Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE AVIS SUR CE ROMAN

25% 25% 
[ 1 ]
25% 25% 
[ 1 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par eric le Mer 2 Mar 2011 - 0:10



(Les) Leçons du Mal . 2008. COOK, Thomas H. Trad. Par Philippe Loubat – Delranc
Paris. 2011. Editions du Seuil. Collection Policiers. 357 p.
(Titre Original : Master of The Delta)
(LP473)

Presentation de l’Editeur :
“Gâté par le sort, je n’ai pas su voir les ténèbres ni ce qu’elles dissimulaient”
Jack Branch est un fils de bonne famille, professeur dans le petit lycée de Lakeland, Mississippi. Très impliqué dans son métier, soucieux de justice dans un pays encore marqué par la guerre de Sécession, il se prend d’affection pour un élève taiseux et renfrogné du nom d’Eddie Miller. Eddie se tient à l’écart de la communauté, résigné, écrasé par le poids de son ascendance : il est le fils du « tueur de l’étudiante », mort en prison quinze ans plus tôt. Le mal se donne-t-il en héritage ? Peut-on sauver les gens d’eux – mêmes ?
Pour libérer Eddie de son fardeau, Jack lui suggère de mener une enquête sur son père. Le maître et l’élève découvrent peu à peu un monde où le bien et le mal se confondent, chargé de violence et de mirages : un monde de ténèbres.
Salué comme l’un des plus grands auteurs de sa génération, Thomas H. Cook a écrit une vingtaine de romans, dont The Chatham School Affair qui a remporté le prestigieux prix Edgar en 1996.
« Thomas Cook – comme Michael Connelly, James Ellroy et quelques autres – réinvente brillament le genre policier »
Joyce Carol Oates

Mon avis (Mars 2011) :

Fils du meurtrier de Linda, Eddie MILLER cherche à savoir si ce « mal » se transmet de génération en génération, et c’est avec l’aide de son professeur, Jack BRANCH, qu’il va entamer une véritable enquête sur son père. Ainsi pourrait-on résumer le dernier ouvrage de Thomas H COOK.
Nous ne pouvons nous limiter à ce simple résumé, et nous allons, en respectant notre idée farouche de ne surtout pas « gâcher » le plaisir des futurs lecteurs, tenté de vous en dire un peu plus.
Nous sommes en 1954 dans une petite ville du Mississipi, LAKELAND pour être précis, et nous découvrons le personnage central de ce roman : un jeune professeur de 24 ans, Jack BRANCH – Né en 1947, l’auteur a commencé sa carrière en tant que professeur, renforçant la sensation de « vécu » des cours de Jack -. Un grand nombre d’élèves de ce lycée provincial suit ses cours (pourtant optionnels) thématiques, dont l’objet semble les passionner : le Mal. A travers les enseignements de son héros, Thomas COOK traque le Mal sous toutes ses formes.
Revisitant les grandes figures telles que les tribunaux d’Inquisition, la traite des Femmes,…, le jeune professeur réussit également à emmener ses élèves sur les sujets d’actualité, les concernant dans leur vie quotidienne. Ses cours restent aussi bien préparés et présentés que Thomas COOK nous les présente. L’occasion pour cet ancien professeur d’histoire de nous montrer une approche différente du passé, et en analysant les raisons mais aussi les conséquences du Mal.
Thomas COOK nous décrit LAKELAND et sa population, l’opposition entre les quartiers populaires et ceux, où évolue Jack. Le Mal ne s’insinue –t-il pas avec ces jeunes gens biens nés dans les quartiers populaires, lorsqu’ils s’y rendent pour une maison de petite vertu ? Ou bien le Mal ne se constitue-t-il pas lorsque le ménage est fait une fois ce lieu de débauche fermé ? Insistant tout à tour sur l’espoir que représente chaque individu, mais aussi sur la noirceur, dont tout un chacun peut se révéler, l’auteur nous décrit subtilement cette petite ville du Sud, encore empreinte de ségrégation et nostalgique de la guerre de sécession. Thomas COOK nous décrit cette ambiance finement, sans se lancer dans de longues et ennuyeuses digressions, mais réussit nous en faire saisir la réalité.
Dans cet univers, Jack se découvre une mission, presque une quête initiatique, sa recherche du Bien : aider Eddie à se sauver de lui-même en cherchant les questions qu’il se pose sur son père. Le « tueur de l’étudiante » peut-il engendrer autre chose qu’un tueur en puissance ?
Ce livre représente cette quête, c combat entre le Bien et Mal, sans que l’auteur ne nous aide vraiment à identifier chacun des deux protagonistes de cet affrontement. Avec de multiples personnages très travaillés, l’intrigue ne cesse de nous mener d’un bord à l’autre, sans qu’on perde pied à un seul instant : Quel est cet « incident », ayant tant traumatisé Jack ? Le sheriff DRUMMOND est-il si impartial dans ce combat, alors qu’il est celui qui a mis en cause le meilleur ami de son fils : Luther MILLER ? Les vies s’entrecroisent, les destins des uns façonnent ceux des autres, et l’auteur se complait à jouer de ces « faux semblants ».
Pour rendre le récit encore plus authentique, Thomas COOK ne nous le livre pas de façon linéaire. Mais, Jack se remémore les évènements de ce printemps 1954. Les souvenirs se mélangent de manière très harmonieuse au présent, ou encore à la retranscription d’un procès. On sait donc, dès le départ, qu’il y aura procès, mais il nous faut attendre les multiples rebondissements pour en appréhender la teneur et le contenu. Enigmatique de découvrir un personnage tourmenté dans son adolescence à l’occasion d’une évocation de son décès.
Les histoires se croisent, les temps de narration aussi, tout comme le rythme (la retranscription d’un procès diffère de la narration du présent), et pourtant à la fin de ce roman, on est enthousiasmé « d’avoir tout compris », de nous être forgé notre propre opinion,…
Sans succomber aux rebondissements à chaque page, aux tueurs les plus pervers, ou aux crimes les plus sanguinolents, Thomas COOK nous livre ici un roman policier, nous maintenant en haleine de bout en bout, un véritable roman noir, que nous vous recommandons donc chaudement.



eric
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 227
Age : 47
Localisation : LYON
Date d'inscription : 06/07/2009

http://lemondedelecrit.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par jostein le Mar 22 Mar 2011 - 10:30

Je fais partie du jury aussi mais j'ai reçu les deux autres livres. Celui-ci me semble très bien. Je le lis dès que j'en ai l'occasion.
Merci pour ta critique
avatar
jostein
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 544
Age : 57
Localisation : Région centre
Emploi/loisirs : Lecture, jardinage
Genre littéraire préféré : auteurs contemporains
Date d'inscription : 21/02/2010

http://www.surlaroutedejostein.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par eric le Mar 22 Mar 2011 - 11:17

Je me suis promis de lire d autres romans de cet auteur, que je ne connaissais pas
Si l'un ou l'une a des conseils, je suis preneur

eric
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 227
Age : 47
Localisation : LYON
Date d'inscription : 06/07/2009

http://lemondedelecrit.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par Sharon le Mar 22 Mar 2011 - 13:08

Mon avis :

Je me suis sentie assez mal à l’aise en débutant la lecture de ce roman parce que je trouvais assez antipathique la personnalité du narrateur. Jack Branch, sous couvert d’enseigner à ses élèves, éprouve une fascination pour les monstruosités commises par les humains qui m’a rebutée. Inlassablement, lors des premiers chapitres, il reviendra sur ses sujets de prédilections, et livrera par le menu le détail de ses cours. Il est difficile de trouver un personnage plus satisfait de lui-même. Son style ampoulé, emphatique, bourré de comparaison montre bien la suffisance du personnage qui se sent investi d’une mission et devenir le mentor d’un jeune étudiant lui permet d‘accomplir son rêve.

Nous sommes dans un état du Sud, en 1954, et plus encore que la seconde guerre mondiale, c’est le souvenir de la guerre de Sécession qui hante la ville. Jack est issu d’une grande famille, qui a encore tout son prestige dans la région. Il est blanc, il jette donc son dévolu sur un jeune homme noir, qui est son exact opposé. Eddie Miller n'a pour seule famille que sa mère, son père, meurtrier, a été lui-même assassiné en prison (pourtant personne ne lui donne le statut de victime). Si je devais résumer les faits, je dirai qu'Eddie a reçu l'oppobre en héritage, alors que Jack a tout. La transmission est au coeur de ce roman, et sous couvert d'aider Eddie à se débarrasser de son encombrante hérédité, Jack veut redorer avec orgueil le prestige de sa famille.

Quel contraste forme-t-il avec le vieil homme qu'il est devenu, conscient de son outrecuidance passé, et de son aveuglement. Le roman joue avec les clichés, pour mieux nous surprendre (ou nous décevoir, cela dépend si vous êtes ou non un fanatique des romans à intrigue). J'ai cru être sur la piste d'un erreur judiciaire - pas du tout. Très rapidement pourtant, nous comprenons qu’un drame a bien eu lieu. Jack nous donne même l'identité des coupables - et des survivants. Il ne reste plus au lecteur qu'à ce se demander qui a pu être la victime - et même là, les indices que nous laisse Jack sont suffisamment nombreux. Les décennies ont beau séparer le temps du récit et le temps de l’écriture, tout semble s’être figé après le drame, comme s’il n’avait pas seulement ôté l’avenir des victimes, mais celui de toutes les protagonistes de l’affaire.

Tout le suspens tient donc dans le comment et le pourquoi. Aussi, comme son père avant lui, auteur d'une biographie de Lincoln inlassablement corrigée, Jack Branch effectue un travail d’historien, ce travail qu’Eddie voulait entreprendre. Il reconstitue méticuleusement les faits en citant les minutes du procès, ou des extraits du devoir d’Eddie. Il n’est ni coupable, ni victime, juste un témoin, au même titre que les autres mais un témoin qui n‘a pas oublié qu‘il a été enseignant (un bon, comme son père lui dit-on souvent) et qui veut transmettre, comme tout bon enseignant.

Un conseil : ne ratez pas l'ultime page du roman.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7516
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par eric le Jeu 24 Mar 2011 - 21:39

Bonsoir Sharon

Félicitations pour cette critique de qualité

eric
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 227
Age : 47
Localisation : LYON
Date d'inscription : 06/07/2009

http://lemondedelecrit.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par LOUBHI 49 le Ven 29 Avr 2011 - 22:29

Avis et commentaires :

Enthousiasmant et original sont les deux premiers qualificatifs qui me viennent à l'esprit à la clotûre de ce livre.

Dans ce livre, classé Policiers, on est happé par l'histoire qui se construit sous nos yeux, un drame s'est produit, un procés a eu lieu et on assiste à un récit choral des principaux acteurs, le plus souvent totalement impliqué malgré eux.
C'est avant tout le récit de Jack Branch vieil homme narrant ses débuts de jeune professeur débutant à l'époque des faits, à l'histoire familliale troublée et l'ombre forte de son père, ses cours de littérature portent sur l'historique et les fondements du mal depuis l'antiquité. Son attachement à un de ses élèves, Eddie, être sensible et rejeté majoritairement avec lui aussi un historique paternel très lourd, va être à l'origine du drame, qui transpire durant tout le livre, en demandant à chacun de ses élèves de partir sur l'évocation d'être personnifiant le mal à travers l'histoire, y compris son histoire personnelle.
Les rapports entre sa classe et Jack, le sheriff local assez obtu, ses collègues, son père et surtout l'accompagnement d'Eddie dans une sorte de contre enquête policière sur son père, puis vers la fin du livre une certaine jalousie de Jack envers son protégé et les relations que ce dernier avec le père de Jack, toutes les pièces du puzzle s'emboîtent, amenant parfois le lecteur à prendre une diresction puis son contraire.
Un vrai suspense, des acteurs et intervenants jeunes à l'époque du drame puis à le fin de leur vie, des portraits au scalpel de cette population du Mississippi et tout un fond de racisme historique, que des ingrédients de choix pour enfin connaître les circonstances et détails du drame.

Livre dont je n'ai pas pu m'arracher avant de le refermer.
avatar
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2222
Age : 51
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par kély le Dim 29 Mai 2011 - 10:03

Bravo à tous pour ces belles critiques, je ne connais pas l'écriture de cet auteur, je le rajoute sur ma LAL Biblio, Merci à vous Very Happy
avatar
kély
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2462
Localisation : marseille
Genre littéraire préféré : Tous à priori. Je lis autant que mon emploi du temps me le permet. Je lis aussi beaucoup d'articles de presse magazine sur les sujets d'actualités (économie, société, religion, politique..). Très heureuse donc de faire partie de cette communauté de lecture, et espère pouvoir apporter ma contribution à chacune et chacun. Cordialement à tous.
Date d'inscription : 03/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par Skritt le Ven 17 Juin 2011 - 20:59

Mon avis :


Les Leçons du Mal décrivent un professeur, M. Branch, d’une petite ville du Sud des Etats-Unis qui se remémorent ses premières années d’enseignement au lycée. Ses élèves viennent pour la plupart des quartiers défavorisés et l’un d’eux retient plus particulièrement son attention, Eddie Miller, le fils d’un tueur. M. Branch enseigne cette année-là le Mal et donne à sa classe un devoir à réaliser sur une personnalité, Eddie entreprend alors un travail sur son père.

J’avoue avoir été quelque peu déçu par le début de ce roman, peut-être parce que je m’attendais à lire une histoire bien plus palpitante. Un auteur au succès international, un titre aguicheur et une magnifique couverture m’auront certainement trompé, mais n’avais-je pas placé la barre trop haute.

La lecture était facile et rapide et j’ai trouvé l’écriture bien maniée. L’auteur n’hésite pas à donner énormément de détails, sans aucune lourdeur.

L’histoire se déroule très tranquillement jusqu’au premier tiers sans rythme, presque sans intérêt, le temps que les personnages prennent leur place progressivement, sans brutalité. C’est peut-être ce que l’auteur a choisi, un retraité qui raconte le temps de ses premières classes, son amour inconditionnel pour son métier et ses élèves, ses cours établis sur l’année jusqu’au devoir final sur le Mal et ce qu’il implique pour un certain élève, fils d’un tueur connu.

A partir de la moitié de la deuxième partie, c’est à dire dés le début du deuxième tiers, le roman prend plus de rythme, les faits s’enchaînant rapidement, donnant une sensation d’ivresse au lecteur. Il est indéniable que, malgré cette tranquillité d’esprit que fait preuve M. Branch, les événements nous entraînent dans un tourbillon. Et dés qu’un tourbillon vous a appâter, vous ne pouvez plus vous en sortir, il faut aller jusqu’au bout, pour savoir. Vous pouvez prévoir ou imaginer une fin, cette dernière vous surprendra quoique vous pensiez jusqu’à la dernière ligne.

Un thriller au démarrage un peu difficile mais qui finit réellement par prendre une ampleur suffisante pour vous empêcher de le refermer tant que l’ultime page n’est pas lue.
avatar
Skritt
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 171
Localisation : Flassans
Date d'inscription : 23/05/2011

http://skritt.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par Sara2a le Mer 19 Fév 2014 - 10:46

Je suis très certainement passée à côté de ce roman salué et apprécié par la critique, mon avis semblera donc sans doute négatif par rapport aux précédents mais j’ai une explication.

L’histoire est captivante dès les premières pages et à la hauteur d’un quatrième de couverture alléchant.

L’écriture est parfaite, Thomas H.Cook manie les mots avec grâce, élégance et érudition et parvient à instaurer une atmosphère pesante et sombre qui sert parfaitement le thème du roman.

Les alternances du temps du récit où présent, passé et futur s’enlacent pour mieux happer le lecteur donnent un relief un peu plus tragique à l’histoire et aux personnages.

« Tragique », le mot est lancé , le roman y baigne littéralement, pourtant le livre porte l’étiquette « Policier » alors qu’il m’est apparu tout au long de ma lecture que l’auteur s’attachait à rendre tragique chaque fait, chaque personnage, chaque destinée. L’intrigue bien que parfaitement orchestrée m’a semblé être une vague excuse et le thème de la destinée tragique prônait sur tout le reste.

J’ai eu du mal à m’attacher à cette lecture et si je l’ai poursuivi jusqu’au bout cela a été uniquement du au fait que l’auteur écrit admirablement bien, mais je n’ai pu me débarrasser de la sensation d’être manipulée par de belles paroles. Le final reste surprenant mais le sentiment de tromperie sur le genre a prôner sur le reste.
avatar
Sara2a
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3057
Age : 47
Localisation : Porto-Vecchio
Genre littéraire préféré : Thrillers, fantastiques et un peu de tout ce qui peut me tomber sous les yeux .
Date d'inscription : 24/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Cook, Thomas H.] Les Leçons du mal

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum