Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Anouilh, Jean] La grotte

Aller en bas

Que pensez-vous de La Grotte

[Anouilh, Jean] La grotte Vote_lcap0%[Anouilh, Jean] La grotte Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Anouilh, Jean] La grotte Vote_lcap100%[Anouilh, Jean] La grotte Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Anouilh, Jean] La grotte Vote_lcap0%[Anouilh, Jean] La grotte Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Anouilh, Jean] La grotte Vote_lcap0%[Anouilh, Jean] La grotte Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Anouilh, Jean] La grotte Vote_lcap0%[Anouilh, Jean] La grotte Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Anouilh, Jean] La grotte Empty [Anouilh, Jean] La grotte

Message par Invité le Mar 8 Mar 2011 - 1:45

La Grotte de Jean Anouilh


[Anouilh, Jean] La grotte Book_c10

Editions : Flammarion
Nombre de pages : 174
Genre : Théâtre

Quatrième de couverture :

Paris, années 1900. Dans les sous-sols d'une maison bourgeoise, la cuisinière a été poignardée. Qui a tué Marie-Jeanne ? Un commissaire mène l'enquête. Ce pourrait être une comédie policière réussie. Mais, dès le premier acte, l'auteur s'excuse auprès des spectateurs. La pièce n'est pas composée : elle s'écrira devant eux ! Pis, tandis que la représentation progresse, l'auteur refuse de montrer sur scène le destin infâme de ses personnages. C'en est trop, les protagonistes se révoltent : s'ils ne peuvent tout dire, ils préfèrent ne pas exister. Dans ces conditions, le commissaire pourra-t-il élucider le crime et l'auteur achever son œuvre ? Pièce dans la pièce, La Grotte exhibe la machine théâtrale et bafoue l'illusion dramatique. Défiant les conventions du genre, Anouilh nous dévoile les affres de la création et de la représentation.

Mon avis :
Quand j'ai lu ce livre, je m'attendais à tout sauf à cela. J'ai vraiment beaucoup aimé même si cela traîne parfois en longueur. Des personnages qui se révoltent, qui revendiquent la parole, ne suivent rien au scénario... C'est original ! J'aime beaucoup l'idée que de l'auteur qui monte sur scène et s'excuse d'avance pour sa pièce. Cela fait quelques années que je l'ai lu maintenant mais je me souviens d'une pièce, en somme, assez sympathique qui dévoile l'illusion théâtre comme le fait un peu Beckett, à sa manière. Anouilh montre également par cette pièce, la difficulté de l'auteur à produire une oeuvre ainsi que la réception de celle ci par les spectateurs.

« Peut-être que cette histoire aurait mieux fait de rester comme une méduse sans forme flottant entre deux eaux dans votre subconscient... [...] Personnellement, si fort que je doive souffrir, je dois faire ce que j'ai à faire maintenant. Il ne fallait pas m'inventer et m'inventer ce destin et cette mère et faire naître ma honte... Il ne fallait pas caresser dans votre esprit, entre les différents possibles, cette minute affreuse qui me reste à vivre... Pour vous, ce n'était qu'un caprice de votre imagination, vous étiez en train de faire votre métier, vous cherchiez à construire une pièce. Vous n'auriez peut-être pas dû, mais vous l'avez fait. Alors maintenant, il faut nous laisser. Ne plus intervenir jusqu'à la fin. »

Note : 15/20.


Dernière édition par Coyote le Mar 8 Mar 2011 - 1:47, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum