Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Koch, Herman] Le Dîner

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

VOTRE AVIS

0% 0% 
[ 0 ]
53% 53% 
[ 8 ]
33% 33% 
[ 5 ]
13% 13% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 15

Re: [Koch, Herman] Le Dîner

Message par Sarfre le Lun 20 Avr 2015 - 18:24

Une déception pour ce livre. Je m'attendais a quelque chose de beaucoup plus cynique, caustique et dérangeant. Et en fait pas du tout, c'est un simple fait divers relaté et une absence complète de point de vue de l'auteur. C'est dommage.

4/10
avatar
Sarfre
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 507
Age : 42
Localisation : Metz
Emploi/loisirs : Informatique
Genre littéraire préféré : Romans classiques, contemporains; Sciences humaines; Fantasy; Policier, Thriller.
Date d'inscription : 14/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Koch, Herman] Le Dîner

Message par Libellule le Ven 16 Déc 2016 - 8:59

Mon avis:

Un lugubre roman genial. Le diner est un roman sur l’effritement de l’illusion de la famille heureuse, un roman sur la responsabilite des parents vis-a-vis de leurs enfants adolescents et sur le poids horrifiant de certaines decisions a prendre.

Une histoire qui commence tout innocemment par un diner familiale au restaurant des deux freres Paul et Serge Lohman (ce dernier est candidat au poste du Premier ministre aux prochaines elections) et leur femmes Babette et Claire. Comment un roman qui ne raconte l’histoire que dans le cadre d’un diner, pourrait etre charge de tant de tension ? C’est la, l’epatante maitrise de Koch qui merite notre admiration.

Comment reagirez-vous si votre fils age d’une quinzaine d’annees commet quelque chose de terrifiant ? Quelque chose qui pourra perturber son avenir ? Un diner appremmment tout ordinaire au debut s’avere extremement decisif en ce qui concerne la vie des le lendemain des deux couples ? Grace a quelques flash-back, on comprend vite que tous les protagoniste n’ont que l’envie de parler d’une seule chose – leurs fils Michel et Rick se sont livres a des actes de violence inouis. Les deux adolescents ont agresse et tue une femme SDF et quelqu'un menace de reveler leur identite. Les quatres convives le savent et doivent en parler car un scandale peut eclater et ruiner une carriere politique et la vie future des deux cousins.

J’ai ete fascinee par ce roman qui ne cede a aucune facilite. On pourrait tres vite imaginer l’homme lpolitique cherchant a etouffer le scandale, loin de la ! On pourra imaginer ces parents aises et cultives cherchant a explqiuer a leurs fils la responsabilite a assumer, loin de la ! On imaginera bien Paul, ancien enseignant, se trouvant confronte au dileme entre la dignite morale et l’avenir de son fils, loin de la ! L’histoire n’est devoilee que peu a peu, surtout celle du narrateur Paul, bien plus complexe qu’on imaginera au debut a travers ses propos badins. Procede brillant d’un thriller psychologique. La construction est plus qu’excellente – au depart une comedie a huis clos, ponctuee de retours en arriere qui creent et font croitre la tension et qui reveillent les doutes, l’angoisee, l’envie de tout dire et faire dire.

C’est quand meme farouchement drole, l’humour du narrateur fait rire jaune et puis pleurer la degradation morale de ces gens. Celle-ci est effraynate. C’est ce qui denonce Koch dans ce roman – le debacle de cette bonne societe qui excelle dans la vie mondaine et le bon ton, mais ne sait pas elever ses enfants. Le resultat  c’est des adolescent polis et courtois qui considerent ceux qui sont plus bas sur l’echelle sociale comme leurs inferieurs.
Le rire du lecteur, provoque par ces gens pathetiques dans leurs rituels, se dissipe et cede sa place a la surprise, l’incredulite, l’angoise.
avatar
Libellule
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2484
Age : 65
Localisation : Le pays d'Orphee
Genre littéraire préféré : Romans contemporains, a part romans de gare ou fantasy
Date d'inscription : 10/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Koch, Herman] Le Dîner

Message par Pinky le Ven 16 Déc 2016 - 10:09

merci Libellule pour cette magnifique présentation, contente que tu l'aies apprécié
avatar
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6177
Age : 55
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Koch, Herman] Le Dîner

Message par Libellule le Ven 16 Déc 2016 - 12:27

Merci, Pinky! Je suis contente que cela te plaise! enlacement
avatar
Libellule
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2484
Age : 65
Localisation : Le pays d'Orphee
Genre littéraire préféré : Romans contemporains, a part romans de gare ou fantasy
Date d'inscription : 10/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Koch, Herman] Le Dîner

Message par Zia le Ven 23 Mar 2018 - 20:46

C'est l'histoire de Paul Lohman, un homme qui cherche sa place : il ne s'entend pas avec son frère aîné, dont la carrière politique l'encombre, et il cherche à comprendre son fils, un adolescent grandi trop vite.

« MAMAN. »
Michel a serré ses bras autour du cou de Claire et a enfoncé son visage dans ses cheveux. « Maman » a-t-il dit encore une fois.
Maman était venue. J'ai regardé ma femme et mon fils. J'ai pensé aux familles heureuses. Au nombre de fois où j'avais ainsi regardé Michel et sa mère ‒ et où je n'avais jamais essayé de me mettre au milieu : cet aspect-là aussi était un élément du bonheur.

C'est l'histoire d'un homme qui va dîner au restaurant avec sa femme, son frère et sa belle-sœur. Au cours du repas, il nous fait part de ses réflexions sur de multiples sujets : le restaurant, les conventions sociales, l'argent, la famille, l'adoption, le racisme, le pouvoir politique...
Peu à peu, on apprend que les enfants de ces deux couples ont fait une « bêtise ». Et on découvre le fait-divers, dont les coupables n'ont pas encore été identifiés. Alors l'histoire bascule dans une autre dimension où le cynisme domine : les protagonistes vont tenter de comprendre, d'excuser, de masquer, de minimiser... afin que leur vie reste celle qu'elle est, que leur bonheur quotidien ne soit jamais remis en cause. Personne ne doit savoir que leurs fils ont commis de tels actes. Et eux devront vivre avec ce secret. C'est le prix à payer pour rester... une famille heureuse.

[...] « Nous ne voulons pas que Michel soit la victime d'une meute populaire avide de sang, la même meute populaire qui réclame la réintroduction de la peine de mort. Nous aimons trop Michel pour le sacrifier à des sentiments aussi bas. D'ailleurs, il est trop intelligent pour cela. Il est bien au-dessus de cela. »

Le personnage principal, Paul, aime faire justice lui-même. Il détourne les codes sociaux pour les adapter à sa propre loi intérieure et explique ses motivations avec des arguments qui font froid dans le dos.

Il fallait maintenant que je me décide vite, sinon il serait trop tard. Je pouvais le frapper à mort. Avec mes poings. Ce serait un travail répugnant, certes, mais pas plus répugnant que de nettoyer un morceau de viande faisandée. Un dindon, me suis-je corrigé. Il avait une femme à la maison, je le savais, et des enfants déjà grands. Qui sait si je n'allais pas leur rendre service ?

Je ne veux pas donner de fausse impression, je ne suis pas angoissé par les gens en soi, par l'espèce humaine. Je ne me mets pas à suffoquer dans une foule et je ne suis pas non plus le cas à part dans les soirées, l'excentrique à qui personne ne veut parler, dont l'attitude n'émet d'autre message que la volonté qu'on le laisse tranquille. Non, c'est autre chose. Cela a trait au caractère éphémère de tous ces gens dans leurs maisons [...] Je pensais à la masse des gens, aux nombres, même pas en termes de surpopulation, ou de pollution, ou bien en me demandant s'il y aurait bientôt assez à manger pour tout le monde, mais à la masse en soi. Si trois millions ou six milliards servaient un objectif donné. [...] Il n'y a pas forcément trop de gens, me disais-je, mais il y en a beaucoup.

On entend parfois des gens dire qu'ils perdent l'odorat ou le goût : pour ces personnes, une assiette contenant la plus succulente des nourritures n'a plus aucun sens. C'est ainsi que je voyais la vie parfois, comme un plat chaud qui devient froid. Je savais qu'il fallait manger pour ne pas mourir, mais je n'avais plus d'appétit.

C'est un roman qui se lit assez facilement car les réflexions du narrateur se suivent sans accroc et nous donnent constamment envie d'en savoir plus. Il y a quelques longueurs aux deux-tiers du livre, des passages dont je n'ai pas vu l'intérêt (les vacances en Dordogne, par exemple). Mais cela reste une lecture intéressante, source de réflexion sur le fonctionnement de notre société et les responsabilités individuelles de chacun.

On n'a pas besoin de tout savoir les uns des autres. Les secrets ne sont pas des obstacles au bonheur.

avatar
Zia
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 779
Age : 43
Localisation : Normandie
Genre littéraire préféré : Romans, romans historiques
Date d'inscription : 12/05/2015

http://ziaaz.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Koch, Herman] Le Dîner

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum