Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Obione, Max] L'ironie du short

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

[Obione, Max] L'ironie du short

Message par shamash le Sam 26 Mar 2011 - 18:56



Mon avis :

Tous les polardeux connaissent Max Obione. Auteur de six romans et de plusieurs recueils de nouvelles, il est aussi le responsable de   Krakoen, une maison d’édition qui s’est  taillée en quelques années une belle place dans le monde du polar francophone.

Collectif d’auteurs organisés en coopérative de productions, Krakoen a publié en quelques années une vingtaine d’auteurs de styles  divers  (dont Hervé Sard, Franck Membribe et la très talentueuse Elisa Vix) et compte plus de 40 titres à son catalogue.  Le succès de la « maison » est tel que le collectif a décidé de ne plus publier de nouveaux auteurs afin de mieux promouvoir  les talents révélés.
Belle aventure donc.

Max Obione, qui parvient (mais dans quel état ?) à tenir le coup entre son travail d’éditeur et celui d’auteur, ce qui  en soi est déjà un exploit, nous propose ici un nouveau recueil de 18 nouvelles : L’ironie du short.
Certaines d’entre elles ont déjà été publiées dans des recueils collectifs ou sur des sites Internet. Cette diversité des lieux et des objectifs de publication  a pour conséquence  une grande variété des thèmes abordés, qui vont de l’histoire d’un tueur fou de jalousie  massacrant toutes les femmes qu’il croise, jusqu’à la rencontre imaginaire entre Walt Disney et un de ses scénaristes souhaitant ajouter  trois nains ( Flemmard, Branleur et Tapette) dans le scénario de Blanche-Neige,  en passant par  la rivalité de deux  anciennes copines d’école, devenues flic pour l’une d’entre elles et truande pour l’autre,  ou encore la vie tragique d’un peintre américain psychotique recherchant le « secret de l’œil » auprès d’un peintre impressionniste réputé.

Comme souvent chez les bons auteurs de nouvelles,  l’absence d’homogénéité  des thèmes n’est pas un obstacle pour le lecteur, car une autre homogénéité est ici présente, plus forte et plus  déterminante  : celle du style, du langage, du ton. Et c’est là que Max Obione donne toute la mesure de son talent.

Il est capable de raconter la pire histoire de tueur en série avec une allégresse joyeuse et hilarante. C’est le cas de la première nouvelles, qui est aussi la plus longue : Marcel Bovary.
« L’heure passant, les sens assouvis, elle le renvoyait sans un mot. Tandis qu’alanguie, nue, elle  regardait ses longues mains manucurées de rouge sang, aussi rouge que le cuir de ses escarpins, Marcel ramassait ses habits et ses chaussures et quittait la chambre du manoir, les oreilles bourdonnantes, les genoux tremblants et la tête dans un étau, envahi du  souvenir des figures extravagantes dessinées dans les spasmes. »  
Dans tout le recueil, transpire le plaisir qu’a eu Max Obione de raconter une histoire, de décrire ses personnages avec concision et efficacité, de créer en quelques mots bien sentis un univers fait de dérision, d’humour et de sentiments si humains. Chacune des histoires nous montre un univers radicalement original,  chacune va jusqu’au bout d’une situation extrême, de rapports conflictuels, d’accidents stupides, comme si Max Obione se lançait chaque fois un défi.

Celui de la nouvelle « les micochonnes » pourrait être : je vais scotcher le lecteur en lui racontant une histoire basée sur un mot, mal interprété par un ado banalement obsédé par le cul (Max Obione jeune, peut être ?).  Ainsi que vous pourrez le vérifier (je me garderai de vous donner la clé de l’énigme),  ça marche !

Ce recueil sera une référence pour tous ceux qui se piquent d’écrire des nouvelles et  une bible pour les ateliers d’écriture : comment  bâtir une histoire qui se tient à partir d’un événement infime ; comment mettre en place des personnages forts,  truculents et vrais ; comment enfin lâcher son écriture, tout en lui gardant son efficacité,  pour parvenir à des pages que ne renierait pas un San Antonio (qui donnerait dans le noir) dans ses meilleurs jours…vous en aurez une idée en lisant ces nouvelles.

Recueil de 18 nouvelles
Max Obione
Préface de Jean-Bernard Pouy
Editions Krakoen - 2011
EAN 9782916330815
254 pages - 15 € - format 13x21


Dernière édition par Elyuna le Lun 11 Nov 2013 - 16:54, édité 2 fois (Raison : Ajout sondage)
avatar
shamash
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 15
Localisation : Cévennes
Emploi/loisirs : jeu d'échecs, écriture, astronomie, chasser les souris, grimper aux arbres
Genre littéraire préféré : romans, avec un goût particulier pour les polars
Date d'inscription : 23/05/2010

http://www.un-polar.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum