Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur ce livre :

17% 17% 
[ 1 ]
17% 17% 
[ 1 ]
17% 17% 
[ 1 ]
49% 49% 
[ 3 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 6

[Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par alexielle63 le Ven 21 Oct 2011 - 12:43



Editeur : Folio
Nombre de pages : 384

Présentation de l'éditeur :
La Lettre écarlate, c'est la marque au fer rouge qui désigne la femme adultère dans l'Amérique au puritanisme obsessionnel de l'époque coloniale. Trois personnages : Hester qui vit avec une dignité admirable sa faute et sa solitude. Arthur Dimmesdale, le jeune passeur dont les élans mystiques soulèvent à Boston l'enthousiasme des fidèles mais qui, ensorcelé par Hester, ne parvient ni à dominer ni à vivre sa sensualité. Chillingworth, le mari, qui pendant des années tourmentera en silence le pasteur jusqu'à la folie et à la mort.
Le premier des grands romans américains, la clef d'une sensibilité nationale toujours partagée entre la tentation du scandale et le démon de la culpabilité.

Vous pouvez désormais laisser votre avis à la suite de ce post...
avatar
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6761
Age : 35
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par lalyre le Ven 21 Oct 2011 - 14:52


Mon avis
C’est le titre du livre qui nous fait découvrir un magnifique portrait de femme courageuse, en effet Hester Prynne est obligée de porter la lettre écarlate sur la poitrine comme punition pour cause d’adultère, une petite Pearl est née de ce que l’on considérait comme un grand péché à cette époque. J’ai adoré cette petite fille intelligente, sautillante qui m’a parue telle une nymphette dans ce monde de méchanceté. J'ai eu un peu de pitié pour le pasteur pour lequel Haster s’est sacrifiée et cela m’a un peu énervée de la voir souffrir par sa soumission. Par contre j’ai détesté le vieux mari d’Hester, un homme hypocrite qui ne pense qu’à faire du mal. Bref ce livre ne contient qu’une courte histoire d’amour impossible, le reste n’étant que de longues descriptions qui m’ont ennuyée. Ce roman sera comme bien d’autres oublié car je n’y ai rien trouvé de vraiment intéressant, Je l’ai lu jusqu’au bout mais je fus contente de l’avoir terminé. 3,5/5
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5936
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par Ahotep le Ven 21 Oct 2011 - 15:20

Mon avis :
Un livre un peu long, mais intéressant. Un livre bien découpé en chapitres, une bonne narration et des personnages intéressants. L'histoire n'est pas forcément exceptionnel.
Mais, j'ai bien aimé Hester et sa fille, leur façon qu'elles ont de surmonter les moqueries et les rejets des autres habitants.
Le pasteur a une vie intéressante.
Donc, j'ai bien aimé les personnages, mais l'histoire et les descriptions étaient un peu longues. C'est un livre pas trop mal pour un livre un peu ancien.
avatar
Ahotep
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1323
Age : 30
Localisation : Aurillac
Emploi/loisirs : Libraire
Genre littéraire préféré : Romans historiques, policiers, terroirs, fantastiques...
Date d'inscription : 13/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par Sara2a le Sam 22 Oct 2011 - 16:01

J’avais très envie de me plonger dans cette lecture pour diverses raisons.

Tout d’abord lire un vieux classique est toujours une source de plaisir pour moi , j’ y retrouve bien souvent une belle écriture dont je me délecte. L’action se situant à l’époque coloniale je pensais également y trouver une page de l’histoire avec un grand H . Ensuite la quatrième de couverture me laissait entrevoir la promesse d’une belle histoire d’amour contrariée, née de la passion entre une femme mariée et un pasteur , et une belle histoire d‘amour c‘est également toujours très agréable à lire.

Malheureusement, au fil de la lecture, j’ai eu beau chercher je n’y ai pas trouvé tout ce à quoi je m’attendais.

Au point de vue de l’écriture, je ne peux ôter à l’auteur l’art et la manière de porter son histoire, c’est bien écrit, ses descriptions s’étalent, se répètent et installent un décor gris et pesant , une ambiance assez angoissante parfaitement rendue .

Pour le côté historique , le résultat est là, au-delà de l’intrigue qui devient un prétexte au roman , la lettre écarlate nous livre une critique acide contre le puritanisme portée à l’extrême par Nathaniel Hawthorne. L’hypocrisie des chefs de files est soulignée jusqu’à en devenir lourde et vide de sens.

Les personnages masculins sont rebutants y compris le pasteur que j’ai trouvé mièvre et pour lequel je n’ai ressenti aucun intérêt.

Hester porte avec courage et dignité cette lettre écarlate qui partout où elle passe provoque la peur et l’indignation , Hester est sublimée par l’écrivain qui en exagère la force et lui prête presque des actes et des paroles plutôt masculins.

J’ai aimé les scènes où apparaissait Pearl, l’enfant du péché, présentée comme un être malicieux et qui rayonne de vie au milieu de cette histoire aux couleurs sombres et aux décors statiques.

J’aurai aimé en savoir plus sur l’histoire d’amour, comment est-elle née ? Quelle en était sa nature exacte ?

Une lecture que j’ai plutôt trouvée très frustrante visiblement Nathaniel Hawthorne s’est attaché à dépeindre le puritanisme et à défendre la cause des femmes et leur dignité au détriment de l’histoire d’amour qui méritait peut-être plus de place pour rendre cette lecture moins monotone.

avatar
Sara2a
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3057
Age : 47
Localisation : Porto-Vecchio
Genre littéraire préféré : Thrillers, fantastiques et un peu de tout ce qui peut me tomber sous les yeux .
Date d'inscription : 24/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par BESMAR le Sam 22 Oct 2011 - 16:53

merci pour vos belles critiques ! je vais m'abstenir pour celui ci, le thème du récit ne m'attire pas ...
avatar
BESMAR
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1211
Age : 53
Localisation : Au Quebec
Emploi/loisirs : agente de gestion du personnel en invalidité- loisirs : lecture, rénovations-bricolage-décoration.
Genre littéraire préféré : Policiers (PD James, Connelly,Reich), romans historiques, aventure, tres peu de fiction sinon toute lecture m'interesse !!mon coup de coeur actuel est "L'Élégance du Hérisson" de Mureil Barberry
Date d'inscription : 18/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par Saphyr le Sam 22 Oct 2011 - 18:38

Mon avis :

Dans l’ensemble, ce qui m’a le plus gênée dans ce livre, c’est l’écriture. Austère, froide, peu imagée, le découragement m’a saisie plus d’une fois au cours de ma lecture, qui s’est régulièrement interrompue sur un intempestif piquage de nez.

Pour ce qui est du fond, en revanche, je dois avouer que je ne suis pas loin d’être séduite.

Nathaniel Hawthorne développe dans cette oeuvre une parabole subtile, bâtie sur une étrange trinité : la mère, reconnue coupable et ayant accepté son châtiment, le pasteur, à l’abri de l’opprobre public mais à la merci de sa propre culpabilité, l’époux, diabolique dans son secret désir de revanche. Et dans cette parabole, ce qui éloigne les personnages de Dieu et de la lumière n’est pas le péché, en l’occurrence l’adultère, mais le déni, la dissimulation, l’orgueil, le désir de vengeance.

Hester, en arborant fièrement sa lettre écarlate brodée d’or, en élevant sa fille, le fruit de sa déchéance, avec un amour absolu, va au-delà de son péché. Elle fait plus que subir sa pénitence : elle la transcende, la sanctifie. Sans renier ce qu’elle a fait, sans rendre son amant responsable de sa déchéance, sans toutefois s’en enorgueillir, elle subit le châtiment qu’on lui impose avec la dignité d’une sainte.
Le révérend Dimmersdale, à l’inverse, vit dans un déni qui le mènera à sa perte. En refusant d’assumer la conséquence de ses actes, il refuse du même coup l’existence même de son péché, et se coupe ainsi de tout espoir de rédemption.
Quant à l’époux, vieillard effrayant et néanmoins pathétique dès l’abord, plutôt que rechercher l’apaisement dans le pardon, y transcender son âme (sa conscience pour ceux que ce terme religieux interpelle), il préfère se noyer dans la bassesse et l’inutilité de la vengeance.

Autour d’eux, la communauté puritaine est présentée comme une sorte de monstre aveugle et sourd, aussi imperméable à la pitié envers une femme reconnue coupable qu’aux doutes à l’endroit d’un pasteur ou d’un médecin aux statuts sociaux plus élevés. C’est le règne de l’image, de la popularité futile, dans une société qui se targue de rejeter le faste au profit de la valeur morale. D’une certaine façon, c’est cette société monolithique, fermée à tout dialogue, à toute idée nouvelle, à toute capacité de compassion sincère, qui va contraindre chacun des protagonistes à jouer et à tenir son rôle.
Hester se doit d’être une repentie, la Sainte Marie-Madeleine de Salem. Le révérend Dimmersdale ne peut se défaire de sa défroque de messie. Quant à Chillingworth, confiné dans son rôle de Judas, il n’est même pas autorisé par les convenances à avouer sa véritable identité.

La profondeur de cette réflexion, ses multiples facettes et interprétations, valent donc largement la peine de dépasser la fadeur initiale du style.
Pas vraiment une lecture «loisir», certes, mais tout à fait enrichissante.
Ma note : 8/10
avatar
Saphyr
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3910
Age : 38
Localisation : Amiens
Emploi/loisirs : Ingénieur
Genre littéraire préféré : Beaucoup de SF, pas mal de Fantastique et de Policiers... et un peu de tout le reste !
Date d'inscription : 06/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par Natiora le Sam 22 Oct 2011 - 19:31

Il faudrait que je le relise, je sais que je l'avais adoré mais je ne saurais dire pourquoi, je ne me souviens pas. Je l'avais lu en anglais, et parfois la traduction joue dans le ressenti.
Je sais que j'avais été très touchée par le destin d'Hester.
avatar
Natiora
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 175
Age : 34
Localisation : Lille
Emploi/loisirs : Responsable de boutique // lire, lire, lire, et la rando, me balader au vert, un peu de scrapbooking quand j'ai le temps
Genre littéraire préféré : Tant que ça me surprend je prends
Date d'inscription : 18/08/2011

http://climaginaire.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par lou40 le Lun 24 Oct 2011 - 12:06

Ce livre me tentait beaucoup, mais à lire vos avis, je suis mitigée, à présent...
Je le garde en mémoire... pour le jour où je n'aurais plus de livres dans ma PAL !
avatar
lou40
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1859
Age : 44
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 03/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par Sara2a le Lun 24 Oct 2011 - 14:17

Il faut que tu te fasses ta propre idée Lou cet ouvrage reste un titre phare de la littérature Américaine et mérite sans doute qu'on s'y attarde . Comme l'a si bien dit Saphyr il faut certainement dépasser un premier niveau de lecture pour y découvrir un véritable intérêt .
avatar
Sara2a
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3057
Age : 47
Localisation : Porto-Vecchio
Genre littéraire préféré : Thrillers, fantastiques et un peu de tout ce qui peut me tomber sous les yeux .
Date d'inscription : 24/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par lou40 le Lun 24 Oct 2011 - 14:20

OK, j'en prends note, Sara. Smile
avatar
lou40
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1859
Age : 44
Localisation : Mont de Marsan
Date d'inscription : 03/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par ingrid59 le Lun 24 Oct 2011 - 14:31

Moi aussi, je suis dans le même état d'esprit que Lou en ce qui concerne cet ouvrage que j'ai très envie de lire. Je vais faire fi de toutes les critiques (ou du moins faire comme si je ne les avais pas lues...) et je vais me mettre prochainement la lettre écarlate à ma liste pour me faire ma propre idée ! Smile
avatar
ingrid59
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1615
Age : 42
Localisation : Dunkerque (59)
Emploi/loisirs : Maman à temps plus que plein et scrap addict !
Genre littéraire préféré : Un peu tout ce qui me tombe sous la main avec toutefois une préférence pour le roman !
Date d'inscription : 05/08/2011

http://histoiredusoir.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par Cassiopée le Lun 31 Oct 2011 - 13:22

Mon avis :

Ce livre gagne à être connu lorsqu’on prend la peine de le replacer dans son contexte.
Il est en effet, un cri de révolte contre la société puritaine américaine vers 1642, qui dénonce, juge, ne respecte pas les libertés individuelles, fait preuve de violence etc…

Il peut-être intéressant de savoir que l’auteur, Nathaniel Hathorne a changé son nom de famille en Hawthorne, car ses ancêtres faisaient partie de cette population et qu’il en avait honte. Lorsqu’on sait cela, on peut comprendre qu’il ait écrit ce livre, et que celui-ci insiste plus sur les relations entre les personnes, les communautés que sur la relation amoureuse elle-même.

L’écriture, « à l’ancienne », très classique, utilisant entre autres, le subjonctif imparfait, m’a déroutée au prime abord, je la trouvais « lourde », pénible à la lecture, pas du tout « accrocheuse ». J’ai donc laissé le livre, lisant deux ou trois pages par jour jusqu’au moment où, je ne saurai pas dire pourquoi, à peu près à la moitié du livre, je me suis réellement intéressée au contenu et l’écriture ne m’a plus pesé, me plaisant même. J’étais « dedans », dans le contexte … Je me dis que le fait d’avoir, entre les deux, réalisé quelques recherches sur l’auteur, m’a aidée à cerner le pourquoi ce roman et ainsi à mieux l’apprécier.

J’ai aimé la fraîcheur apportée par Pearl lorsqu’elle apparaît, espiègle, langue bien pendue, sautillante, touche de brillance et de couleur au milieu de tout ce sombre, assumant la lettre portée par sa mère (elle essaie même d’en faire une pour elle, pour être pareille…)

Hesther, porte sa lettre comme un étendard, couleur, là aussi au milieu de toute la noirceur. Elle ne se cache pas, bien au contraire Elle irait presque jusqu’à provoquer, dire « Et alors ? Je vous dérange ? »
Car c’est bien de ça qu’il s’agit « elle dérange », elle tait le nom du père, elle assume (elle a cousu une lettre superbe, comme un objet d’art) et les puritains s’en étoufferaient presque.
J’aurais aimé que soit creusé le pourquoi d’une telle bravoure, d’une telle volonté chez elle.

« Ce signe m’a enseigné, m’enseigne tous les jours, m’enseigne en cet instant même une leçon qui pourra rendre mon enfant plus sage bien que ne pouvant être d’aucun profit pour moi. »


Les hommes de ce roman ? Pas un pour racheter l’autre …. Hypocrites, mièvres, fuyants ….
Eux n’assument rien …

Globalement, une lecture surprenante, insolite car pas du tout dans mes habitudes (mais un bon vieux classique ne fait jamais de mal au contraire …) mais à laquelle il manquera, pour moi, un petit quelque chose, pour être captivante …

PS: Le prologue a bien failli me faire fuir....
avatar
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 9134
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Hawthorne, Nathaniel] La Lettre écarlate

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum