Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Markaris, Petros] L'empoisonneuse d'Istanbul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur ce livre

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Markaris, Petros] L'empoisonneuse d'Istanbul

Message par adtraviata le Ven 19 Aoû 2011 - 23:28



Auteur : Petros Markaris
Titre : L'empoisonneuse d'Istanbul
Editions : Seuil
Année : 2010
Nombre de pages : 285

Quatrième de couverture :
Katérina, la fille du commissaire Charitos, se marie civilement, pas devant le pope ! La cérémonie tourne court : personne ne se parle. Pour calmer sa femme, Charitos lui offre un voyage à Istanbul où ils prennent contact avec la petite communauté grecque des Roums. Mais le séjour est bientôt troublé. Maria, une nonagénaire, aurait empoisonné son frère en Grèce avant de filer à Istanbul. Pour éviter un incident diplomatique, Charitos est chargé par son supérieur d'enquêter en collaborant avec unjeune collègue turc : méfiance ancestrale au programme. Multiplication de cadavres, indices minces. La vieille Maria se déplace comme un fantôme et a toujours une longueur d'avance sur la police. Charitos rentrera-t-il à temps pour le mariage religieux auquel Katérina a finalement consenti ?

Mon avis :
C'est ma deuxième rencontre avec le commissaire Charitos, que j'avais beaucoup apprécié dans Publicité meurtrière, rencontre motivée aussi par le prochain club de lecture de ma bibliothèque en septembre, qui aura pour thème Istanbul.

Ici, l'intrigue est assez simple, l'assassin est connu dès le départ ou presque, et l'enquête est menée gentiment au long des presque 300 pages du roman.

Ce n'est pas l'enquête qui compte, mais le contexte.

Le contexte de la vie privée de Charitos, dont la fille refuse le mariage à l'église (en Grèce, on n'est pas obligé de se marier à l'église, on choisit soit la mairie, soit l'église, et c'est ce dernier mariage qui entraîne une fête dont les parents de Katérina et Phanis se sentent complètement privés). Suite à ce refus, l'ambiance familiale est plus que refroidie. Et qu'est-ce qui pourrait énerver Kostas Charitos davantage que ce mariage à la sauvette ? Que sa femme lui refuse d'aller jusqu'en Turquie en Mirafiori branlante ? Non, quoique le coeur du commissaire saigne quand on snobe sa voiture. C'est de collaborer avec un policier turc.

Il y a donc un contexte politique et professionnel aussi. A Istanbul, ce qui devait être un voyage de consolation pour s'éloigner un peu des frasques de Katérina se transforme en une excursion à la poursuite de la vieille Maria, qui utilise une technique bien particulière pour tuer ses victimes. Et comme elle a commencé à tuer en Grèce, puis à Istanbul, voilà donc Charitos obligé de travailler avec Murat, un jeune inspecteur turc formé en Allemagne. Le jeune homme est méfiant au début ; méfiance partagée de bon coeur par le commissaire, d'autant qu'ils ne se privent ni l'un ni l'autre de se jeter à la figure les épisodes les plus difficiles des relations entre les Trucs et les Grecs. L'ambiance est tendue...

Comme je l'ai écrit plus haut, l'enquête n'est pas très compliquée et j'ai trouvé ce dernier épisode de la série moins pétillant que Publicité meurtrière. Mais l'ensemble est resté plaisant, le roman nous offre un bel aperçu des difficultés de trafic à Istanbul (toujours appelée Constantinople par els Grecs...) et nous titille sans cesse les papilles avec les spécialités locales. Et comme Kostas est plutôt bon vivant...

Tout cela ne m'empêchera pas de retrouver le caractère enjoué du commissaire Charitos, sa femme Adriani, et d'autres, dans Le Che s'est suicidé, qui m'attend dans la PAL...

avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Markaris, Petros] L'empoisonneuse d'Istanbul

Message par Sharon le Sam 20 Aoû 2011 - 0:14

Merci pour cet avis Adtraviata.
Le che s'est suicidé est aussi dans ma PAL.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7244
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Markaris, Petros] L'empoisonneuse d'Istanbul

Message par adtraviata le Sam 20 Aoû 2011 - 0:27

Il paraît que c'est un très bon titre de la série.
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Markaris, Petros] L'empoisonneuse d'Istanbul

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum