Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie

Aller en bas

Votre avis ?

[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_lcap0%[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_lcap100%[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_lcap0%[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_lcap0%[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_lcap0%[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_lcap0%[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Empty [Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie

Message par Cassiopée le Dim 10 Nov 2019 - 0:31

[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Chien10


L’art de courir sous la pluie (The Art of Racing in the Rain)
Auteur : Garth Stein
Traduit de l’américain par Anath Riveline
Éditions : L’Archipel (6 Novembre 2019)
ISBN : 9782809827262
306 pages

Quatrième de couverture

Enzo est tout sauf un chien ordinaire. Il est persuadé qu’il sera un jour réincarné en homme. Cette certitude, il l’a acquise en regardant un documentaire sur la Mongolie. Ce qu’il a vu de mieux ala télé – sa passion – après un grand prix de Formule 1. Enzo, qui porte sur son maître Denny un regard attendri, en a tiré une philosophie : vivre n’est pas qu’une question de vitesse. Il faut aussi savoir passer entre les gouttes.

Mon avis

Agis avant de réagir….

Enzo est un chien. Il est persuadé qu’un jour il deviendra un humain et lorsqu’on fait sa connaissance, on se dit qu’effectivement, il ne lui manque que la parole !
Il a tout pour lui : la douceur, l’empathie, l’intelligence du cœur…
L’histoire est racontée par Enzo, c’est lui qui explique, qui présente les événements de ce roman. Il les analyse avec finesse, avec délicatesse et il serait de bon conseil pour son maître, si seulement il pouvait lui parler…

Denny est un homme, marié et père de famille, propriétaire d’Enzo. On le découvre à travers les yeux de son chien, qui est bien plus, pour lui, qu’un animal de compagnie, un soutien, un pilier de sa vie. Ces deux-là étaient vraiment faits pour s’entendre. Enzo comprend tout, sent les choses, porte un regard attendri sur toute la famille, même si au début l’épouse a été considérée comme une intruse. Il est dévoué, aimant, capable de s’oublier pour aider ceux qu’il aime. Assez fort pour essayer de les défendre face à la fourberie, aux mensonges.

L’écriture est fluide, belle, profonde car Enzo parle avec sérieux de ce qui se déroule. Il lui arrive de glisser une pointe d’humour, de concevoir une vengeance et c’est vraiment délicieux de constater comme il s’y prend, le plus souvent très bien avec les uns et les autres, arrivant à ses fins, l’air de rien. Denny a transmis à Enzo sa passion pour les courses automobiles (le passage sur la mort d’Ayrton Senna est bien « vu ») ainsi que « l’art de courir sous la pluie » qui est vraiment quelque chose d’important dans leur vie. C’est un peu comme l’art de rester droit dans ses bottes, de ne pas céder face aux éléments extérieurs. Je trouve cette métaphore bien pensée car il y a également l’idée de vitesse, de ce quotidien qui va vite, nous emporte et nous échappe. En outre, une allégorie est présentée avec le zèbre, personnage récurrent de ce récit, il« dérange » Enzo jusqu’à ce qu’il comprenne qui il est vraiment. Tout cela enrichit la narration et fait de ce texte un bel ensemble, équilibré, intéressant, captivant. Différents thèmes sont abordés, la maladie, la mort, les choix de vie, l’amitié, l’équilibre entre vie professionnelle et familiale, la place des grands-parents etc…  Tous ces sujets sont traités avec doigté, par petites touches. Jamais l’auteur n’en fait trop. Il reste respectueux de tout ce qu’il évoque et j’ai trouvé le « dosage » parfait.

J’ai adoré l’intervention d’Enzo (page 247), j’avais envie de lui caresser la tête en lui disant « bon chien, c’est bien, tu es super… » c’est vous dire que sa personnification est complète, on le « voit »….

C’est doux, c’est magique, c’est un pur moment de bonheur, une lecture hors du temps, pas mièvre, qui met le sourire aux lèvres, un peu les larmes aux yeux et qui rend heureux !

NB: Je ne sais pas encore si j'irai voir le film....

_________________
[Stein, Garth] L'art de courir sous la pluie Cassio11
Cassiopée
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 12213
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum