Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole

Aller en bas

Votre avis ?

[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_lcap0%[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_lcap0%[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_lcap100%[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_lcap0%[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_lcap0%[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_lcap0%[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  Empty [Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole

Message par Cannetille le Sam 4 Juil 2020 - 11:52

[Sainz Borgo, Karina] La fille de l'Espagnole  La_fil10

Titre : La fille de l'Espagnole (La hija de la española)
Auteur : Karina SAINZ BORGO
Traductrice : Stéphanie DECANTE
Parution : en espagnol (Venezuela) en 2019, en français en 2020 (Gallimard)
Pages : 240


Présentation de l'éditeur :  
Adelaida Falcón vient d’enterrer sa mère lorsque de violentes manifestations éclatent à Caracas. L’immeuble où elle habite se retrouve au cœur des combats entre jeunes opposants et forces du gouvernement. Expulsée de son logement puis dépouillée de ses affaires au nom de la Révolution, Adelaida parvient à se réfugier chez une voisine, une jeune femme de son âge surnommée «la fille de l’Espagnole». Depuis cette cachette, elle va devoir apprendre à devenir (une) autre et à se battre, pour survivre dans une ville en ruine qui sombre dans la guerre civile.
Roman palpitant et d’une beauté féroce, le récit de cette femme seule sonne juste, comme une vérité, mais également comme un avertissement. Il nous parle depuis l’avenir, à la manière d’une dystopie, nous rappelant que notre monde peut s’effondrer à tout moment, qu’il est aussi fragile que nos souvenirs et nos espoirs.


Un mot sur l'auteur :
Née au Venezuela en 1982, Karina Sainz Borgo est journaliste et vit à Madrid. La fille de l'Espagnole est son premier roman. Les éditeurs d'une vingtaine de pays en ont acquis les droits.


Avis :
Encore désemparée par le récent décès de sa mère, Adelaida Falcón doit faire face, seule, aux terribles événements qui secouent Caracas : de violents affrontements entre opposants et forces armées gouvernementales mettent la ville à feu et à sang. Chassée de chez elle, elle parvient à se cacher dans l’appartement déserté de sa voisine, dite la Fille de l’Espagnole. Spoliée de jusqu’à son identité, elle va devoir tenter de sauver sa vie et réussir à prendre la fuite.

Elle-même née à Caracas et installée en Espagne depuis 2006, l’auteur nous plonge dans la vertigineuse déliquescence dans laquelle le Venezuela est tombé, évoquant, en une vision cauchemardesque et apocalyptique qui semble à peine dystopique, un climat de guerre civile où règnent le chaos, la peur, la faim et le manque de tout, où chacun est quotidiennement amené aux pires compromissions pour échapper aux arrestations, à la torture et à la mort, et même pour simplement se nourrir : ainsi contraints de participer malgré eux au processus de pourrissement général, c’est jusqu’à leur âme que les habitants ont l’impression de livrer à la gangrène.

L’horreur imprègne chaque page, que ce soit au fil d’exactions toutes plus insoutenables les unes que les autres, qu’au travers des souffrances psychologiques dans lesquelles se débat Adelaida. Au-delà du saisissement, c’est rapidement un terne abattement qui s’empare du lecteur, asphyxié par un texte uniformément noir et monotone qui, tout entier préoccupé de témoignage et de dénonciation politique, en perd son souffle romanesque.

C’est avec soulagement que je suis parvenue au bout de cette lecture utile mais éprouvante, qui fait entrevoir une réalité venezuelienne pire que la plus désespérée des fictions. (3/5)
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1724
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum