Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Wiltse, David] La marque du pendu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE AVIS

100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Wiltse, David] La marque du pendu

Message par Lariflette le Sam 14 Jan 2017 - 13:36




Presses de la Cité - 2002 - 400 pages


Résumé :

Billy Tree, adjoint du shérif de Falls City, Nebraska, une bourgade de 4000 âmes, découvre, en rentrant à son domicile, un noeud coulant miniature, accroché à la poignée de la porte. Le juge Sunder, quelques jours plus tard, est victime de la même plaisanterie.
Tree trouve, alors, un pli, dans sa véranda, contenant une vieille photo du lynchage d'un jeune noir. Devant le corps, encore suspendu, des blancs, jeunes et vieux, posent pour le photographe.

Mon avis :

Eté dans le Nebraska. La chaleur cuisante comme la porte des enfers. L'humidité dans laquelle baignent les grandes plaines. Tout est lourd, difficile, sortir, quitter la climatisation pour aller retrouver une autre climatisation, celle de sa voiture et encore, le trajet de l'une à l'autre vous transforme en gouttière à transpiration. Rien de bouge, hommes et bétail sont assommés.

La désolation des plaines à perte de vue et les champs de maïs grillé sur pied. L'attente de la pluie, qui viendra, trop peu et pas assez longtemps, la plaine fumante et à nouveau craquelée.

L'ennui qui saoule les hommes, la bière salutaire comme une libération, une délivrance.

Falls city, une bourgade dont toute distance peut être effectuée à pieds, quelques maisons, d'anciennes fermes, la rivière Missouri, pas loin, qui permet, heureusement, de cultiver un peu, grâce à l'irrigation, les champs des bienheureux qui en profitent.

Le shérif et ses adjoints habitués aux chiens écrasés, aux bagarres d'ivrognes, aux plaintes de voisinage, entraînés dans l'ambiance délétère et l'ennui stagnant, mieux à l'intérieur sous la clim, que dehors sous le soleil.

Billy Tree une gloire locale, ancien des services secrets auprès du vice-président, démissionnaire après avoir frôlé la mort pendant que son partenaire la perdait. Peur des armes à feu. Retour au pays où il accepte ce poste, non par nécessité, mais pour rendre service et s'occuper.

Et puis l'affaire. Un grand noir claudiquant, qui défie Billy et d'autres, les noeuds, la photo. Il y a-t-il d'autres noeuds reçus ? D'autres photos ? Loi du silence ? Qui sont ces hommes et enfants devant ce lynchage, cette abomination ?

Pour trouver le fin mot de cette histoire, Billy devra remonter dans le passé, chercher, fouiller et remuer l'oubli, secouer les uns et les autres, surmonter les mensonges et surtout, surtout, savoir qui est avec lui et qui est contre lui.

Dans un style qui colle à la chemise, aussi lent que le pas des personnages, une ambiance électrique comme un orage attendu qui ne vient pas, Wiltse réussit un roman de qualité, prenant et passionnant de la première à la dernière ligne. Le présent et la passé, écrit en italique, se croisent avec justesse et se suivent pour que le dénouement de l'un rejoigne celui de l'autre, en même temps.
La qualité de l'histoire et de l'intrigue assure une assise solide au roman, confortée par la rudesse de la vie de cette région.
Roman d'hommes dominés par les femmes qui tiennent la baraque et qui ont, depuis longtemps, compris que la vie est une comédie mal orchestrée, dans ce trou où tout se sait, où tout le mondé s'épie et où chacun joue un rôle.
Tree se laissera prendre et en subira les conséquences, professionnellement et affectueusement parlant, compagne et famille confondues, jusqu'à ce que sa réflexion lui ouvre la porte de la vérité qu'il avait prise à rebrousse poil au départ.

5/5
avatar
Lariflette
Membre assidu
Membre assidu

Masculin
Nombre de messages : 196
Age : 72
Localisation : Ile de France
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Polar
Date d'inscription : 30/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum