Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ionesco, Eugène] Les Chaises

Aller en bas

Qu'avez-vous pensé du livre?

[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_lcap0%[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_lcap0%[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_lcap0%[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_lcap0%[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_lcap100%[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_lcap0%[Ionesco, Eugène] Les Chaises Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Ionesco, Eugène] Les Chaises Empty [Ionesco, Eugène] Les Chaises

Message par dada780 le Dim 14 Oct 2012 - 18:51

[Ionesco, Eugène] Les Chaises Images?q=tbn:ANd9GcSRS6IdIFaYkO6VygKGEscmBPrhyGEj6dtIwPYq6w5lWG2Mq3xB

Résumé:

Dans cette pièce, Poirot-Delpech voyait en 1961 " la plus accomplie des tragédies modernes ". La troisième pièce d'Ionesco, créée en 1952, reprise en 1956, connaît maintenant un succès qui ne se dément pas. Le sujet des Chaises est, nous dit l'auteur, " le vide ontologique " : mais c'est aussi un drame personnel, le miroir d'une conscience. On y retrouve la nostalgie de l'enfance, le sentiment de culpabilité, l'horreur de la vieillesse et de la mort. C'est encore une comédie qui, bien souvent, excite le rire par ses clowneries, ses calembours, ses parodies, ses pirouettes. C'est un ballet : celui des chaises amoncelées dans le mouvement accéléré d'un tourbillon fantastique, et qui demeurent vides. Les vieux font semblant de recevoir une foule d'invités, jusqu'à ce qu'un seul personnage apparaisse enfin sur la scène : hallucination ? vérité du Théâtre ? L'orateur tant attendu est sourd et muet, et la scène demeure vide, encombrée de chaises.

Mon avis:

Je n'ai pas du tout aimé cette pièce, comme toutes les autres œuvres du théâtre de l'absurde (particulièrement Fin de partie de Beckett). Elle m'a mise mal à l'aise, comme l'effet voulu, mais cela ne m'a pas fait plus apprécier cette pièce. En effet, le rythme est lent et les dialogues ne mènent à rien (peut-être l'auteur veut-il montrer inefficacité des paroles pour combattre la solitude?).
La dernière partie est encore plus troublante, où elle est rempli de spectres, et où les deux protagonistes mettent en scène une véritable soirée mondaine, dans leur imagination. Je ne sais quelle interprétation faire: Ionesco veut-il dire que tous les mots du monde ne couvre pas la solitude, ou que l'on peut-être seul au milieu d'une foule d'autres personnes...
Le style d'écriture est absurde, avec de longs dialogues n'avançant pas, et où une réplique est répétée environ cinq, six fois... Je ne supporte pas, et j'ai mis du temps à lire ce tout petit livre tellement je déteste ce genre de théâtre...
Après, si on aime ce genre de théâtre, ça ne doit pas poser de problèmes...
dada780
dada780
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1799
Age : 24
Localisation : 91
Emploi/loisirs : khâgne / tennis, escalade, lecture
Genre littéraire préféré : romans historiques/policiers/etc...
Date d'inscription : 31/07/2011

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum