Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Querré, Christian] La falaise de Paimpol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Querré, Christian] La falaise de Paimpol

Message par Sharon le Sam 12 Aoû 2017 - 18:57


Titre : La falaise de Paimpol
Auteur : Christian Querré
Editeur : Edition du 28 août
Nombre de pages : 190 pages.

Mon résumé :

Franck Malbert est journaliste à L’écho du Goëlo. Marié à Arlette, atteinte de sclérose en plaques et surnommée « la dame aux mouettes », il arrondit ses fins de mois en traficotant avec son copain Martial Pinard dit Latreille et un certain Fouchardon. Or, celui-ci vient à manquer à l’appel. Que s’est-il passé ?

Mon avis :

« J’aime Paimpol et sa falaise […] j’aime surtout ma paimpolaise qui m’attend au pays Breton. »

Oui, je n’ai pas résisté à l’envie de commencer mon billet ainsi. Il faut dire qu’il en sera question, dans ce livre, de cette « falaise » de Paimpol qui n’existe que dans la chanson de Théodore Botrel – et sur un tableau qui passera son temps à apparaître et à disparaître.
Franck Malbert est le narrateur de ce récit, et c’est lui, sa faconde, son style qui font vraiment toute la valeur, tout le plaisir de lecture de ce roman. Journaliste, il n’est ni honnête ni malhonnête, non. Disons qu’il a une combine avec son ami Latreille et qu’il achète des objets de valeur bien en dessous de leur valeur chez des personnes âgées. Abus de faiblesse ? Abus de confiance plutôt, puisqu’il a sous-estimé leur valeur, mais n’a pas usé de violence et n’a rien volé – il est toujours plus facile d’écouler la marchandise ainsi.
Rien volé ? Si ce n’est ce tableau qui se trouvait dans le grenier de la mairie, cette « falaise de Paimpol » – mais ce n’est pas lui, c’est Latreille. Quant à Fouchardon, il était assez long à s’acquitter de la partie du travail, au point que Latreille est allé… récupérer leur bien. C’est presque Noël avant l’heure. Si ce n’est que Malbert, par souci d’honnêteté, ira tout remettre en place (la porte était presque ouverte) et se trouvera nez à nez avec les décorations de Noël et avec le cadavre de Fouchardon.
Ce qui précédait cette découverte contenait déjà des scènes fort drôles – voir l’exposition de cet artiste qui a « découvert » la Bretagne. La suite en contiendra tout autant même si l’une d’entre elles est bien sanglante. Ne comptez pas trop sur la police ou sur les gendarmes pour démêler l’affaire – le narrateur ne les tient pas en haute estime, et l’on ne peut pas dire qu’on les voit beaucoup à l’ouvrage dans ce roman. L’affaire, comme dans tout roman policier qui se respecte, aura pourtant un dénouement, avec un zeste de folie. La peinture n’adoucit pas toujours les moeurs.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 7357
Age : 39
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum