Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort

Aller en bas

Votre avis

[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_lcap0%[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_lcap100%[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_lcap0%[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_lcap0%[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_lcap0%[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_lcap0%[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Empty [Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort

Message par Sharon le Mar 18 Fév 2020 - 10:42

[Dugoni, Robert] Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort Cover191

Titre :Tracy Crosswhite - Tome 6 : Au prix fort
Auteur : Robert Dugoni
Edition : Thomas & Mercer
Nombre de pages :468 pages

Présentation de l’éditeur :

Dans l’enquête sur la disparition d’une étudiante, Tracy Crosswhite comprend vite qu’il ne s’agit pas d’une affaire ordinaire. Ses soupçons sont confirmés quand le corps de la jeune femme est retrouvé au fond d’un puits abandonné. Qui avait intérêt à briser les rêves de cette fille ? La détective découvrira bientôt qu’elle a été promise à un inconnu. Serait-elle alors face à une affaire de famille qui a mal tourné ? Résoudre ce mystère n’est pas le seul défi auquel Tracy est confrontée. La détective a son propre secret : elle attend un enfant et voit sa plus grande crainte se réaliser quand une nouvelle détective arrive pour la remplacer. Au même moment, son collègue Vic Fazzio, qui enquête sur le meurtre d’une activiste locale, se retrouve mis à pied suite au trouble assassinat d’un témoin capital. Deux carrières sont désormais en jeu, mais les détectives vont découvrir que leur travail n’est pas ce qui est le plus en danger.

Mon avis :

Une sixième enquête pour Tracy Crosswhite et une évolution dans la vie des personnages. Tracy poursuit sa grossesse, sans incidents particuliers, sans ostentation non plus : enceinte de seize semaines, elle porte des vêtements amples, elle ne veut surtout pas se retrouver cantonnée à des emplois de bureau. Cependant, elle veut cet enfant, elle sait qu’elle n’en aura sans doute pas d’autres, et s’interroge avec les rares personnes qui sont dans la confidence sur la maternité et sur la place d’une mère dans la police, interrogations qui rejoignent celles de ses collègues qui traversent ou ont traversé des moments difficiles. L’épouse d’un policier va lui demander si sa journée s’est bien passée, le policier s’enquerra-t-il de ce qu’a fait sa femme ? Pas forcément.

Tracy est pourtant très rapidement sur une enquête – ou presque : une jeune femme Kavita Mukherjee a disparu. Certains estiment pourtant qu’il est trop tôt pour s’inquiéter – légalement. Il n’en est pas de même pour Aditi, sa meilleure amie, à qui elle n’a pas donné signe de vie depuis leur dispute. En effet, s’est mariée en Inde, mariage arrangé par ses parents, elle s’apprête à partir à Londres, où son mari est ingénieur, renonçant ainsi à leur rêve commun de devenir pédiatre.

Nous sommes en Amérique, cette Amérique de toutes les diversités, cette Amérique qui veut encore croire que l’on peut y accomplir ses rêves, alors que cela fait bien longtemps que ce n’est plus le cas – si tant est que cela le fut véritablement un jour, et non un rêve en lui-même. La mère de Kavita, son frère, son père dans une moindre mesure ne voient pas la chance qu’ils ont d’avoir une fille qui veut devenir médecin, et qui est bien forcée de se débrouiller par elle-même quand ses parents lui coupent les vivres « pour son bien ». Quel mal y a-t-il à devenir médecin ? s’interroge Tracy. Le mal quand pour ses parents, la seule réussite possible pour une fille est de se marier, d’avoir des enfants, de prendre soin d’eux, de son mari, et de sa belle-famille. Ses aspirations ? Lesquelles pourrait-elle bien avoir ?

Le roman nous plonge au coeur de la communauté indienne, mais aussi dans celle des jeunes étudiantes désargentées, qui ont besoin d’argent et sont presque prêtes non pas à tout, mais à quelques arrangements avec la morale pour en avoir. Tracy est quant à elle beaucoup trop lucide pour colorer de rose des histoires qui sont avant tout un commerce, une domination.

J’en oublierai presque la seconde enquête – la première en fait, dans l’ordre chronologique : une mère de famille, militante anti-drogue, est assassinée devant chez elle. il n’est pas besoin d’être très fin pour y voir un message des dealers qui n’ont pas l’intention de quitter le quartier conquis. Les policiers ne négligent rien pour trouver le coupable. Certes, ils n’ont guère de doute sur l’auteur ou plutôt le commanditaire du meurtre. Reste à trouver les preuves suffisantes pour le faire arrêter, inculper, et là, c’est bien plus difficile. On peut compter sur la technologie, les analyses scientifiques. On peut aussi compter sur la loi du silence, et sur certaines entraves aussi. Lutter contre le trafic de drogue est tout sauf simple, les « bonnes intentions » ne suffisent pas, même si certains croient encore que légaliser les drogues dites « douces » empêcherait totalement le trafic de drogues : on passerait tout simplement à d’autres drogues.

Autant je n’avais pas vraiment aimé le premier tome, autant je reconnais que les enquêtes de Tracy Crosswhite gagne en puissance au fur et à mesure de leur parution.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 10487
Age : 42
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum