Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Evans, Pénélope] La locataire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Evans, Pénélope] La locataire.

Message par Sara2a le Mer 19 Jan 2011 - 0:47



Auteur : Pénélope EVANS
Titre : La locataire
Genre: Suspens
Éditeur: Calmann-Lévy
Nombre de pages: 301
ISBN : 2-7021-2549-2

Quatrième de couverture:

Ce roman de terreur psychologique dans la ligne de Psychose saisit aux tripes: à croire que Pénélope EVANS est l’enfant prodigue d’Hitchcock et de Patricia Highsmith.

Larry Mann, vieil homme solitaire vivant dans la morosité au dernier étage d’une maison délabrée du nord de Londres, voue au sexe féminin une haine farouche depuis que sa femme et sa fille l’ont abandonné. Il confie son obsession pour Amanda, jeune et pâle étudiante qui vient d’emménager juste au-dessous de chez lui. Elle est si douce, si réservée et compatissante, si différente de toutes les autres: un modèle de pureté ! Son existence s’organise désormais autour de cette jeune fille qui occupe toutes ses pensées : il est aux petits soins avec elle, la couvre de présents, lui prépare ses repas, met de l’ordre chez elle en son absence. Cette jeune femme-enfant innocente n’est-elle pas l’âme sœur qu’il a toujours cherchée? Apitoyée par Larry, Amanda se laisse prendre peu à peu dans la toile qu’il tisse autour d’elle. Chaque geste de générosité compatissante est interprété par lui comme un témoignage affection réciproque . Comment ne se sentirait-il pas autorisé à observer furtivement ses va et vient, à s’insinuer progressivement dans sa vie privée, à envahir chaque jour davantage son intimité, agençant méthodiquement sa psychose ? A travers le monologue de Larry, la montée de la tension psychologique est inexorable, brillamment ponctuée de superbes traits d’humour noir. Le lecteur partage le malaise de la proie, puis son inquiétude, enfin son angoisse et bientôt son effroi… Jusqu’au dénouement.

Pénélope EVANS est née en 1959. La locataire est son premier roman: un coup d’essai salué par la presse britannique unanime comme un coup de maître ( London Times : « Sinistre, drôle et effrayant » ; Vogue : « Un véritable suspens à vous faire dresser les cheveux sur la tête. Un remarquable début en littérature »; Daily Mail : « Un exceptionnel contrôle de la narration ») et qui lui vaut d’être propulsée d’emblée sur la scène littéraire dans plus de six pays.

Mon avis :

La majeure partie de l’histoire se déroule dans une maison londonienne; au rez-de-chaussée vivent les propriétaires, Ethel Duck, une femme qui ressemble à une geôlière et son mari handicapé, au premier étage vient d’emménager Amanda, une jeune étudiante à la personnalité assez effacée et au dernier étage, dominant la maison vit Larry Mann, un vieil homme solitaire, imbu de sa personne et gluant de sympathie.

La narration sera faite par Larry qui s’adresse directement au lecteur, n’avoir que son point de vue confèrera un sentiment de frustration et de malaise, car Larry est un personnage redondant, ennuyeux, qui se prend pour le nombril du monde. J’aurai aimé avoir la version des autres personnages qui ressemblent beaucoup plus à des pantins qu’à des acteurs dans ce huis- clos où règne une paranoïa étouffante.

Pénélope EVANS livre un roman d’atmosphère où l’ambiance d’angoisse est pesante. Cela est surtout du à son personnage Larry qu’elle laissera s’exprimer seul tout au long du récit. Le décor pèse également sur les faits, on s’imagine sans peine ces appartements miteux, dont le papier vieillissant se décolle à certains endroits comme le masque de Larry.

Pour ce qui est du dénouement on le sent hélas arriver trop vite à mon goût, dommage.

Je m’attendais à beaucoup plus de suspens et de coups de théâtres. L’auteure s’est efforcée de travailler son personnage et l’ambiance générale au détriment de l’histoire .
Le résumé de l’éditeur est peut être un peu trop élogieux….Je suis ressortie assez mal à l’aise de cette lecture et un peu déçue.
avatar
Sara2a
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3057
Age : 47
Localisation : Porto-Vecchio
Genre littéraire préféré : Thrillers, fantastiques et un peu de tout ce qui peut me tomber sous les yeux .
Date d'inscription : 24/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum