Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Dolto, Françoise] Correspondance (tome 1: 1913-1938)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis après lecture ...

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Dolto, Françoise] Correspondance (tome 1: 1913-1938)

Message par Cassiopée le Jeu 3 Mar 2011 - 17:13



Titre: Correspondance de Françoise Dolto
Tome 1(1913-1938)
Broché: 574 pages
Editeur : Hatier (16 décembre 1997)


Quelques mots sur Françoise Dolto:

Françoise Dolto, née Marette, est issue d'une famille bourgeoise de conviction catholique et monarchiste du 16e arrondissement de Paris. Elle est élevée de manière très traditionnelle.

Bébé, elle est confiée à une nourrice irlandaise qui s'occupe beaucoup d'elle, au point que ses parents doivent lui parler anglais pour obtenir un sourire. Les parents renvoient brutalement la nourrice et le bébé, alors âgé de huit mois, attrape une bronchopneumonie, dont elle guérit après que sa mère l'eut tenue contre elle vingt-quatre heures durant au plus fort de la maladie.

Très jeune, elle parle de devenir « médecin d'éducation » selon ses propres termes : « Un médecin qui sait que quand il y a des histoires dans l'éducation ça fait des maladies aux enfants, qui ne sont pas des vraies maladies, mais qui font vraiment de l'embêtement dans les familles et compliquent la vie des enfants qui pourrait être si tranquille»

À l'âge de huit ans, elle perd son oncle et parrain (Pierre Demmler), qui meurt à la guerre. Lui ayant assigné une place d'époux symbolique, comme peuvent le faire les enfants de cet âge, elle l'appelle « son fiancé » et en porte le deuil comme une veuve de guerre.

À douze ans, elle est profondément marquée par la mort de sa sœur Jacqueline, âgée de dix-huit ans, préférée de sa mère. Celle-ci tombe dans une grave dépression et en tient rigueur à Françoise, en l'accusant de ne pas avoir su prier assez fort pour sauver sa grande sœur. Elle lui avait dit, la veille de sa première communion, que les prières d'un enfant très pur pourraient la sauver.

Françoise Dolto est la mère de Catherine Dolto, pédiatre, Grégoire, ingénieur et de Carlos, chanteur et comédien.

Quatrième de couverture :

C’est une lettre au Père Noël, de décembre 1913, qui ouvre le premier tome de la correspondance de Françoise Marette. Le volume s’achève en 1938, sur une longue lettre de Françoise à son père où, après des études de médecine et trois ans d’analyse avec René Laforgue, elle fait le bilan d’une jeunesse et des rapports passionnés avec sa mère.
Cette correspondance est un document exceptionnel, chronique familiale qui met en scène l’époque, véritable roman d’apprentissage, où, enfant impétueuse puis jeune fille accomplie, Françoise se cherche, s’oppose, se construit, avec la force, la lucidité, l’intuition, qui feront d’elle une grande psychanalyste et une des figures les plus attachantes de son siècle.

Mon avis :

Madame Dolto m’a toujours fascinée, intéressée.
Avec ses livres, elle avait l’art de mettre des mots simples sur des situations complexes, que je pouvais ainsi comprendre, et puis par-dessus tout, elle donnait une explication.
Je fais partie de ces personnes, que l’on trouve parfois pénibles, parce qu’elles veulent tout comprendre. Madame Dolto a su me parler des sentiments humains, des relations familiales comme jamais personne d’autres n’a su le faire.
Je n’écris pas que j’ai tout accepté, tout cru, je dis simplement que, le plus souvent, je pouvais trouver une réponse si je la cherchais.

Au-delà de la psychanalyste, j’ai voulu découvrir la femme qu’elle a été. Je suis donc l’heureuse propriétaire de deux gros tomes de sa correspondance.
L’écrit, l’échange de lettres me plaît, c’est donc avec délectation que je me suis plongée dans ce premier tome.

Une préface écrite par ses trois enfants, un arbre généalogique et nous voilà plongé dans sa correspondance.

La première lettre a été écrite lorsqu’elle avait cinq ans, seulement quelques lignes.
S’ensuivront de nombreux courriers, à sa mère, son père, ses proches, ses amis.
Elle s’y adonne comme « un art de vivre », comme un complément à la discussion, comme une partie de sa vie.

De pages en pages, les lettres vont s’étoffer au fur et à mesure que Françoise grandit. On la voit écrire à son oncle pour qui est la petite fiancée de guerre. Oncle qui va mourir … et dont elle va porter le deuil …
On lit les réponses qu’elle reçoit et qui font écho à ce qu’elle a envoyé.
On avance dans l’intimité de ses pensées, dans ses questionnements sur son avenir, la place de l’analyse écrite, orale, les débats que cela suscite … On découvre combien sa vie et les événements qui la jalonnent l’aide à la compréhension de soi, des autres.

Elle ne néglige personne, répond de longues lettres, comme on aime en recevoir, des lettres personnelles qui vous donnent l’impression d’exister réellement pour l’expéditeur.

"Je sais bien que je dois faire quelque chose pour avoir la dignité de vivre, et que je suis faite pour répandre une certaine paix, pour laisser dans mon sillage calme les êtres blessés se reposer de leurs tempêtes en se laissant flotter."
écrit-elle à son ami le comédien Alain Cuny,

La dernière longue lettre écrite à son père est un vrai retour sur soi, l’explication de ses choix, de sa liberté de penser et d’être, de vivre en femme libre n’ayant pas toujours fait ce que ses parents jugeaient bon pour elle …

Son écriture est belle, profonde, réfléchie, pleine d'humanité et d'empathie pour le destinataire ...

Le tome 2 m’attend (plus de 1000 pages de correspondance entre 1938 et 1988), je le lirai sans doute avec le même bonheur dans quelque temps …
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 8818
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Dolto, Françoise] Correspondance (tome 1: 1913-1938)

Message par Invité le Jeu 3 Mar 2011 - 20:51

très tentant.......mais, je n'aurai pas assez d'une vie pour lire tout ce qui me fait envie....c'est vraiment trop injuste.Que ceux qui ne lisent pas me laissent de leur temps, moi qui n'ai pas le temps de tout lire.....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum