon). En ce moment, j'ai besoin de me détendre et je n'avais pas forcément envie de lire sur le génocide arménien. Mais il m'a vraiment tendu les bras, je l'ai donc attrapé, pour ne le lâcher que deux heures plus tard.

L'auteur se met en scène au tout début de l'histoire en racontant comment elle a trouvé les écrits de cet adolescent arménien. Il a du fuir ses bourreaux turcs avec sa mère. Anglada a en fait imaginé Aram et sa famille : sa mère Maryk et son père Vahé le poète (pour ce dernier elle s'est inspirée du poète arménien Daniel Varoujan) mais ce qui est vrai dans le roman sont l'exil, les massacres et le génocide.

Et ce roman est en fait un poème. Une ode aux arméniens sacrifiés. Très dur certes, mais sans aucun voyeurisme. Dur mais très beau. Aram et sa mère vivent malgré tout. Lui dans la mer qu'il aime tant, elle en se souvenant de son homme qu'elle aimait tant. Et ils nous racontent leur histoire.

Une histoire qui raconte l'Histoire. On dit souvent qu'il ne faut pas oublier les horreurs du passé. Mais c'est aussi une histoire magnifique...

Deux heures de poésie tout simplement...




avatar
Velouria
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 383
Age : 38
Localisation : Marseille
Genre littéraire préféré : Romans contemporains, polars, BD, mangas...
Date d'inscription : 18/12/2010

http://velouriaaa.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Anglada, Maria Angels] Le cahier d'Aram

Message par Invité le Lun 17 Jan 2011 - 15:06

J'aime beaucoup ton avis. Et je connais également des livres qui ont des bras Smile.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Anglada, Maria Angels] Le cahier d'Aram

Message par Invité le Lun 17 Jan 2011 - 15:09

Voyager-en-lecture a écrit:J'aime beaucoup ton avis. Et je connais également des livres qui ont des bras Smile.

Moi aussi je connais; et ces bras là sont plus forts que moi

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Anglada, Maria Angels] Le cahier d'Aram

Message par Velouria le Lun 17 Jan 2011 - 15:22

Merci beaucoup Voyager en lecture! Smile

Et pour Mimi et Voyager, je suis rassurée de ne pas être la seule à voir des bras chez les livres! Ouf!! Wink
avatar
Velouria
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 383
Age : 38
Localisation : Marseille
Genre littéraire préféré : Romans contemporains, polars, BD, mangas...
Date d'inscription : 18/12/2010

http://velouriaaa.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Anglada, Maria Angels] Le cahier d'Aram

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum