Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ledig, Agnès] Se le dire enfin

Aller en bas

Votre avis?

[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_lcap0%[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_lcap100%[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_lcap0%[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_lcap0%[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_lcap0%[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_lcap0%[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Empty [Ledig, Agnès] Se le dire enfin

Message par Step le Sam 6 Juin 2020 - 20:10

[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Se_le_10
Agnès Ledig

Autrice : Agnès Ledig
Nbre de pages : 432
Editeur : Flammarion(février 2020)
ISBN-10 : 2081457962
ISBN-13 : 978-2081457966

Quatrième de couverture
De retour de vacances, sur le parvis d'une gare, Édouard laisse derrière lui sa femme et sa valise. Un départ sans préméditation. Une vieille romancière anglaise en est le déclic, la forêt de Brocéliande le refuge. Là, dans une chambre d'hôtes environnée d'arbres centenaires, encore hagard de son geste insensé, il va rencontrer Gaëlle la douce, son fils Gauvain, enfermé dans le silence d'un terrible secret, Raymond et ses mots anciens, Adèle, jeune femme aussi mystérieuse qu'une légende. Et Platon, un chat philosophe. Qui sont ces êtres curieux et attachants ? Et lui, qui est-il vraiment ? S'il cherche dans cette nature puissante les raisons de son départ, il va surtout y retrouver sa raison d'être.

Mon avis

Edouard est à la gare de Vannes, il rentre à Paris de retour de vacances avec sa femme Armelle, belle femme qui fait sa fierté, il reçoit un message lui indiquant que la maison de ses parents est vendue, bonne nouvelle son héritage est soldé.

Et tout à coup l’incroyable se produit, Edouard aide une dame d’un certain âge, chargée de bagages à prendre son car pour Rennes et le voici sur un coup de tête, plantant son épouse sur le quai et prenant sans réfléchir une minute, mû par une force supérieure, le car qui va le conduire en forêt de Brocéliande.

Le décor est planté, non le hasard n’existe pas, c’est une fuite de survie on le comprendra ensuite et Edouard trouvera peut-être son vrai chemin dans cette forêt légendaire entre une logeuse  Gaëlle toute douceur, son fils Gauvain qui masque ses souffrances sous un mutisme non feint,  Adèle jeune femme mystérieuse, le chat Platon, j’ai adoré le chat, un vrai félin comme je les aime qui va et vient à son gré en observant son petit monde, au courant de tout sous ses airs de grand sage, et notre vieille dame bien sur, romancière anglaise qui a fait de la maison d’hôtes de Gaëlle sa résidence de vacances, espérant y trouver l’inspiration de son prochain roman.
Brocéliande est un lieu ensorcelant, dans mes jeunes années j’adorais « les contes et légendes de Bretagne » les descriptions d’arbres sont magnifiques, Platon en profite largement.

« Platon s’approcha de l’arbre à pas de loup, grimpa le long du tronc couvert d’une mousse épaisse, ses griffes largement déployées pour atteindre l’écorce et s’y agripper. Deux énormes branches jumelles – qui, à deux mètres du sol, partaient à l’opposé l’une de l’autre – offraient à son corps gracile une zone plane et confortable. Il s’allongea et ferma les yeux. Le chat pouvait rester ainsi des heures sans bouger. À l’affût du moindre bruit, en sécurité, perché là-haut au bord d’une clairière calme. »Prologue p.11

J’aime beaucoup les écrits d’Agnès Ledig c’est peut-être bourré de bons sentiments mais qu’est-ce que ça fait comme bien ! Ce n’est pas trop sucré, pas d’indigestion ça se lit d’une traite.
J’ai très apprécié.

_________________
  Mes listes  

----------------------------------------

[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Alpha_22[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Alpha_24[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Alpha_23[Ledig, Agnès] Se le dire enfin Alpha_25 [Ledig, Agnès] Se le dire enfin Mini_110
Step
Step
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 9344
Localisation : France
Emploi/loisirs : Lecture, cinéma, animaux, ....
Genre littéraire préféré : Romans contemporains ou non, policiers/thrillers, un peu tout. Pas de BD
Date d'inscription : 12/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum