Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bourazopoùlou, Ianna] Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qu'avez vous pensé de "Qu'a-t-elle vue la femme de Loth ? " de Ianna Bourazopoùlou

50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Bourazopoùlou, Ianna] Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?

Message par Spyd Skorpionnan le Jeu 28 Juil 2011 - 11:50



"Qu'a-t-elle vue la femme de Loth ? " de Ianna Bourazopoùlou
Ginkgo, 2011, 427 pages

Quatrième de couverture :

Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?
Un cataclysme a englouti l'Europe du Sud et le Proche-Orient, et Paris est devenu un port méditerranéen.
Du côté de la Mer Morte, frappée à nouveau quarante siècles après la disparition de Sodome et Gomorrhe, La terre s'ouvre et un mystérieux set violet en jaillit. Son goût et ses propriétés en font une denrée indispensable à tous, qui se vend à prix d'or.
Voilà un roman « bizarrissime » : le monde qu'il décrit, situé dans un avenir non précisé, est à la fois agressivement moderne - dominé par une multinationale toute-puissante, la Compagnie - et violemment archaïque.
Dans la Colonie lointaine, l'absence de la technologie moderne nous ramène plus d'un siècle en arrière.

De la science-fiction régressive, en quelque sorte.
À moins que cette histoire ne nous emmène, sans le dire, au coeur du présent ?
Elle nous décrit une société totalitaire, organisée à l'extrême, fondée sur le mensonge et la terreur...
D'un côté, à Paris, un personnage minuscule, solitaire, dépressif, affronte un monstre anonyme, la Compagnie, en un combat feutré. De l'autre, dans l'effroyable Colonie, cinq forcenés se déchirent, pantins ridicules dans un tourbillon de péripéties démentes, sanglantes et absurdes.
C'est grotesque et sinistre. Drôle et désespéré.

Qu'a-t-elle vu, la femme de Loth ?, livre ahurissant, roman d'aventures à l'humour grinçant, parabole sur la folie de notre monde actuel et de l'horreur économique.

Lecture

Paris est un port, un port au bord de cette Méditerranée qui a englouti le sud de l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Lors de cette catastrophe , un furoncle a surgi à l'emplacement supposé de l'antique Sodome biblique. Cet abcès a rejeté du sel mauve. Une société, la Compagnie, a pris le contrôle intégral de la production de ce produit miraculeux mais fragile. les "Soixante-Quinze" dirigent cette entité qui a fondé la Colonie. La Colonie, inaccessible, mystérieuse, barricadée, est le seul site d'extraction. Elle vit comme au moyen-âge technologique, toute agression dénaturant le précieux sel, mais aussi dans un moyen-âge social d'une civilisation fermée, féodale et enkystée.

Avis

Roman surprenant. Le contexte est vraiment particulier dans ce monde frappé d'un cataclysme que rien n'annonçait. Cette épreuve sans précédent a amené chacun à se poser la question du pourquoi de sa survie tandis que tant d'autres ont été engloutis. Elle a marqué les existences au fer de la vacuité et du découragement.

La Colonie est un point perdu au milieu de ce que la Compagnie veut être un nulle-part. On ne peut s'empêcher en lisant sa description de penser à un enfer de Aligheri ceinturant le Château de Kafka. Les habitants ne sont pas victimes d'un régime totalitaire, pire ils sont employés volontaires d'une société mystérieuse , omniprésente et protéiforme, la Compagnie. Ce même nom qui était le surnom de la CIA dans les années 50-60 lorsque qu'elle cultivait la paranoïa comme une vertu. C'est une société commerciale qui a privatisé la Méditerranée, qui a monopolisé le Sel. Monstre froid nourri des cadavres des millions de noyés, elle se ceint de manipulations, de secrets, encore aggravés par le fait que les conditions extrêmes autour de la Colonie l'éloignent du monde vivant de plus de trois semaines.

Dans ce lieu soustrait du monde, certains ont des privilèges: le chef de la garde, le secrétaire général, le prêtre de la cathédrale, la femme du Gouverneur, le médecin en chef, le juge. Mais tous ne sont en fait que les valets du Gouverneur. Le Gouverneur Bera, homonyme du dernier roi de Sodome, est le seul a recevoir ses consignes directement des Soixante-Quinze. Les mineurs, les cyclistes, moteurs humains des véhicules, les gardes, les dockers, tous sont liés à la Compagnie et respectent des règles strictes, rigides. Un carcan enserre la vie de la Colonie.
Le règlement prévaut, les intérêts de la Compagnie l'emportent sur toute autre considération, seul compte le précieux Sel.

Mais lorsque les rails ne sont plus là pour guider ce train, tout déraille. Les personnages, si rigides, si clairement typés, se révèlent alors cyniques, désabusés, malhonnêtes, égoïstes, mythomanes ou tout simplement fous.

Le roman est écrit en majeure partie sous forme épistolaire, des extraits de lettres écrites par ces six, entrecoupés de leurs échos dans le monde réel. La Colonie n'en fait pas vraiment partie. L'auteur ne change pas vraiment de style pour chaque écrivain, formatés qu'ils sont tous. Mais leurs idées et surtout leurs doutes et leurs folies leurs sont bien personnels. Le style est parfait de complexité formelle mêlée d'irrationalité inventive, j'ai adoré. L'humour est peu présent, ce serait plutôt de l'ironie, mais bienvenue.

Ce livre est purement et simplement envoutant. Peut-on parler de science-fiction alors que tout se passe dans un univers qui pourrait être le nôtre, mais où une verrue médiévale et infernale s'accroche dans une mer de désolation? Oui parce que ce futur improbable n'est là que pour mieux exacerber les personnes, pour servir de catalyseur à une réflexion sur la ploutocratie économique, sur l'aliénation. On retrouve dans un autre contexte les thèmes chers à William Gibson, y compris le pouvoir de sédition de la liberté personnelle, mais dans une technologie rétrograde. L'auteur est une femme grecque, le livre date de 2007, mais le Journal Libération titrait début Juillet 2011 "Grèce, première dictature économique?"

Tout dans ce livre est fantasmagorique et en même temps affreusement réel. On sent les personnages s'engluer dans les manipulations, ne plus savoir où est leur propre volonté. Mais la folie semble être la seule réponse à l'absurdité politico-économique qui les enferme. Comme le héros du Procès, ils ne comprennent pas mais pour tenter de s'évader finissent par être eux-mêmes acteurs de cette pièce morbide, du moins jusqu'à que la structure gauchisse, et là, l'humanité reprend le dessus.

A toute cette histoire se rajoute une enquête, ou plutôt une quête, magistralement menée. On peut se laisser larguer par cette comédie sinistre; personnellement je me suis laissé emporter par la folie et la complexité des personnages, par la déliquescence de cette société et par l'intelligence du propos.

Ce livre aurait été un coup de coeur, si ce n'était la postface qui assène sans vergogne que "si ce livre est bien accueilli, on ne pourra plus dire que le public français est nul".
Puisque je suis obligé de faire de ce livre un coup de coeur, sous peine de nullité, je ne puis décemment pas m'y résoudre.

Conclusion:

Bizarre et envoûtant, un livre qui n'est pas de la pure SF. Un livre intelligent et absurde. Un vrai plaisir à dévorer consciencieusement.

Ma note : 16.5 /20

(17/20 sans la post face)
avatar
Spyd Skorpionnan
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 119
Age : 51
Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : Informatique , lecture ciné ...
Genre littéraire préféré : Science fiction, classiques , romans contemporains
Date d'inscription : 29/12/2010

http://www.atelierdantec.com/joomla

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourazopoùlou, Ianna] Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?

Message par FrançoisG le Jeu 28 Juil 2011 - 11:53

merci pour ta critique :9ç<:
avatar
FrançoisG
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Nombre de messages : 1418
Localisation : Dans ma maison au calme
Emploi/loisirs : Lecteur assidu
Genre littéraire préféré : Tous les genres
Date d'inscription : 23/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourazopoùlou, Ianna] Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?

Message par Spyd Skorpionnan le Jeu 28 Juil 2011 - 12:16

Embarassed
j'ai aimé ce livre, mais il est dur à chroniquer!


Dernière édition par Spyd Skorpionnan le Jeu 28 Juil 2011 - 14:51, édité 1 fois
avatar
Spyd Skorpionnan
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 119
Age : 51
Localisation : Nantes
Emploi/loisirs : Informatique , lecture ciné ...
Genre littéraire préféré : Science fiction, classiques , romans contemporains
Date d'inscription : 29/12/2010

http://www.atelierdantec.com/joomla

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourazopoùlou, Ianna] Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?

Message par Skritt le Jeu 28 Juil 2011 - 12:31

Mon avis :

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier Ginkgo Editeur et – vous allez penser ou même murmurer derrière votre écran : oh ! le con – l'intermédiaire – un blog, un site communautaire ou un forum – qui m'aura permis de lire ce roman, mais ne me souvenant plus où et comment j'ai participé à ce partenariat, je suis un peu confus de ne pas savoir qui remercier.

Le roman se déroule dans une Europe post-apocalyptique, où la mer méditerranée arrive aux portes de Paris, où le sel est devenu une denrée aussi chère que l'or, et où une société totalitaire, la Compagnie, domine des colonies dans des conditions de vie archaïques. Le gouverneur d'une de ces colonies qui extraient du sel décède, et les quelques aristocrates, nommés par le gouverneur lui-même, n'ayant pas d'autre moyen de communication, écrivent aux haut dignitaires de la Compagnie pour rendre compte de ce décès et peut-être se prémunir d'une rétrogradation sociale prochaine. Et dans le même temps, nous suivons le parcours erratique à Paris de Phileas Book, créateur de mots croisés pour un journal, que la Compagnie demande à voir.

Les personnages, qui se décrivent d'eux-mêmes dans leurs lettres, sont touchants. Bien que leur passé soit des plus sombres, il n'en reste pas moins que malgré leurs défauts, leurs peur de qualité et leur manque de discernement, en font tout de même des hommes et des femmes plus vrais que nature.

L'auteure nous livre un roman écrit d'une manière originale et pour laquelle j'ai pris énormément de plaisir. Bien que le quatrième de couverture puisse paraître assez nébuleux, l'intrigue et l'histoire prennent le lecteur rapidement, dès les premières pages, et il devient assez difficile de décrocher.

Chaque lettre, mise bout à bout, conte l'histoire de la Colonie pendant une vingtaine de jours. Comment, sûr d'eux, les protagonistes vont commencer à douter, puis sombrer dans la folie. Un roman magnifique fait d'amour et de haine, de souffrance et de plaisir. Un roman différent, inclassable, un mélange des genres à lire absolument.

Je remercie Ginkgo Editeur pour ce partenariat.
avatar
Skritt
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 171
Localisation : Flassans
Date d'inscription : 23/05/2011

http://skritt.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourazopoùlou, Ianna] Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?

Message par kély le Jeu 28 Juil 2011 - 16:48

Merci à vous pour ces belles critiques, qui au vu de la 4ème de couv, ne semblent pas évidentes à écrire... En tout cas, vos avis m'ont donné envie de le rajouter sur ma LAL biblio! Wink
avatar
kély
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2462
Localisation : marseille
Genre littéraire préféré : Tous à priori. Je lis autant que mon emploi du temps me le permet. Je lis aussi beaucoup d'articles de presse magazine sur les sujets d'actualités (économie, société, religion, politique..). Très heureuse donc de faire partie de cette communauté de lecture, et espère pouvoir apporter ma contribution à chacune et chacun. Cordialement à tous.
Date d'inscription : 03/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourazopoùlou, Ianna] Qu'a-t-elle vu la femme de Loth?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum