Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Falk, Rita] Pression fatale

Aller en bas

Votre avis

[Falk, Rita] Pression fatale Vote_lcap0%[Falk, Rita] Pression fatale Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Falk, Rita] Pression fatale Vote_lcap100%[Falk, Rita] Pression fatale Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Falk, Rita] Pression fatale Vote_lcap0%[Falk, Rita] Pression fatale Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Falk, Rita] Pression fatale Vote_lcap0%[Falk, Rita] Pression fatale Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Falk, Rita] Pression fatale Vote_lcap0%[Falk, Rita] Pression fatale Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Falk, Rita] Pression fatale Vote_lcap0%[Falk, Rita] Pression fatale Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Falk, Rita] Pression fatale Empty [Falk, Rita] Pression fatale

Message par Sharon le Mar 4 Aoû 2020 - 12:29

[Falk, Rita] Pression fatale Couv7511

Titre : Pression fatale
Auteur : Rita Falk
Edition :Mirobole
Nombre de pages : 250 pages

Présentation de l’éditeur :

Dans le paisible village de Niederkaltenkirchen, le dîner est servi. Là, dans le lit du juge Moratschek, en plein sur ses draps tout blanc, une tête de cochon sanglante, façon Parrain bavarois. Sinistre. Juste après qu’on a signalé l’évasion d’un dangereux prisonnier, à côté de qui les exploits d’Hannibal Lecter ne sont rien. Pour ce psychopathe en cavale, l’heure de la vengeance contre le magistrat qui l’a mis à l’ombre a sonné.
De quoi plonger le commissaire Franz Eberhofer dans une véritable détresse existentielle. Déjà que la belle Susie s’est enfuie en Italie, que le Papa casse les oreilles de tout le monde avec ses chers Beattles, et qu’en cuisine la Mémé leur inflige un Carême plus catholique que le pape… Maintenant, il a un tueur fou à attraper, et un juge fan des Stones à protéger.

Mon avis :

Je serai brève : rien ne va pas dans la vie du commissaire Franz Eberhofer, rien. Enfin, presque rien parce qu’il a tout de même une satisfaction personnelle intense : sa nièce Ushi, dite « Sushi » ou « Pif-de-nain » en référence au nom d’une célèbre poupée allemande, l’adore. Il a aussi les promenades avec son chien, mais sinon, j’insiste, rien ne va. Dans le tome précédent, la belle Susie (à qui, avec un manque de tact absolu, Franz avait parlé de la cellulite qu’il voyait sur ses cuisses) était partie en vacances en Italie. Vous savez quoi ? Eh bien, elle y est restée, pour travailler (hum, hum), en compagnie d’un bel italien (re hum hum) et l’ambiance au commissariat s’en ressent énormément. Ce n’est rien de le dire, il faut le subir. Comme si cela ne suffisait pas – travailler dans une ambiance morose, avec un café dégueulasse, est hautement pénible – voilà qu’un psychopathe s’évade et menace le juge qui l’a fait mettre en prison. Les menaces ne sont pas prises au sérieux par la police – sauf par Franz Eberhofer, nanmého, il connaît son métier ! Le tout est de réussir à mettre la main sur ce tueur qui prend un malin plaisir à les narguer. D’ailleurs, au vue du nombre de fois où il leur a filé entre les doigts, on peut se demander s’il avait vraiment l’intention de dégommer le juge, ou simplement de jouer avec leurs nerfs.
Le clou de l’intrigue ? Le voyage en Italie ! Rien à voir avec une quelconque volonté de déécouvrir ce beau pays. Non, un seul mot d’ordre : il faut ramener Susie à la maison, au commissariat, sinon… Sinon le commissaire Eberhofer est privé de rester dehors, parce que son bureau est en rénovation/en train d’être désinfecté/rénové et désinfecté. La durée des travaux à caractère désinfectant ? Jusqu’au retour de Susie ! Jamais une date n’a été donnée de manière aussi précise ! Le lecteur découvrira ainsi à quel point Susie manie le fer à repasser avec précision. Non, Eberhofer n’est pas parti tout seul en Italie, ils sont presque tous partis avec lui. La mission « il faut ramener Susie » est tout de même une mission très importante, non ? Le psychopathe ? A ce moment du récit, il a peu attendre un peu. Puis, il faut vraiment hiérarchiser ses priorités, et même si la vie du juge et celle de sa femme est en jeu, le prisonnier semble, pour une fois, être loin. Puis (bis), franchement, quand un prisonnier s’évade, il devrait logiquement penser à partir le plus loin possible. Certains psychopathes manquent franchement de logique !
Il en est d’autres qui manquent de logique, mais ceci est une autre histoire, que j’espère bientôt traduite en français : une demi-douzaine d’autres volumes des enquêtes du commissaire Eberhofer sis à Niederkaltenkircher nous attend !
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 10486
Age : 42
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum