Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre

Aller en bas

Votre avis ?

[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_lcap0%[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_lcap100%[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_lcap0%[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_lcap0%[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_lcap0%[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_lcap0%[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Empty [Bouquin, Jérémy] Chien de guerre

Message par Cassiopée le Jeu 16 Jan 2020 - 21:22

[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Chien_10


Chien de guerre
Auteur : Jérémy Bouquin
Éditions : du Caïman (14 Janvier 2020)
ISBN : 978-2919066797
234 pages

Quatrième de couverture

De retour d'Afghanistan, viré de l'armée, Franck se retrouve chez sa mère avec sa copine et son fils nouveau-né. Cet ancien bidasse va devoir réapprendre à vivre parmi les siens, dans son quartier pourri, hanté par le traumatisme de la guerre. D'insomnies en désillusions, les virées enragées avec d'anciennes fréquentations ne vont que précipiter sa chute. Mais sera-t-il le seul à tomber ?

Mon avis

Chien de guerre …. Chienne de vie ?

Comme le montre la photo de la couverture «il » a connu la guerre. Pas celle des anciens, non, lui c’est celle de maintenant, en Afghanistan. Il est revenu parfois, en permission, et avec sa copine, ils ont eu un petit. Il ne le connaît pas vraiment ce môme mais c’est le sien alors….
L’armée ça vous forge un homme à ce qu’on dit, oui… mais parfois ça les détruit et ça on l’oublie. Pas forcément une destruction physique, et du coup, c’est bien pire. C’est comme un mal inexplicable qui ronge de l’intérieur, qui transforme celui que vous êtes en bête ou en autre chose… Et lorsque vous revenez de « là-bas » personne ne vous reconnaît et vous, vous ne reconnaissez personne. Engagez-vous qu’ils disaient ? L’armée est une grande famille…. Oui mais….

Franck est revenu au pays, avec son barda de soldat sur l’épaule, le revoilà en France. Pas vraiment comme un héros, mais plutôt perdu, paumé. Comme les fins de mois sont difficiles, sa compagne vit chez sa mère à lui avec le bébé. Dès le début de ce récit, on voit qu’il a du mal à trouver sa place, que le traumatisme de ce qu’il a vu, vécu, le hante. Il n’a pas été accompagné dans ce retour à une vie dans la norme loin des combats, du bruit des bombes et des pistolets mitrailleurs…. L’effet de l’adrénaline est retombé, l’activité à outrance aussi. Comment se reconstruire ? Franck tourne en rond et va finir par faire une rencontre, une vieille connaissance…. Va-t-il s’en sortir ou tomber plus bas ?

Ce récit brut, noir, cerne les limites de la désespérance. L’auteur pointe du doigt le mal-être de Franck, les difficultés à se réintégrer dans son couple, dans sa famille où il n’a plus de repères. Quant à un boulot, n’en parlons pas …. Tout semble lourd à cet homme. Il a l’impression que plus rien ne lui appartient. Son quotidien était tellement différent, comment exister, se positionner ?

J’ai trouvé ce roman très fort, dur, mais réaliste. Bien sûr, toutes les situations ne se ressemblent pas mais on oublie de temps à autre Le SPT (stress post-traumatique) même si on en parle plus qu’avant. Jérémy Bouquin montre bien que c’est une souffrance pour la personne concernée mais également pour toutes celles qu’elle côtoie. Une pathologie de la mémoire qui entraîne d’importants troubles relationnels. Et c’est tellement difficile d’en parler, de le reconnaître …. Franck est hanté par son passé de militaire qui lui revient par flashs et il sait bien qu’il doit trouver une activité professionnelle ….alors quand on lui propose de l’argent gagné facilement, c’est tellement plus simple que de se battre contre les lenteurs administratives….

L’écriture et le style de l’auteur sont francs, très parlants avec des dialogues et des pensées qui font mouche. Jérémy Bouquin va au fond d’un quotidien sombre, délicat à gérer, angoissant, sans tomber dans l’excès. Son propos est parfaitement dosé et ce recueil est un très bon roman noir.

_________________
[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Cassio11
Cassiopée
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 12215
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Bouquin, Jérémy] Chien de guerre Empty Re: [Bouquin, Jérémy] Chien de guerre

Message par elea2020 le Jeu 16 Jan 2020 - 23:46

Cassiopée a écrit: J’ai trouvé ce roman très fort, dur, mais réaliste. Bien sûr, toutes les situations ne se ressemblent pas mais on oublie de temps à autre Le SPT (stress post-traumatique) même si on en parle plus qu’avant. Jérémy Bouquin montre bien que c’est une souffrance pour la personne concernée mais également pour toutes celles qu’elle côtoie. Une pathologie de la mémoire qui entraîne d’importants troubles relationnels. Et c’est tellement difficile d’en parler, de le reconnaître …. Franck est hanté par son passé de militaire qui lui revient par flashs et il sait bien qu’il doit trouver une activité professionnelle ….alors quand on lui propose de l’argent gagné facilement, c’est tellement plus simple que de se battre contre les lenteurs administratives….

C'est vraiment ça, et c'est bien dit. Je n'ai pas une grande attirance pour les romans policiers, mais dans ce domaine "roman noir", je m'y retrouverais davantage. Merci pour cette critique en tout cas.
elea2020
elea2020
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1685
Age : 51
Localisation : 44
Emploi/loisirs : enseignante en reconversion
Genre littéraire préféré : dystopies et classiques, littérature russe
Date d'inscription : 02/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum