Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment l'avez-vous trouvé ?

13% 13% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 4 ]
25% 25% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
12% 12% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 8

[Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Invité le Lun 25 Jan 2010 - 15:59

Roman
448 pages
Editions de la Table Ronde



Résumé:

L'exil était au coeur des nouvelles remarquées de Nell Freudenberger, Lucky Girls. Dans Le Dissident chinois, son premier roman, il s'agit encore d'exil mais de l'Orient vers l'Occident. Yuan Zhao, célèbre artiste dissident, est invité à passer une année à Los Angeles. Il enseigne à l'école de filles St Anselm's et est hébergé par les Travers, une famille d'intellectuels aisés. A sa tête, Cece Travers. Enchantée de l'accueillir, elle s'efforce de donner une image positive de sa tribu où les relations sont plus complexes qu'il n y paraît. Son mariage avec Gardon, un psychiatre obsédé par la généalogie, est en déroute, son beau-frère Phil, charmant et irresponsable, est désespérément amoureux d'elle et ses enfants lui échappent. De son côté, Yuan Zhao cache bien son jeu. Le Dissident chinois met en regard avec une tendre ironie deux cultures radicalement opposées, dont la confrontation fait éclater les apparences.

Mon avis :

Dès le départ, l'auteur sait capté l'attention du lecteur en l'incluant dans le livre. Il nous interpelle à plusieurs reprises en nous prenant à témoin. J'ai eu l'impression d'être l'ami ou le confident de Yuan Zhao. Il nous parle de la Chine, de ses espoirs mais aussi du froid, de la faim. Puis tout à coup, nous sommes de retour en Amérique où tout est luxe. Cela donne une autre dimension aux personnages qui sont tous vus par le récit de Monsieur Yuan. Il y a quelques passages que j'ai trouvé un peu ennuyeux (en milieu de livre) car un peu répétitifs. Le rebondissement de la fin m'a laissé sans voix.


Je remercie Les éditions de la Table Ronde pour m'avoir offert ce livre et à Partage Lecture qui m'a sélectionnée pour le recevoir.


Dernière édition par cedrus le Lun 25 Jan 2010 - 22:36, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par poulp le Lun 25 Jan 2010 - 16:06

Je suis contente de découvrir ton avis positif sur ce livre, qui me tentait bien, et donc me donne encore plus envie de lire ce livre... J'attends avec impatience les autres avis sur ce livre!!
avatar
poulp
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 29
Localisation : France
Emploi/loisirs : Etudiante/ Lecture ;), Ski, Snow, Peinture et cinéma
Genre littéraire préféré : Romans historiques, Fantasy
Date d'inscription : 26/12/2009

http:// http://carnet-de-liaison.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Sharon le Lun 1 Fév 2010 - 19:21

Mon avis :

Le constat pour moi est simple : l'auteur sait vraiment captiver son lecteur. D'abord, elle choisit comme narrateur principal Yuan Zhao, que la majorité des personnages nomme simplement "le dissident", parce qu'ils ne parviennent pas à prononcer correctement son nom ou parce que ce n'est pas la personne qui les intéresse mais ce statut : un homme qui a défié le pouvoir chinois par ses œuvres. Ensuite, ce « dissident » se révèle un narrateur habile. Yuan ne nous raconte pas seulement sa tâche de professeur aux États-Unis (souvent délicate, car ses objectifs, ses méthodes ne sont pas ceux d'une école américaine), sa vie quotidienne dans une famille aisée mais , il nous parle de son passé en Chine, ses amours, sa jeunesse, celle de ses parents, révélant ainsi autant de l'histoire de son pays que de la sienne. Face à lui, les américains font presque pâle figure. Le décalage est grand entre leurs paroles, effectivement prononcées, et ce qui a motivé ces paroles, ces actes, d'où des erreurs d'interprétation parfois considérables, d'autres fois justes risibles (voir l'incompréhension qui s'est créée entre Cece, son mari, et son beau-frère).
Puis, au fil du récit, j'ai eu l'impression que Yuan laissait des indices au lecteur (je pense à sa facilité avec laquelle il invente des épisodes de sa vie et constate la crédulité de ses interlocuteurs), pour qu'il comprenne que la narration est en partie piégée, et s'interroge sur ce qui a pu (ou non) être inventé dans le reste du récit. Aussi le coup de théâtre final m'a certes étonnée, mais pas stupéfiée, sans doute parce qu'il fut agréable d'être dupée par un conteur aussi habile.
Le roman soulève des questions importantes, en dehors même du récit du dissident : qu'est-ce que l'art ? Qu'est-ce qui fait de vous un artiste ? Qu'est-ce qu'une œuvre d'art ? A qui appartient-elle ? Comment sa perception évolue-t-elle au fil du temps ? L'auteur n'a pas la prétention d'apporter des réponses définitives à ce questionnement, elle dresse plutôt un instantané de la création artistique. J'ai trouvé assez amusant de comparer le travail lent et patient de Yuan Zhao, les recherches presque artisanales de June, et l'écriture de Joan (sa presque homonyme, si l'on y réfléchit bien) et Phil Travers. Ces deux derniers, frère et sœur contraires, ont pourtant un point commun : ils n'hésitent pas à puiser dans leur vie quotidienne pour écrire leurs œuvres, quitte à se justifier avec véhémence après coup.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, et j'espère que d'autres lecteurs l'apprécieront également.
Merci aux éditions de la Table Ronde et à Partage Lecture de m'avoir permis de découvrir cette auteur.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7235
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par takac le Lun 1 Fév 2010 - 23:52

Merci pour vos critiques qui me donnent envie de le découvrir !
avatar
takac
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Nombre de messages : 1230
Age : 32
Emploi/loisirs : les chiens, la nature, lecture, musique
Genre littéraire préféré : romans nouveaux, historiques, autobiographies,
Date d'inscription : 21/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par audreyzaz le Ven 12 Fév 2010 - 15:31

Mon avis :

Un très bon livre, on y trouve tout. On se retrouve embarqué dès le début dans cette histoire et on veut absolument en connaitre la fin. Personnellement j'avais l'impression d'y être, je pouvais voir les personnages, ressentir les décors. La fin ne m'a pas du tout surprise, je ne sais pas pourquoi mais je le sentais venir. L'histoire est vraiment belle, je vous le conseille.

Je remercie les éditions de La Table Ronde ainsi que le forum Partage Lecture pour ce partenariat, je ne regrette vraiment pas cette lecture même si j'ai mis beaucoup de temps à lire faute de disponibilité suffisante.
avatar
audreyzaz
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3337
Age : 31
Localisation : Région parisienne (92)
Emploi/loisirs : En recherche d'emploi
Genre littéraire préféré : Un peu de tout
Date d'inscription : 04/06/2008

http://le-monde-de-la-lecture.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par poulp le Ven 12 Fév 2010 - 18:19

Tout vos avis me donnent bien envie, je crois que je vais essayer de me le procurer...
avatar
poulp
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 29
Localisation : France
Emploi/loisirs : Etudiante/ Lecture ;), Ski, Snow, Peinture et cinéma
Genre littéraire préféré : Romans historiques, Fantasy
Date d'inscription : 26/12/2009

http:// http://carnet-de-liaison.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Emma-Lise le Ven 3 Sep 2010 - 18:25

Challenge Lecture : PB

Un livre étonnant à mon avis.
Je n'ai jamais réussi à savoir si je l'aimais ou si je le trouvais décevant...
Commençons par le début...

Les autres membres du forum qui en ont parlé avant moi ont déjà dévoilé le sujet. Je ne m'arrâterai donc que très peu dessus.

Tout commence par cette phrase, de la bouche du jeune dissident : "Je n'aurais jamais dû être un dissident"
Phrase qu'il redit, d'ailleurs, au cours du livre.
Oui, d'accord, mais voilà : il est le dissident du livre, et tout (ou presque) est sensé tourner autour de lui...
C'est une "phrase-mystère", qui a pour but, je pense, de mettre l'eau à la bouche, donner envie de savoir ce qu'il y a derrière... et est, en même temps, déjà une annonce de la fin!
Mais ça, on ne le comprendra... qu'à la fin, bien sûr!

C'est, tout le monde peut s'ent rendre compte, un livre décliné en 2 parties :
- l'une racontée par Yuan Zhao lui-même (le texte est à la première personne), un peu comme un Journal à rebours...
- l'autre, très différente, est racontée à la troisième personne.

Ce qui me gêne :
Ces deux histoires sont sensées s'entremêler, s'unir, se désunir et se réunir...
Pourtant, je n'ai pas cessé de me demander : quel est l'interêt de ces "deux histoires en une"?
Effectivement, le dissident, dans le cadre d'un échange artistique entre les Etats-Unis et la Chine, va venir quelques temps habiter dans une famille américaine : les Travers.
Mais c'est le seul lien réel qui existe entre eux... si ce n'est l'art qu'il va enseigner dans l'école où la fille de famille et sa mère ont chacune leurs activités, bien sûr, mais c'est lèger.
Je veux dire par là, que si les deux histoires étaient séparées, je ne suis pas persuadée que ça ferait une grande différence.
Mon impression peut étonner, mais tout le long, je m'attendais à ce qu'il y ait un échange entre ces différents personnages; une véritable communication... Mais non : rien!
J'attendais, j'attendais... Sûre que ça allait venir, parce que sinon, pourquoi avoir choisi ce cadre?
Quoi que : s'il ne s'agissait que du "cadre", ça ne m'aurait pas gênée, parce qu'il en faut bien un.
Mais l'auteur approfondit, d'un côté le sujet de la famille américaine, et elle approfondit d'un autre côté le sujet du dissident. Hors, elle n'approfondit jamais la relation entre les deux sujets!...
Alors je ne cesse de me demander : pourquoi les avoir réunis?

- A - Il y a, d'un côté, l'histoire du dissident, qui raconte son passé en Chine; sa recherche artistique (provocatrice pour le gouvernement chinois) avec son cousin X, un des meneurs du mouvement, et leurs "performances".
Il ne s'attache pas à un ordre chronologique des faits : il va en arrière, revient à une période plus proche, retourne en arrière, mélange ce qu'il a vécu en Chine avec ce qu'il a vécu aux USA...
Tout cela n'est absolument pas gênant, car Nell Freudenberger mène très bien sa barque, et on suit tout le parcours de Yuan Zhao sans se perdre dans les détours du temps.
Très bien.
La difficulté d'être un artiste dans la fin des années 80, dans cette Chine autoritariste est très bien décrite. Et que l'on soit touché ou pas par ce genre de performances extrêmement provocatrices n'entre pas en compte : on plonge sans aucun problème dans cette part d'histoire de la Chine, qui est aussi une part de l'Histoire de la liberté de l'Homme.
Très bien.

- B - Il y a, d'un autre côté, l'histoire de la famille Travers : famille aisée et je dirais même famille américaine modèle...
Pourtant, tout n'y est pas aussi rose qu'on voudrait bien nous le faire croire, et derrière les apparences que la mère voudrait sauver, on constate que c'est le naufrage : autant en ce qui concerne les enfants que pour le couple des parents... qui n'est plus que l'apparence d'un couple.
L'époux, psychiatre féru de généalogie vit sa vie de famille par habitude... et cela lui va très bien.
Mais Cece, sa femme, s'ennuie. Elle voudrait "exister".
Elle voudrait aussi sauver son fils qui est en crise et condamné à des travaux d'intérêt public.
Sa fille? A-t-elle une vraie personnalité? En tout cas, elle n'apporte rien d'incontournable à l'histoire.
Là-dessus survient le retour du grain de sable qui va contribuer à faire exploser ce fragile équilibre : le frère du mari revient après 10 ans d'absence... Pourquoi est-il le grain de sable? Parce qu'il a eu une aventure avec sa belle-soeur, et qu'il semble qu'il suffirait de très peu pour que les choses reprennent là où ils les avaient laissées dix ans plus tôt.

Je me répète : je trouve qu'il y a ici non pas un, mais deux livres bien distincts; deux histoires qui pourraient très bien se suffire chacune à elle-même.
Bien sûr, l'auteur était libre de choisir de les réunir, mais dans ce cas, là aussi je me répète, je ne comprends pas pourquoi ce lien entre le dissident et la famille américaine n'est pas exploité.
Il me semblait pourtant que le filon était en or...
Je croyais même que c'était là le but du roman : la rencontre de ces cultures tellement différentes...
Un sujet vraiment sous-exploité.

Par contre, je ne ferai que répéter ce que les autres membres du forum ont déjà dit, à savoir que de nombreuses questions jaillissent : qu'est-ce que l'art? Peut-on seulement le définir? Et qu'est-ce qui n'est pas de l'art (en rapport avec une des performances très décrite dans le roman, et appelée : "Ce qui n'est pas de l'art"... et qui finalement en est puisqu'il est regardé comme tel...)? Qui est l'artiste? Peut-il tout se permettre? Peut-on lui imposer des limites? A qui attribut-on la paternité d'une oeuvre si celle-ci est photographiée et appréciée à travers une photographie : à l'auteur de l'oeuvre ou à l'artiste-photographe? ETC...

Voilà.
J'ai lu ce livre sans problème.
Il ne m'a pas déplu; il se lit bien et est vivant.
Mais... Je trouve qu'une partie ne tient pas ses promesses, car on s'attend à un véritable échange entre la famille américaine et le dissident...
J'attendais...
Tant pis.
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Invité le Ven 3 Sep 2010 - 18:51

il est dans mon challenge, je verrai donc cela en temps et en lieu , et reviendrai pour comparer nos impressions

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Emma-Lise le Ven 3 Sep 2010 - 19:12

On pourra comparer et... en parler avec plaisir, Mimi.
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Cassiopée le Ven 3 Sep 2010 - 19:19

Moi aussi il est dans mon challenge...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8813
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Cassiopée le Ven 24 Sep 2010 - 23:53

Challenge PB livre14.

Mon avis :


« ...…j’étais un peu déconcerté de m’entendre inventer de nouveaux mensonges. ».

Dès la page 125, le ton est donné. Parfois ce dissident ment. Pourquoi, quand, à qui, dans quel but ? Ne rien dire d’important pour ne pas se dévoiler…mais alors pourquoi accepter d’être hébergé dans une famille où les contacts, les questions seront quotidiens?

Pour moi, les chapitres écrits à la troisième personne sont sans vie, sans âme, j’avais l’impression que tout m’était raconté sur le même ton, un ton monocorde, comme un documentaire en noir et blanc tout sur le même plan.

Ce roman ne m’a pas emballée mais il a un côté intéressant.
C’est la réflexion sur l’art, la paternité des œuvres (« C’est fascinant, cette idée que la paternité d’une œuvre d’art puisse évoluer avec le temps »), les copies. C’est aussi la place de l’art, son rôle dans la société, ses limites. Les incursions, par flash back, dans l’East Village de Pékin où se réunissaient des artistes avant gardistes dans les années 90 sont bien amenées, bien vivantes. Là, il me semblait qu’il y avait une ambiance. J’allais plus vite dans ma lecture, ça m’intéressait.

« Etait-ce donc le sens des réalités, davantage que l’innocence, que les Américains avaient perdu au cours des cinquante dernières années ?"
J’attendais plus sur la vie et le ressenti des américains, ce côté-là m’a paru fade.
Et puis, j'attendais beaucoup, trop sans doute, de la confrontation entre les deux cultures, les deux modes de pensée, de vie ....

Globalement, un livre qui se lit mais je rejoindrai Emma-Lise: deux histoires qui auraient dû un jour se rencontrer ..... sinon pourquoi?...
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8813
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Invité le Sam 25 Sep 2010 - 8:49

Un livre mis dans mon challenge plus par non choix que par choix.Au vu des avis moyens que je lis, je ne prendrai pas le risque d'un énième livre de mon challenge qui me tombe des mains; je le remplacerai donc par un autre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Emma-Lise le Mer 29 Sep 2010 - 11:44

Je n'ai pas encore osé faire ça, Mimi, car j'essaie de me tenir à mon Challenge... mais j'avoue que parfois je suis bien tentée...
Jusque là, j'ai toujours choisi mes livres moi-même, et en participant à ce challenge, je me vois confrontée à toutes sortes de surprises (heureusement, il y en a de très bonnes, mais...il m'est parfois difficiles d'aller au bout).
avatar
Emma-Lise
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 260
Age : 45
Localisation : PARIS
Emploi/loisirs : Comédienne/Metteur en scène
Genre littéraire préféré : Policier, thriller psychologique, romans divers, vécu, psychologie, théâtre... et tout ce qui peut me toucher et m'émouvoir...
Date d'inscription : 09/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Invité le Mer 29 Sep 2010 - 15:02

Emma-Lise a écrit:Je n'ai pas encore osé faire ça, Mimi, car j'essaie de me tenir à mon Challenge... mais j'avoue que parfois je suis bien tentée...
Jusque là, j'ai toujours choisi mes livres moi-même, et en participant à ce challenge, je me vois confrontée à toutes sortes de surprises (heureusement, il y en a de très bonnes, mais...il m'est parfois difficiles d'aller au bout).

le but est de lire 10 livres déjà critiqués sur le forum, et d'y prendre plaisir.
alors si un ne me plait pas, je ,e vais pas me forcer.
Je reste réglo, j'en garde 10

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Saphyr le Sam 23 Oct 2010 - 21:14

Challenge Partage Lecture (PB)

Mon avis :

J’ai mis longtemps à entrer dans cette lecture, malgré un style agréable et riche, une structure nette et facile et à suivre. En fait, j’étais déçue par l’incohérence entre le titre et le récit. En effet, si le personnage principal est bien chinois, il pose dès les premières lignes qu’il n’a rien d’un dissident. Quant aux autres personnages, Cece, Phil, Joan, June... ils sont américains, aisés et cultivés.

Puis, environ au tiers de l’histoire, j’ai commencé à apprécier ma lecture, plus riche que je ne l’avais d’abord soupçonné. Au travers des petites et des grandes souffrances des protagonistes, de leurs hésitations et de leurs choix, on se prend à réfléchir sur le poids du passé, et à l’importance qu’il peut prendre dans une vie.

Phil s’accroche à une jeunesse sans contrainte ni responsabilité, prêt à tous les compromis pour que les «jeunes» le considèrent comme l’un des leurs, mais également désireux de trouver grâce aux yeux de sa belle-sœur, avec qui il a eu une aventure dix ans plus tôt. Cela sans réaliser que son irresponsabilité d'adolescent attardé ne fait que les rebuter, eux qui attendent de lui de la maturité, une capacité à les aider, les conseiller et les guider.
Cece voudrait remplacer un mari qu’elle n’aime plus et ses incompréhensibles adolescents par la charmante famille dont elle a gardé le souvenir. Sans réaliser que sa nostalgie, son désir de revenir en arrière, l’empêchent seulement de prendre les décisions qui infléchiraient son destin.
A des niveaux divers, les autres personnages ont également des choix à faire, et des rapports plus ou moins complexes avec leur propre passé. Gordon Travers se noie dans sa généalogie, June soupire après son passé familial...

Et notre dissident, dans tout ça ? Tout en chérissant ses souvenirs et les peintres classiques, il préfère utiliser le passé - le sien et celui de son cousin - à son avantage plutôt que vivre dans son ombre. D’ailleurs, l’œuvre qu’il se décide finalement à produire, l’allégorie ancienne d’un impossible retour en arrière, n’est autre que l’illustration de cette philosophie.
Une dissidence inconsciente et secrète, une dissidence insuffisante pour satisfaire ses hôtes car elle ne cadre pas avec l’image qu’ils se font de «leur» dissident, image tellement nette et fermement ancrée que la réalité aura le plus grand mal à s’imposer.

En résumé, un récit riche et servi par une écriture irréprochable. Un agréable moment de lecture.
Ma note : 7/10
avatar
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 37
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Véronique M. le Dim 23 Jan 2011 - 11:44

Je suis venue lire vos avis pour me donner le courage de continuer. Ce livre est dans mon challenge et parvenue à la page 280, il me tombe des mains. J'ai l'impression que la narration n'avance pas. On pressent des choses mais rien n'est avéré.
En outre, les passages sur l'East Village tournent un peu en rond. Le réflexion sur l'Art est intéressante mais elle n'avance guère au fil des pages.
Les relations entre la famille Travers et le dissident restent superficielles.

J'ai vraiment l'impression d'histoires placées en parallèle et qui restent inachevées. Je ne suis pas sûre de parvenir à la fin... Dommage.
avatar
Véronique M.
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1657
Age : 48
Localisation : 04
Emploi/loisirs : prof d'écoles/ lecture randonnée jeux de société, puzzles
Genre littéraire préféré : un peu de tout, romans en tous genres,biographies, essais mais pas trop la science fiction.
Date d'inscription : 12/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Saphyr le Dim 23 Jan 2011 - 13:02

Malheureusement mon avis ne va pas vraiment t'aider car si tu n'as pas accroché jusqu'ici, ça risque de ne pas s'arranger.
Ta réflexion sur le fait qu'il n'y presque pas de relation entre la famille Travers et le dissident est très juste. Il n'y a pas de rencontre entre ces deux mondes, ces deux cultures, seulement une cohabitation polie, et les deux histoires trouveront leur aboutissement de façon totalement indépendante, même si les cheminements pour y aboutir sont comparables.
avatar
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 37
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Freudenberger, Nell] Le dissident chinois

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum