Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Kane, Sarah] 4.48 psychose

Aller en bas

Votre avis

[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_lcap100%[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_lcap0%[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_lcap0%[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_lcap0%[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_lcap0%[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_lcap0%[Kane, Sarah] 4.48 psychose Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Kane, Sarah] 4.48 psychose Empty [Kane, Sarah] 4.48 psychose

Message par Invité le Mer 6 Mar 2013 - 11:48

[Kane, Sarah] 4.48 psychose 97828510

Genre : théâtre
Editions : l'Arche
Parution : 2000
56 pages
ISBN: 978-2851814852

"Après 4h48 je ne parlerai plus
Je suis arrivée à la fin de cette effrayante de cette répugnante histoire d’une conscience internée dans une crasse étrangère et crétinisée par l’esprit malveillant de la majorité morale"
...



mon avis :
4.48 psychose, c'est le testament d'une jeune femme qui s'est donné la mort à 28 ans dans un hôpital psychiatrique britannique. La "première mort du XXI eme siècle", selon Edward Bond.
Ce texte de Sarah Kane, publié à titre posthume, a été retrouvé à l'état de brouillon en 1999, puis publié et mis en scène l'année suivante. Le théâtre de Kane, très inspiré par le "brutalism" en vogue à la fin du XX eme siècle, et le "théâtre de la cruauté" d'Artaud, est réputé à raison pour son extrême violence. Mais 4.48 psychose fait figure à part dans l'œuvre fulgurante et succinte de la dramaturge. Qui parle ? Un médecin et sa patiente ? Deux instances d'une même personne ? Difficile de le savoir. C'est le cri d'une âme enchaînée, internée dans la froideur barbare d' un hôpital, qui aspire à la délivrance avant l'heure qu'elle s'est donnée pour quitter la vie : 4 h 48. On retrouve, dans ce texte de 1999, le pessimisme emblématique des années 1880-1890, mais modernisé et régénéré. Dans 4.48 psychose, l'absence d'espoir n'est plus un malheur, mais enfin un moyen de trouver le repos.
Et qui sait s'il ne reste pas une lueur d'espoir ?
"S'il vous plait, levez le rideau..."
Ainsi s'achève cette pièce qui marque le commencement d'une nouvelle ère littéraire.


Dernière édition par Mineche le Jeu 7 Mar 2013 - 12:41, édité 2 fois (Raison : Ajout image et ISBN)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum