Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Inaba, Mayumi] La valse sans fin

Aller en bas

Votre avis ?

[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_lcap0%[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_lcap0%[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_lcap100%[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_lcap0%[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_lcap0%[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_lcap0%[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  Empty [Inaba, Mayumi] La valse sans fin

Message par Cannetille le Mer 11 Déc 2019 - 12:34

[Inaba, Mayumi] La valse sans fin  La_val10

Titre : La valse sans fin (Endoresu warutsu)
Auteur : Mayumi INABA
Traductrice : Elisabeth SUETSUGU
Parution : 2014 en japonais, 2019 en français (Editions Picquier)
Pages : 144


Présentation de l'éditeur :  
C’est l’histoire d’un amour fou entre deux âmes perdues.
Imaginez Kurt Cobain et Courtney Love dans le Japon des années pop.
Ils ont vingt-quatre ans, s’aiment d’un amour d’écorchés vifs, ils se droguent pour endormir le malaise de vivre et rêvent d’une musique absolue, libre, qui pourrait d’un seul son détruire l’ordre du monde. Abe Kaoru est saxophoniste de free jazz, Suzuki Izumi est écrivaine. De 1973 à 1978, jusqu’à ce que dans un dernier excès Kaoru meure d’une overdose, ils vivent un amour éperdu qui défie les codes et se mesure à la violence.
L’écriture vibrante d’Inaba Mayumi restitue les vies portées à l’incandescence de ce couple de légende.


Le mot de l'éditeur sur l'auteur :
Née en 1950, Inaba Mayumi gagne à seize ans un concours de poésie organisé par l’influent magazine Bungei Shunjû, et remporte un prix à vingt-trois ans pour son premier récit. Depuis elle publie romans et nouvelles, qui ont entre autres été couronnés par le prix Kawabata et le prix Tanizaki.


Avis :
Abe Kaoru est un saxophoniste japonais de free jazz, mort à vingt-neuf ans, dans les années soixante-dix, d’une overdose de sédatifs, et devenu mythique dans le milieu du jazz japonais underground. Il fut marié à l’actrice et écrivain Suzuki Izumi : une union bâtie sur un amour-haine désespéré et violent, qu’Inaba Mayumi nous relate du point de vue de la jeune femme.

Kaoru et Izumi sont deux trous noirs qui s’attirent irrépressiblement dans leur chute vers le vide et la destruction : jeunes et paumés, habités par un désespoir qui les dépassent et les empêchent de se construire un avenir, ils ne parviennent qu’à brûler l’instant présent et à se réfugier dans la musique et la drogue. S’accrochant l’un à l’autre dans une danse de mort qui ne pourra avoir de fin que tragique, ils s’entraînent mutuellement vers le fond comme deux naufragés au bord de la noyade.

Le texte est terrible, souvent insupportable, tant l’horreur et le dégoût vous submergent à voir ces deux êtres s’autodétruire de concert, dans une consommation effrénée et effrayante d’alcool et de drogues : déchéance physique, auto-mutilation, crises de violence et désordres psychiatriques jalonnent l’anéantissement de leurs jeunes vies, au fil d’un dévorant mal-être qu’eux-mêmes ne comprennent pas.

Heureusement, derrière le sordide et l’innommable, l’écriture fine et sensible de l’auteur parvient à préserver l’humanité des personnages, dans des éclaircies de tendresse et de lucidité, dans leur attachement mutuel dont on ne sait plus s’il est fait d’amour, de haine, ou de dépendance mais qui ne peut laisser indifférent, ou encore dans les envolées musicales où transperce le génie de Kaoru.

Ce livre est comme un trou d'air qui vous remonte le coeur dans la gorge, y laissant répulsion et désolation à l'idée, qu'hélas, il est inspiré de personnages et de faits réels. (3/5)
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1667
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum