Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Wallet, Roger] Portraits d automne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur "Portraits d'automne" ?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Wallet, Roger] Portraits d automne

Message par keywest le Mar 15 Fév - 12:42



Portraits d automne


Auteur: Roger Wallet
Edition: La dillettante
Nombre de pages: 124

Quatrieme de couverture:

Ce livre, aussi mince qu'une lueur, est une aubaine en ces temps d'agitation. Un charme discret, une force vive mêlée de tendresse et de désenchantement parcourent avec retenue cette centaine de pages. Ici, pourtant, rien de très ambitieux, sinon le simple désir de raconter une histoire, qui pourrait être la nôtre, en en suivant les délicats méandres, en s'abreuvant à la source chaude du souvenir. Portraits d'automne est le livre d'un destin, minuscule, ordinaire, de celui qui, arraché à ses racines, bascule dans un monde de transit. Originaire de Carcassonne, Marc Jimenez est un jeune instituteur dont le mauvais sort le conduit pour sa première affectation dans un petit bourg près de Beauvais.
Nous sommes au début des années 60, l'air du temps est légèrement vicié; comme beaucoup d'autres de sa génération Jimenez se retrouve jeté là "sans vraiment l'avoir souhaité, un peu par obligation, un peu parce que "Quoi faire d'autre? La banque?"". Quitter ses dix-huit ans, ses coteaux, ses oliviers, un père ex-combattant de la République espagnole, pour rejoindre là-haut l'odeur entêtante des betteraves, le choc est rude, à deux doigt de la désertion ou du suicide. Il faut pourtant s'y faire. Est-ce le paysage détrempé de la Picardie, "pays de pissats", qui déforme tant les visages et "ravine le coeur"? Est-ce plutôt l'exil qui rend cette terre si absente? Il faut pourtant s'accommoder de ces horizons moites et angoissants aux allures de steppes, ces écoliers silencieux et laborieux, ces hommes dont "j'entendais battre leur vie sans échappée, sans voyage", ce "parler (...) très nasal, jeté sur la table comme une fatigue". Jimenez s'enfonce dans la grisaille et le gel des jours sans fin. Seul, menacé par une existence "d'habitudes et de méthodes", le jeune instituteur s'abrite comme il peut pour se réchauffer le coeur : les demoiselles de son âge que l'on rencontre devant Jules et Jim, la photographie qui maintient l'oeil en éveil et laisse les traces de sa chère Occitanie, des moments perdus au Bar des deux rives, mais surtout la belle Hélène Bogaert, une troublante parent d'élève à l'histoire que l'on devine compliquée. Que fait-elle là? Une autre solitude? La lecture de Supervielle ou de quelques poèmes de René-Guy Cadou aidant, il en tombera éperdument amoureux.
Dans Portraits d'automne, tout est en demi-teinte. La mauvaise saison s'étire, laissant ses pensionnaires fourbus devant le manque de perspectives. Roger Wallet jauge le monde à ras d'homme : attentif aux choses, respectueux des êtres, il nous offre une chronique pleine de délicatesse qui donne à la nostalgie une éternelle jouvence. Sous ce ciel bas, cette atmosphère lourde et poisseuse, sous cette "monotonie fuligineuse" qui suintent, palpite le coeur de la vie. Les bruissements de l'âme, les frisonnements du corps sont rendus avec une extrême retenue, comme s'il s'agissait de respecter un fragile et mystérieux équilibre. Avec pudeur, avec patience, sans pathos, le regard clair et acéré, Roger Wallet parvient finalement à percer l'humide gangue d'un terroir hostile, avec pour seul recours, le bonheur des mots simples. Un travail de recomposition, proche de celui des peintres, vif comme un fugitif ravissement.

Mon Appréciation :

J ai bien aimé ce livre d un auteur que j ai découvert,ecriture fluide et sensible.
Roger Wallet décrit a merveille la campagne picarde,le déracinement du jeune instituteur,sa solitude dans ce pays loin du soleil ou il vivait auparavant.
Carcassonne lui manque,son pere dont il avait honte etant plus jeune ,lui manque.
On aurait presque envie de lui prendre la main et de lui dire" allez, bouges toi!"

Si l occasion se presente,je lirais avec plaisir d autres romans de Roger Wallet.


Ma note: 16/20






Dernière édition par alexielle63 le Mar 15 Fév - 22:53, édité 1 fois (Raison : Correction titre + ajout sondage!!!)
avatar
keywest
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 167
Localisation : bretagne
Genre littéraire préféré : un peu de tout sauf fantasy
Date d'inscription : 20/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum