Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ham, Rosalie] Plates coutures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur Plates coutures de Rosalie Ham

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Ham, Rosalie] Plates coutures

Message par Sharon le Jeu 12 Aoû 2010 - 23:50



Titre : Plates coutures.
Auteur : Rosalie Ham.
Editeur : Le fil invisible.
Nombre de pages : 317.

Quatrième de couverture :

Après vingt ans d’absence, la ravissante Tilly rentre dans sa bourgade natale de Dungatar pour s’occuper de sa vieille mère malade. Mais dès l’instant où elle descend du bis, un malaise palpable s’empare de tous les habitants de cette petite communauté.
Doucement excentriques, à la manière de gens trop isolés du monde, ceux-ci feront preuve à son égard de sentiments allant de la suspicion à la franche cruauté tant qu’ils n’auront pas découvert ses fabuleux talents de couturière.
Ensuite, d’ourlets en boutons, de tailleurs en robes du soir, elle conquerra, petit point à petit point, les plus récalcitrants de la ville et comptera bientôt parmi les plus enthousiastes admirateurs de ses créations, le sergent Farrat Lui-même, un fervent « petite main ».
C’est à ce moment-là que Tilly a le courage d’ouvrir à nouveau son cœur et que, de fil en aiguille, tout Dungatar bascule dans le chaos.

Mon avis :

J’ai adoré ce roman et je n’aimerai surtout pas trop en dévoiler, pour ne pas vous gâcher le plaisir que vous aurez si vous le découvrez à votre tour. L’histoire racontée est atroce, abominable, cruelle, pourtant, l’écriture est jubilatoire.
La petite communauté de Dungatar concentre tous les défauts et les mesquineries humaines. Refermée sur elle-même, elle a ses rites et ses aspirations - dérisoires et bassement matérielles. Il ne fait pas bon ne pas respecter les normes sociales et religieuses, il ne fait surtout pas bon être faible et victime : Tilly et sa mère furent les boucs émissaires de cette communauté. Les seuls personnages sympathiques sont elles aussi des laissées-pour-compte. Elles seules ont des qualités : courage, franchise, générosité. Leur isolement les met, comme Tilly et sa mère, à la merci des plus forts.
Tilly force mon admiration par le courage dont elle fait preuve. Aucune épreuve ne lui a été épargnée, pourtant elle puise toujours la force de se relever et de poursuivre son chemin, notamment grâce à ses dons de stylistes. Les descriptions des vêtements qu’elle crée montrent la richesse et le foisonnement de son inspiration. Elle embellit ses clientes (qui oublient de la payer !) parce qu’elle sait observer et donner sans mesure. Derrière ses créations se trouvent le corps de ces femmes et de ces hommes. Le corps, ses désirs, ses besoins, ses imperfections, ses douleurs, est au centre du roman. Le corps trahit, le corps est trahi, mais c'est la seule chose que chacun possède et se doit de préserver.
Une oeuvre âpre, forte et inoubliable.





avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7357
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Ham, Rosalie] Plates coutures

Message par Christiane 38 le Lun 20 Sep 2010 - 18:23

Sharon a écrit:

Titre : Plates coutures.
Auteur : Rosalie Ham.
Editeur : Le fil invisible.
Nombre de pages : 317.

Quatrième de couverture :

Après vingt ans d’absence, la ravissante Tilly rentre dans sa bourgade natale de Dungatar pour s’occuper de sa vieille mère malade. Mais dès l’instant où elle descend du bis, un malaise palpable s’empare de tous les habitants de cette petite communauté.
Doucement excentriques, à la manière de gens trop isolés du monde, ceux-ci feront preuve à son égard de sentiments allant de la suspicion à la franche cruauté tant qu’ils n’auront pas découvert ses fabuleux talents de couturière.
Ensuite, d’ourlets en boutons, de tailleurs en robes du soir, elle conquerra, petit point à petit point, les plus récalcitrants de la ville et comptera bientôt parmi les plus enthousiastes admirateurs de ses créations, le sergent Farrat Lui-même, un fervent « petite main ».
C’est à ce moment-là que Tilly a le courage d’ouvrir à nouveau son cœur et que, de fil en aiguille, tout Dungatar bascule dans le chaos.

Mon avis :

J’ai adoré ce roman et je n’aimerai surtout pas trop en dévoiler, pour ne pas vous gâcher le plaisir que vous aurez si vous le découvrez à votre tour. L’histoire racontée est atroce, abominable, cruelle, pourtant, l’écriture est jubilatoire.
La petite communauté de Dungatar concentre tous les défauts et les mesquineries humaines. Refermée sur elle-même, elle a ses rites et ses aspirations - dérisoires et bassement matérielles. Il ne fait pas bon ne pas respecter les normes sociales et religieuses, il ne fait surtout pas bon être faible et victime : Tilly et sa mère furent les boucs émissaires de cette communauté. Les seuls personnages sympathiques sont elles aussi des laissées-pour-compte. Elles seules ont des qualités : courage, franchise, générosité. Leur isolement les met, comme Tilly et sa mère, à la merci des plus forts.
Tilly force mon admiration par le courage dont elle fait preuve. Aucune épreuve ne lui a été épargnée, pourtant elle puise toujours la force de se relever et de poursuivre son chemin, notamment grâce à ses dons de stylistes. Les descriptions des vêtements qu’elle crée montrent la richesse et le foisonnement de son inspiration. Elle embellit ses clientes (qui oublient de la payer !) parce qu’elle sait observer et donner sans mesure. Derrière ses créations se trouvent le corps de ces femmes et de ces hommes. Le corps, ses désirs, ses besoins, ses imperfections, ses douleurs, est au centre du roman. Le corps trahit, le corps est trahi, mais c'est la seule chose que chacun possède et se doit de préserver.
Une oeuvre âpre, forte et inoubliable.


Je l'ajoute à la liste de Michel.




party party
avatar
Christiane 38
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2476
Age : 79
Localisation : Woluwé Saint Pierre. Bruxelles.
Emploi/loisirs : Retraitée,couture, jardinage,dessin.
Genre littéraire préféré : Histoire.Romans.
Date d'inscription : 06/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum