Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Colize, Paul] Toute la violence des hommes

Aller en bas

Votre avis ?

[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_lcap0%[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_lcap100%[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_lcap0%[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_lcap0%[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_lcap0%[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_lcap0%[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Empty [Colize, Paul] Toute la violence des hommes

Message par Cannetille le Mer 28 Oct 2020 - 11:31

[Colize, Paul] Toute la violence des hommes  Toute_11

Titre : Toute la violence des hommes
Auteur : Paul COLIZE
Parution : 2020 chez HC Editions
Pages : 320


Présentation de l'éditeur :  
Qui est Nikola Stankovic ? Un graffeur de génie, assurant des performances insensées, la nuit, sur les lieux les plus improbables de la capitale belge, pour la seule gloire de l’adrénaline ? Un peintre virtuose qui sème des messages profonds et cryptés dans ses fresques ultra-violentes ? Un meurtrier ? Un fou ?
Nikola est la dernière personne à avoir vu vivante une jeune femme criblée de coups de couteau dans son appartement. La police retrouve des croquis de la scène de crime dans son atelier. Arrêté, interrogé, incarcéré puis confié à une expertise psychiatrique, Niko nie en bloc et ne sort de son mutisme que pour répéter une seule phrase : C’est pas moi.
Entre Bruxelles et Vukovar, Paul Colize recompose l’Histoire. Au-delà de l’enquête, c’est dans les replis les plus noirs de la mémoire, à travers les dédales de la psychologie et la subtilité des relations humaines qu’il construit son intrigue.


Le mot de l'éditeur sur l'auteur :
Paul Colize est né à Bruxelles, d’un père belge et d’une mère polonaise. Ses polars, à l’écriture aiguisée et au rythme singulier, sont ancrés dans le réel et flirtent avec la littérature générale. Son œuvre (Back Up, Un long moment de silence, Concerto pour 4 mains…) a été récompensée par de nombreuses distinctions littéraires dont le prix Saint-Maur en poche, le prix Landerneau, le prix Polar pourpres, le prix Arsène Lupin et le prix Sang d’Encre des lecteurs.


Avis :
A Bruxelles où, ces derniers temps, les murs ont vu fleurir de vastes fresques ultra-violentes anonymement exécutées de nuit par un graffeur de talent, un homme d’origine croate est arrêté pour le meurtre d’une jeune femme retrouvée poignardée chez elle. Alors que tout l’accuse, l’assassin présumé s’enferme dans le mutisme, se contentant de nier sans explication. Placé en observation psychiatrique, il ne semble intéressé que par le dessin, pour lequel il fait preuve d’un véritable don.

Paul Colize a inventé cette histoire à partir des vraies fresques, impressionnantes par leur taille et leur violence, parfois inspirées de tableaux célèbres de la peinture classique comme Le sacrifice d'Isaac du Caravage et Les corps des frères Witt de Jan de Baen, qui sont apparues ces dernières années sur des immeubles de Bruxelles, sans que leur controversé mais talentueux auteur se soit jamais fait connaître. L’écrivain a imaginé un personnage atteint de trouble de stress post-traumatique, qui aurait trouvé un exutoire dans l’expression graphique urbaine. Le récit alterne entre l’enfance de Nikola Stankovic pendant la guerre de Croatie, et son séjour en hôpital psychiatrique bien des années plus tard. Il nous fait vivre les terribles siège et massacre de la ville de Vukovar en 1991, nous enferme dans une souffrance psychique qui risque de déboucher sur une réclusion physique définitive faute du diagnostic adéquat, et nous interroge sur la puissance de l’art, véritable élan vital aux manifestations parfois très peu conventionnelles.

Le roman entretient le suspense autour du sort de Nikola, doublement victime de la violence des hommes puisqu’à son traumatisme répondent la répression et l’enfermement. Dans son univers de noirceur tremblotent quelques lueurs d’espoir auxquelles, tout comme le  lecteur, il va tenter de se raccrocher : son art, et l’humanité de quelques personnages atypiques et attachants.

Histoire terrible inspirée par de dérangeantes et anonymes œuvres de rues, ce livre illustre le pouvoir libérateur de l’art, cri muet universel et irrépressible, que ni l’indicible ni l’oppression ne sauront jamais faire taire. (4/5)
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1786
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum