Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Nunn, Kem] Tijuana Straits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Nunn, Kem] Tijuana Straits

0% 0% 
[ 0 ]
50% 50% 
[ 2 ]
25% 25% 
[ 1 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Nunn, Kem] Tijuana Straits

Message par jostein le Mar 1 Fév 2011 - 13:37


Titre :Tijuana Straits

Auteur : Kem Nunn

Editeur : Sonatine
Nombre de pages : 360
Date de parution : janvier 2011

Résumé:
Tijuana Straits, frontière de la Californie et du Mexique. Repris de justice,
Sam Fahey mène là une vie solitaire et recluse.
Cet ex-surfer, en proie à de fréquents accès de panique, est bien
décidé à ne plus se mêler des affaires humaines. Lorsqu’il recueille une
jeune femme mexicaine, Magdalena, qu’on a essayé
d’assassiner près de chez lui, son existence paisible et solitaire
vole en éclats. Activiste en lutte contre les injustices économiques de
la région, où les grands groupes étrangers n’hésitent
pas à exploiter les travailleurs mexicains et à polluer sans
vergogne l’air et les rivières,

Magdalena entraîne Sam à la recherche de ceux qui veulent sa mort. Dans ce
noman’s-land qu’est la frontière, patrie désolée de
la corruption, de l’immigration clandestine, des trafiquants de
drogue, où toute apparence s’avère trompeuse, Sam devra aller au bout de
lui-même pour, peut-être, trouver la rédemption. Plus
encore qu’un thriller mystérieux, complexe et plein d’humanité, Kem
Nunn nous donne ici son grand roman américain. Il dresse un portrait
édifiant et sans concession de la frontière et, plus
largement, un tableau terrifiant des relations entre pays
industrialisés et pays du Sud, dont les rapports sont toujours fondés
sur le sang. On y retrouve le sens de la nature et la conscience
écologique de ses précédents livres, magnifiés par une prose lyrique
qui donne à ce récit une force

exceptionnelle.

Mon avis:

" On dit que ce sont nos choix qui font de nous ce que nous sommes".

A un moment de sa vie, Sam Fahey n'a pas fait le bon choix, aujourd'hui il survit dans sa ferme vernicole avec ses rêves déchus.
Sa rencontre avec Magdalena, une jeune mexicaine va-t-elle l'aider à renouer avec les hommes?
Tijuana Straits est une histoire humaine dont l'élément principal est peut-être une région. La vallée de Tijuana est présentée
dans sa dualité. D'un côté, c'est un endroit rêvé pour les surfeurs
avec la passe de Tijuana et le Mystic Peak. Mais c'est aussi une
frontière naturelle entre le Mexique et les Etats-Unis avec
ses problèmes d'immigration dangereuse et de trafic de drogues.
L'enquête de Magdalena met en évidence les problèmes d'environnement liés aux rejets toxiques des usines américaines implantées
au Mexique. Elle veut mettre en cause ces financiers américains qui
sont responsables des cancers, avortements de foetus mal formés, de
l'exploitation des ouvriers mexicains. Menacée, elle
franchit la frontière et rencontre Sam.
L'auteur construit son récit en présentant chaque personnage avec son passé, ses ambitions. Cette construction engendre quelques redondances puisque l'on revit ainsi plusieurs fois les évènements communs, mais permet de bien analyser les protagonistes.Les personnages secondaires sont peut-être un peu stéréotypés. Armando et sa bande sont des mexicains drogués, violents et les
amis de Sam sont des cow-boys passionnés de rodéo, un pack de bière sur les genoux.
Mais, j'ai beaucoup aimé le personnage de Sam. Cette rencontre est pour lui une chance d'assumer et de compenser ses
erreurs en sauvant une fille, une famille d'immigrés et en osant affronter sa passion.
Kem Nunn est un spécialiste des écrits sur le surf et j'avoue avoir été quelquefois perdue dans les explications techniques. Il
est difficile de visualiser les exploits quand on n'est pas un
spécialiste. Mais cela ne retire rien à la compréhension de l'histoire
qui reste la quête vers la rédemption d'un homme
brisé.
Le livre permet aussi à l'auteur de décrire son environnement et de sensibiliser le lecteur aux problèmes écologiques.
avatar
jostein
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 544
Age : 57
Localisation : Région centre
Emploi/loisirs : Lecture, jardinage
Genre littéraire préféré : auteurs contemporains
Date d'inscription : 21/02/2010

http://www.surlaroutedejostein.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nunn, Kem] Tijuana Straits

Message par Cassiopée le Mer 21 Sep 2011 - 10:53

Mon avis:

Tijuana Straits ? C’est quoi ce titre ?

Les Straits ce sont des courants violents présents dans la rivière Tijuana dans la baie du même nom entre Mexique et Etats-Unis.
Une rivière que certains traversent à la nage pour aller vers un monde qu’ils espèrent meilleur prenant alors le risque d’être emportés par des courants.
Une rivière, terrain de jeu dangereux, pour des surfeurs aventureux.
Une rivière polluée par les maqualidoras qui y versent leur saleté. Pour mémoire, les maquiladoras, ce sont les usines installées à la frontière (côté Mexique) pour bénéficier des exonérations fiscales, de main d’œuvre bon marché travaillant dans de mauvaises conditions d’hygiène, obligée de se taire et de besogner dans des situations déplorables pour gagner quelques sous En partie à cause de cela, Tijuana est une des villes qui a connu la plus forte croissance démographique dans les années 70-80.

C’est donc un roman fortement imprégné de l’histoire de deux pays et porteur de messages que Kem Nunn a écrit.

Sam Fahey, surnommé « La Mouette », ancien surfeur de haut niveau vit seul (l’auteur est passionné de surf et les analyses techniques sont précises), dans un coin isolé en Californie, comme « un sauvage ».
Après avoir fait de mauvais choix, il essaie de se (re)construire, d’avancer en prenant les jours les uns après les autres accompagné de la drogue, la boisson et de ses chiens ….Il cache des blessures morales, physiques, profondes.
Il a accepté de se charger de la protection des pluviers d’occident et des râles au pied léger.
Les coyotes, les humains qui marchent n’importe où et abiment les nids peuvent être de vrais prédateurs pour ces oiseaux rares.
Un matin où il surveille la côte dans ce but il va croiser la route d’une jeune mexicaine qui lui demande de l’aide.
Il a très envie de l’ignorer et de ne pas la « voir » …. mais …..
Magdalena va donc faire irruption dans sa vie. Il vivra cette rencontre comme une rédemption, un moyen d’en finir (en finit-on vraiment ?) avec son passé lourd comme un boulet …
Elle, c’est une femme qui travaille avec une avocate et qui veut lutter contre les maquiladoras.
Elle est persuadée que les mexicains sont malades (enfants mal formés qui obligent les femmes à avorter, autres affections plus ou moins graves …) à cause de la pollution des usines. Elle a mené une enquête. Ses découvertes dérangent et on cherche à la faire taire …. Elle fuit et se retrouve face à « La Mouette » …..

La relation entre Sam et Magdalena ne sera pas simple, les « blessés » de la vie sont toujours gênés, mal à l’aise pour aller au devant de l’autre, des autres Il va leur être nécessaire de s’apprivoiser, de se comprendre, de s’écouter aussi parfois (et certains silences sont de vraies conversations …) afin de s’aider, s’épauler et agir ….

- Je ne savais pas que vous étiez philosophe.
- Je suis vermiculteur.


Les personnages secondaires, dont Armando qui a une part importante, sont quelquefois un peu caricaturaux mais bien intégrés dans le déroulement de l’intrigue.

L’auteur, qui pour moi, est un « grand « (il ne se disperse pas et écrit peu mais du « lourd »), a su, nous transmettre plusieurs avertissements dont ceux de prendre en compte l’environnement et l’écologie, de ne pas oublier les droits de l’homme face au travail et à la maladie entre autres, de ne pas laisser les « grands » de ce monde phagocyter les plus petits mais aussi une authentique philosophie de vie à travers le personnage de Sam, qui trouve dans le surf et la nature (entre autres avec son rôle de protecteur des oiseaux), une réalité que nous oublions souvent dans ce monde qui va trop vite : « Carpe diem, demain est un autre jour … il sera ce que j’en ferai …..»

« Ça voulait dire que, en plus de savoir surfer, vous saviez nager, plonger, naviguer, pêcher …. ça voulait dire vivre en harmonie avec la mer, avec tous les éléments en fait …. »

C’est un livre magnifique, douloureux, sombre, les descriptions sont « parlantes » que ce soit dans les moments calmes ou dans ceux qui « bougent » plus. Il y a comme un voile de tristesse qui plane et quelques lueurs d’espoir lorsque les protagonistes essaient de lutter contre les éléments naturels ou contre les hommes ….

« Il faut le vouloir. On essaie de déterminer tous les signes, de déterminer un chemin. On essaie de se servir de sa tête. Mais en fait, ce qu’il faut vraiment, c’est le vouloir. »

L’écriture est superbe, les mots pesés mais pas lourds, une ambiance flotte dans ce roman.
Le surf est évoqué tout au long de l’histoire comme pour nous apaiser et nous aider à supporter l’horreur décrite à côté, les actes de ces hommes pour qui l’Autre (avec une majuscule) n’existe pas ….

Une lecture qui ne vous quitte pas tout à fait une fois la dernière page refermée …..

« On dit que ce sont nos choix qui font ce que nous sommes. »
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8994
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nunn, Kem] Tijuana Straits

Message par viou1108 le Jeu 22 Aoû 2013 - 15:36

C’est du noir, du pur et dur. Je ne vous parle pas de café ou de chocolat, mais de quelque chose de bien moins réconfortant : la vallée du fleuve Tijuana et son embouchure, à la frontière Mexique-US. Il y est bien question de nature, mais rien de bucolique : les usines américaines implantées côté mexicain empoisonnent d’abord leurs ouvriers avec les émanations chimiques de leurs produits, puis déversent leurs déchets toxiques dans la rivière sans le moindre état d’âme. Le principe du pollueur-payeur n’a pas cours ici. C’est pourtant le combat, le sacerdoce de Magdalena, jeune assistante juridique mexicaine. Ca, plus son bénévolat dans un foyer pour femmes battues. Voilà beaucoup de misère, de noirceur et de dangers pour de si frêles épaules. D’ailleurs Magdalena est victime d’une tentative de meurtre, et n’en réchappe qu’en s’enfuyant vers l’océan, où elle manque de se noyer. Finalement rejetée dans un sale état sur la plage, côté américain, elle est recueillie par Sam Fahey. Lui par contre n’a plus rien de jeune, ni de combattif. La quarantaine bien amortie, Sam la Mouette Fahey est une ancienne gloire du surf, reconverti, après un passage par la case prison pour trafic de drogue, en vermiculteur. Il vit seul avec son élevage de lombrics au fond de la vallée, dans une vieille ferme délabrée. Il survit, solitaire, taciturne, s’évadant dans la bière et le Valium, et dans ses souvenirs d’océan et de vagues mythiques dans la passe de Tijuana Straits.
Sam aidera Magdalena dans son combat écologiste, malgré une forte envie de préserver sa tranquillité si durement gagnée.
Vous vous en doutez, il y aura encore des vagues…

C’est donc du noir, et du tout bon. Pas de flics pour mener l’enquête, pas de rebondissements à toutes les pages, mais un certain suspense, et une plongée dans les bas-fonds de Tijuana, fabrique de criminels ultra-violents aux cerveaux ravagés.
Avec des personnages blessés par la vie, touchants, aux destins bouleversés et bouleversants, perdus au milieu des thèmes sombres de l’immigration clandestine, du capitalisme sauvage, de la drogue et des catastrophes écologiques, l’auteur nous laisse remonter à la surface et respirer quand il se met à parler de surf et de vagues avec poésie. C’est sûr, il connaît son sujet : l’océan, espace infini, de perdition ou de liberté…
avatar
viou1108
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 481
Age : 40
Localisation : bruxelles
Date d'inscription : 10/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nunn, Kem] Tijuana Straits

Message par louloute le Jeu 22 Aoû 2013 - 15:58

Merci Viou et les autres pour vos critiques  Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10227
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nunn, Kem] Tijuana Straits

Message par Lisalor le Lun 30 Sep 2013 - 14:07

Mon avis : Je ne sais plus vraiment comment j'en suis venue à acheter ce livre surement que la couverture me plaisait ainsi que les thèmes abordés comme la nature, la pollution, l'immigration clandestine .... mais policier, thriller, roman noir, j'ai eu bien du mal à la situer mais une chose est sure c'est que je me suis passablement ennuyée.

On suit deux personnages qui vivent au bord de la frontière entre la Californie et le Mexique. Magdalena est une jeune assistante juridique qui milite contre les grands groupes industriels qui n'hésite pas à engager des travailleurs mexicains pour les exploiter dans des usines polluantes puis Sam Fahey qui après être passé par la case prison vit maintenant en marge de la société dans une ferme au bord de la mer et élève des vers.

Il travaille aussi en extra pour le département des eaux et forêts et c'est en chassant une meute de chiens que Sam récupère Magdalena au bord de l'épuisement, victime d'une agression. Il l'installe dans son mobil home le temps pour elle de comprendre qui peut bien lui en vouloir.

J'ai déjà bien mis une centaine de pages pour rentrer dans l'histoire où on nous raconte l'enfance de Sam excellent surfeur victime d'un père tyrannique qui avait pour métier de dénoncer les clandestins puis le sort de Magdalena qui a perdu sa mère lors d'un épisode d'El Nino.

Puis vient enfin la partie intéressante, les agresseurs de la jeune femme au cerveau ravagé par les colles, les solvants cherchent à la retrouver, semant les cadavres sur leur passage.

Dommage que la traque du couple à travers les marées, les dunes et les forêts dure une soixantaine de pages et soit complètement soporifique.

Une histoire qui aurait pu être intéressante mais le style d'écriture m'a dérangé, beaucoup de descriptions de longueurs, c'est mou, c'est lent, je me suis copieusement ennuyée
avatar
Lisalor
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 977
Age : 46
Localisation : Haute-Loire
Date d'inscription : 20/11/2008

http://lisalor.loulou.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nunn, Kem] Tijuana Straits

Message par alexielle63 le Mar 1 Oct 2013 - 14:59

Voilà qui n'est guère encourageant : il va rester sur ma Lal un moment encore, celui-ci Laughing 
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Nunn, Kem] Tijuana Straits

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum