Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Grimbert, Sibylle] Le fils de Sam Green

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Grimbert, Sibylle] Le fils de Sam Green

Message par Sharon le Ven 13 Sep 2013 - 23:28


Titre : Le fils de Sam Green.
Auteur : Sibylle Grimbert.
Editeur : Anne Carrière.
Nombre de pages : 184.

Présentation de l’éditeur :

Un puissant financier prévaricateur entraîne les membres de sa famille dans les vastes escroqueries qu’il organise. Alors qu’il prend conscience des méfaits perpétrés par son père, le fils de Sam Green se demande s’il a été victime ou complice du fraudeur.

Mon avis :

Le fils de Sam Green est un livre que j’aurai aimé apprécier, et ce ne fut pas le cas. Ce ne fut pas non plus une grosse déception, un rejet complet, plutôt un certain ennui, distillé page après page.

Je ne me refais pas : le titre ne m’a pas fait penser du tout à l’affaire Madoff, mais au film Summer of Sam, sorti en 1999 (ancienne blogueuse cinéma, je ne me refais pas). Ce "fils de" nous raconte sa vie, avant et après la catastrophe, l’existence extrêmement aisée, et la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité d’exister par soi-même. Le narrateur, dont le "je" envahit le texte, n’a pu être qu’un "fils de" – et à peine un père pour son propre fils.

Alors, il ressasse, revient sur les indices, les faits qui auraient dû l’alerter, et qui ne l’ont pas fait. Se soucie-t-il des autres ? A peine. J’ai eu trop souvent l’impression que tout tournait autour de sa petite personne, de ses regrets pour lui-même, pour son fils qui n’aura pas la même vie que lui.Le style m’a semblé très réaliste, quasiment sans figure de style, sans fioriture. Si au début, il me plaisait, au bout de quarante pages, la monotonie s’est installée.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7372
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum