Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Maupin, Armistead] Chroniques de San Francisco - Tome 5: D'un bord à l'autre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

D'un bord à l'autre - Armistead Maupin?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Maupin, Armistead] Chroniques de San Francisco - Tome 5: D'un bord à l'autre

Message par Invité le Mar 14 Juin - 21:17



D'un bord à l'autre
Armistead Maupin
Editions 10/18
379 pages

Quatrième de couverture :

« Est-il encore utile de présenter Armistead Maupin ? […] En 1976, il commence à publier des historiettes dans les colonnes du San Francisco Chronicle. Armistead Maupin remet au goût du jour le feuilleton, tel que le pratiquait Alexandre Dumas au XIXe siècle. Seulement, notre Américain laisse la chevalerie dan sa poche, préférant à d’Artagnan un certain Michael Tolliver (alias Mouse), un joyeux homo. Ce dernier cohabite avec Mona Ramsey, Brian Hawkins et Mary Ann Singleton au désormais mythique 28, Barbery Lane. Mme Madrigal, une « logeuse d’une sensibilité quasi cosmique », transsexuel et mère poule en puissance, y accueille les nouveaux locataires par un joint de son herbe maison… »

Emilie Grangeray, L’Officiel


Mes impressions :

Cela faisait une année que j’avais quitté Mme Madrigal et « ses enfants » et pourtant, dès les premières pages, c’est comme si je les avais quittés la veille.
Le ton est moins léger que dans les premiers tomes, il faut dire que nous sommes en plein dans les années 80 à San Francisco et le sida fait rage. Le ton n’est pas dramatique pour autant. Nos personnages ont juste évolué, grandi. Ils sont devenus des femmes, des hommes responsables, avec un travail, avec une envie de s’engager.

Les affinités que j’avais avec certains personnages sont restées intactes tout comme mon indifférence pour d’autres.
Cependant, quand je disais qu’ils avaient évolué, il ne s’agit pas toujours d’une évolution dans le bon sens. Par exemple, le personnage de Mary-Ann m’énervait déjà quelque peu à la fin du quatrième tome et cela se poursuit dans ce tome. Mais c’est ce que j’aime dans ce livre, on les aime, on les déteste comme s’il s’agissait de véritables personnes. Armistead Maupin les décrit avec justesse et sensibilité.
Alors évidemment, certains plaisent moins mais ils sont tout simplement humains. Ni tout blanc ni tout noir, juste vrais.

Ajoutez à ça quelques rebondissements et vous obtiendrez un cocktail rafraichissant plein de tendresse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum