Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Rémond, Alain] Chaque jour est un adieu.

Aller en bas

Quel est votre avis sur "Chaque Jour est un adieu"?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Rémond, Alain] Chaque jour est un adieu.

Message par Invité le Sam 27 Aoû 2011 - 18:15


Chaque jour est un adieu.
Alain Rémond.

::: Coup d’œil sur l'auteur...
Alain Rémond naît dans une famille bretonne de dix enfants. Cette enfance difficile lui inspirera par la suite une série de romans autobiographiques. Après des études de philosophie, il devient professeur d’audiovisuel, puis critique de cinéma. Alain Remond entre en 1973 comme journaliste à Télérama pour devenir rédacteur en chef adjoint à Paris-Hebdo en 1979. Actuellement, il rédige toutes les semaines une chronique dans Marianne et un billet chaque jour dans La Croix.

::: En quatrième de couverture...
"Je sursaute à cette seule idée : d'autres gens y habitent, dans notre maison. Et ça reste complètement insupportable. Combien de temps a-t-elle été à nous ? J'avais six ans quand on s'y est installés. J'en avais vingt-cinq à la mort de ma mère, quand elle a été vendue. Pourtant, je n'arriverai jamais à en parler autrement que notre maison. On y a été tellement heureux et parfois, aussi, si totalement désespérés, nous tous, les dix enfants. Et nos parents. J'habite loin de Trans, maintenant, depuis longtemps, mais il m'arrive de repasser devant la maison, en tremblant. Et c'est comme si je brûlais, en approchant de la fenêtre. Parce qu'en même temps que ce bonheur, il y a eu trop de malheur."

::: Un avis, comme pour lire, et relire, à l'endroit, à l'envers...
J'ai mal commencé ce livre, je veux dire, je me suis mis dans une mauvaise posture. L’œil aux aguets, relevant la moindre particule, le moindre mot qui me permettrait de dégager un motif, une obsession, une clé pour ouvrir le livre, et surtout pour le fermer, définitivement. Comme un psychanalyste, je tâchais de me dire : ici, traumatisme, ici, conflit générationnel, ici, etc. Et puis finalement, au fil des pages, le narrateur m'a gentiment montré mon erreur, m'a repris, et m'a corrigé. Très courtoisement, il m'a fait comprendre que ce livre, c'est au cœur qu'il s'adresse, pas tant à la tête.

Je m'en suis rendu compte au décès du père (je venais de griffonner, non sans fierté : "travail du silence, de la distance"). Mais en avançant, peu à peu, en absorbant la tristesse qui émane de ces pages, une fausse tristesse, une tristesse littéraire (il le sait bien, et ne s'en cache pas), on réalise que c'est une tranche de vie qui se dresse devant nos yeux. Qu'on n'a pas à la juger, à la décortiquer. Qu'on n'a pas à la comprendre. Pourtant, la tentation est grande. A chaque ligne, on se reconnaît, on se juge, on se blâme et on se corrige. C'est là je crois toute la force de l'autobiographie. Quand l'auteur se fait narrateur et que le narrateur travaille sur lui-même, se fait personnage, il ne s'abandonne pas vraiment à une contemplation narcissique comme on le croit souvent (surtout quand c'est à Chateaubriand qu'on se mesure, geek ). Cette - fausse - nudité, c'est avant tout une leçon.

Une leçon de vie, c'est-à-dire, une leçon que la vie nous adresse : n'oubliez pas de vivre, n'oubliez pas que vous vivez, que chaque jour, vous mourez, un peu, vous vous perdez, un peu. Voilà ce que j'ai cru lire de Rémond. Dans cette distance justement entre lui et lui-même, entre l'adulte et l'enfant, entre son bonheur d'adulte et ce faux bonheur d'enfant qui n'est un bonheur que pour un enfant. Dans cette incompréhension effrayante qui croît, croît sans cesse à mesure que filent les pages, jusqu'au deuil final. Car après tous ces "au revoir" (à son père, à sa mère, à la maison de Trans, à Agnès, et à l'enfant qu'il était), il faut fermer la dernière page de ce livre, qui sonne comme un ultime adieu.

"Je veux vivre en paix avec tous, les vivants et les morts"

*****
Un petit livre, qui est un grand livre !


Bonnes lectures !


Dernière édition par Olorin le Sam 27 Aoû 2011 - 19:18, édité 1 fois (Raison : sondage)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rémond, Alain] Chaque jour est un adieu.

Message par ingrid59 le Sam 27 Aoû 2011 - 20:37

Magnifique critique qui vend bien le livre ! Merci Sully !
avatar
ingrid59
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1615
Age : 43
Localisation : Dunkerque (59)
Emploi/loisirs : Maman à temps plus que plein et scrap addict !
Genre littéraire préféré : Un peu tout ce qui me tombe sous la main avec toutefois une préférence pour le roman !
Date d'inscription : 05/08/2011

http://histoiredusoir.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rémond, Alain] Chaque jour est un adieu.

Message par gedinou le Sam 27 Aoû 2011 - 21:38

Oui c'est une belle critique, Merci Sully.
avatar
gedinou
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 183
Age : 48
Localisation : saint omer (pas de calais) 62
Emploi/loisirs : romans, récits,
Date d'inscription : 23/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Rémond, Alain] Chaque jour est un adieu.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum