Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Mirbeau, Octave] Le journal d'une femme de chambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Mirbeau, Octave] Le journal d'une femme de chambre

Message par Hortensia le Dim 24 Sep 2017 - 22:10




Auteur : Octave Mirbeau
Edition: Le livre de Poche ( Les classique de Poche )
Nombre de pages : 502
Genre : classique, satyrique

Le quatrième de couverture :

Le 14 septembre 1898, Célestine R. prend sa nouvelle place au Mesnil-Roy, en Normandie, et décide de tenir son journal. « Mon intention, écrit-elle, est de n’employer aucune réticence, pas plus vis à- vis de moi-même que vis-à-vis des autres » : les turpitudes de ses maîtres seront donc férocement montrées. D’abord conçu comme une étude de la condition domestique et une satire des moeurs bourgeoises, Le Journal d’une femme de chambre que Mirbeau fait paraître en 1900 s’est élargi en une dénonciation de l’intolérance qui a conduit à la condamnation de Dreyfus, et la satire bascule du côté de la diatribe. Au moment de sa parution, l’emportement impudique qui traverse le roman scandalise la critique, qui en dénonce les ignominies et n’en rend compte qu’à regret. Mais aujourd’hui, nous pouvons regarder sans moralisme la fureur dévastatrice du livre et son esthétique du monstrueux, et y voir la preuve, bien plutôt, de l’éclatante puissance littéraire de Mirbeau.

Mon avis :

Une lecture dont je ne suis pas sortie indemne mais j'ai totalement adoré. Une révélation. Un livre dur, sans concession. Impitoyable, à l'image de ces personnages et de sa narratrice qui serait plutôt proche au final de l'anti-héroïne que du personnage exemplaire. On sent bien que Mirbeau devait être un proche de Zola, ce livre est une critique fulgurante de son époque et de l'antisémitisme montant sans cesse jusqu'à atteindre son paroxysme. L'auteur a eu soin de glisser beaucoup de références avérées à tels journaux " antidreyfusards " ou personnalités ayant pris parti contre Dreyfus. Célestine elle même suit le mouvement... Pour quelle raison ? Pour faire comme les autres. En cela c'est effrayant car je pense que son comportement, bon nombre de personnes l'ont eu en son temps, par peur d'être ostracisés si on ne suivait pas l'avis populaire.
C'est une critique des moeurs impitoyable de la société bourgeoise et tout y passe : sexualité débridée, esclavagisme des femmes de chambres et valets , conditions de vie très dures pour eux en majorité, le placement des femmes de chambre qui ressemble à une exposition-étalage de viande... La religion y passe également avec des passages très cocasses.
L'auteur par le biais de sa narratrice critique l'ordre bourgeois par le biais de la satyre donc nous sommes parfois aussi dans la surenchère. Mais pourtant le récit reste totalement plausible.
D'autres sujets gravitent autour du roman : le viol , le meurtre, le vol et la prostitution... A ce sujet, le personnage de Joseph est un bel exemple de rouerie mais je n'en dirais pas plus.
C'est un livre choc et je comprends que le livre fut accueilli très " fraîchement " lors de sa parution. Les phrases ne sont pas ampoulées ou interminables comme chez un Balzac, Mirbeau va droit au but et pas besoin de fioritures. Et puis au fond même les femmes de chambres et valets ont conscience, bien qu'étant critiques à l'encontre de leurs maîtres, qu'ils ne valent guère mieux car si les rôles étaient inversés ils en viendraient à agir de même. Ce qui arrivera d'ailleurs...
Son héroïne ( si on peut dire qu'elle en est une.. ) est tour à tour tendre, malicieuse, sans scrupule, rusée, observatrice, manipulatrice... Mais on arrive à s'y attacher. Le fait que l'histoire nous soit narrer de son point de vue contribue à l'attachement du personnage.
Bref c'est un coup de coeur pour ce classique que je recommande car très accessible mais assez perturbant. Un livre à lire au moins une fois dans sa vie.
avatar
Hortensia
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1810
Age : 26
Localisation : La Lothlórien
Emploi/loisirs : Lecture, voyage et sieste.
Genre littéraire préféré : Tout ! ( sauf la poésie )
Date d'inscription : 08/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Mirbeau, Octave] Le journal d'une femme de chambre

Message par marie do le Dim 24 Sep 2017 - 23:21

Tout à fait d'accord avec toi Hortensia, c'est un roman "classique" qu'il faut lire ! un aperçu de la vie à l'aube du 20éme siècle fort passionnant !
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3838
Age : 51
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum