Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bonnot, Julie] Chambre 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur Chambre 2

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Bonnot, Julie] Chambre 2

Message par Sharon le Mer 27 Nov 2013 - 11:34



Titre : Chambre 2
Auteur : Julie Bonnot
Editeur : Belfond
Nombre de pages :186 pages.

Présentation de l’éditeur :

Une maternité. Chaque porte ouvre sur l’expérience singulière d’une femme tout juste accouchée. Sensible, vulnérable, Béatrice, qui travaille là, reçoit de plein fouet ces moments extrêmes.
Les chambres 2 et 4 ou encore 7 et 12 ravivent son passé de danseuse nue sillonnant les routes à la lumière des projecteurs et au son des violons. Ainsi réapparaissent Gabor, Paolo et d’autres encore, compagnons d’une vie à laquelle Béatrice a renoncé pour devenir normale. Jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus supporter la violence du quotidien de l’hôpital.
Un hommage poignant au corps des femmes, et un regard impitoyable sur ce qu’on lui impose.

Mon avis :

Je le savais. Je savais que je n’aimerai pas ce livre. J’en étais quasiment certaine. Mais, comme il m’est arrivé de me tromper, je me suis laissée tenter.

Dès le premier chapitre, en fait, j’ai coincé. Je n’aime pas, n’ai jamais aimé ce que j’appelle la "poétisation" de la mort d’un nourrisson. Si, encore, dans la vie, cela peut aider les parents à surmonter cette perte… Mais je ne connais, dans la vie, aucun parent d’un enfant mort-né qui ait pensé ainsi. Et ne venez pas me dire que les romans, ce n’est pas la vie, merci. Pour moi, la vie, avec ses douleurs, sera toujours plus forte que ce qu’un roman peut raconter.

Ce roman montre que tout n’est pas tout rose, dans les maternités. Contrairement à d’autres lectrices qui ont trouvé ce roman sombre, j’ai envie de dire que :
- d’un côté, Béatrice ne se concentre que sur les cas douloureux (et ils sont nombreux).
- de l’autre, elle aurait pu encore aller plus loin dans la noirceur (si, je vous assure, c’était possible, et même facile).

Elles étaient pourtant intéressantes, ces rencontres avec des mères en souffrance. Plutôt que de nous en livrer des scènes, brèves, des résumés, parfois, voir (dans un chapitre) une litanie de situations dramatiques, j’aurai aimé que les rencontres avec ses femmes soient développées, que l’on connaisse davantage leur devenir.

J’aurai aimé aussi qu’une image si négative ne soit pas donné des pères. Certes, ce roman est centré sur les femmes et leur corps souffrant. Mais les pères.. A une exception près (il est beau, il est tatoué), ils sont absents, voire lâches quand ils ne sont pas accusés de vouloir prendre la place de la mère. Et je ne vois pas en quoi un père aimant serait un danger pour l’enfant, pas plus que je ne crois à l’instinct maternel.

En effet, la maternité exaltée est vraiment le fond de ce livre, comme le montre les "conversations" entre la mère et le nouveau-né – il a tant à dire – qui m’a rappelé les théories d’une certaine pédiatre. De même, les enfants savent tout, bien mieux que les adultes, ils comprennent avant tout le monde qu'un adulte, par amour, veuille mettre fin à ses jours en compagnie de son amant. Les enfants sont merveilleux.

Je n’ai garde cependant d’oublier l’héroïne de ce livre, Béatrice, et là encore, plusieurs choses m’ont dérangé. Je n’ai pas aimé ce mélange de point de vue interne et de point de vue omniscient. Le narrateur sait en effet tout sur les parturientes, notamment sur celle qui aimait tant jouer à la poupée étant enfant et se retrouve maintenant désemparée de son bébé – comme si elle pouvait vraiment tout savoir sur elle. Le parcours personnel et professionnel de Béatrice ne m’a intéressé plus que cela, ses compagnons de route non plus.

Je suis heureuse d’être arrivée au bout de l’écriture de ce billet, et de pouvoir passer à un autre livre.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7524
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum