Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Staalesen, Gunnar] Varg Veum - Tome 16 : Le vent l'emportera

Aller en bas

Votre avis

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Staalesen, Gunnar] Varg Veum - Tome 16 : Le vent l'emportera

Message par Sharon le Sam 8 Déc 2018 - 19:22


Titre : Le vent l'emportera
Auteur : Gunnar Staalesen
Edition : Folio
Nombre de pages : 416 pages

Présentation de l’éditeur :

Le privé le plus populaire de Norvège prêt à renoncer au célibat ? Pas si le destin s’en mêle.
Au large de Bergen, à quelques encâblures des fjords, une ou deux îles sont battues par les vents. Un pont les relie au continent, le tourisme pourrait s’y développer, si le site n’était pas promis à être défiguré par de hautes silhouettes bruyantes et menaçantes : peut-on rêver endroit plus idéal que ces îles sous le vent du Nord pour un parc d’éoliennes ? Une famille déchirée par des intérêts divergents, un mari qui disparaît la veille d’une consultation décisive, des écologistes soft et d’autres prêts à des actions d’éclat beaucoup plus violentes.

Mon avis :

Il est plus facile de chroniquer un livre dont l’auteur, sauf accident, ne viendra jamais vous lire. Parce que, même si le sujet est sensible, même si le dénouement est tout sauf réjouissant, j’ai envie, tout de même, de rédiger cet avis sous un mode un peu comique – un peu seulement.
C’est quoi tout ce raffut, me direz-vous ? Et bien figurez-vous que l’on veut faire construire des éoliennes, ces nouveaux trucs écolos à la mode à peine moche, et que cela ne plaît pas à tout le monde, pour ne pas dire que cela ne plaît à personne ou presque. Même les familles se déchirent à ce sujet – parce qu’elles étaient déjà déchirées avant, il ne faut pas se leurrer. Un père, une belle-mère, un fils, une fille très investie avec son petit ami contre le projet. La mère ? Elle a disparu après une journée à la plage, quinze ans plus tôt, un accident a-t-on dit, un suicide murmure-t-on, surtout que le père, Mons a refait très rapidement sa vie, pour ne pas dire qu’il a régularisé une liaison qui existait déjà. Quand le père disparaît à son tour , Varg Veum est engagé pour le retrouver, parce qu’on lui a assuré que ce n’est pas une affaire « de divorce », mais une véritable disparition. La suite donnera malheureusement raison à cette personne. Veum retrouve le disparu – mais dans quel état !!!!
Personne ne sort indemne de cette enquête : les dommages collatéraux sont importants, très importants. Les causes ? Ce n’est même pas l’écologie, plutôt la capacité qu’ont les parents à décider ce qui est bon ou non pour leurs enfants. Faut-il toujours leur dire la vérité ? C’est un sujet de réflexion intéressant, mais pour Veum, pour Karin sa fiancée, la réponse aurait dû être « oui ». La faute en est aussi à une société qui n’est pas prête à accepter certains faits, une société rigoriste, où le souffle de liberté des années 70 semble très vite s’être éteint pour eux – ou quitter un carcan pour en trouver un autre. La société n’est pas prête, non plus, à aider les femmes qui ne veulent pas être mère. Alors de là à aider, comprendre, celles qui sont mères et ne se sentent pas faites pour cela. Oui, c’est dérangeant, parce que cela va à l’encontre des idées reçues, parce qu’il faut aussi écouter cette parole, même si elle est dérangeante. Mais il faut penser aussi aux enfants, qui doivent grandir avec ce non-amour. J’ai pensé aussi à ce cliché « les enfants seront mieux sans moi, je ne veux pas être un fardeau pour eux » – ce n’est jamais qu’une solution de facilité, et il est souvent trop tard (pour les enfants) quand on le comprend.
Le vent l’emportera avait commencé sur un sujet de société banal mais capable de déchaîner les passions. Il se poursuit de manière sanglante et se termine en tragédie. La suite, Où les roses ne meurent jamais, nous montre ce qu’il en aura coûté au héros pour remonter la pente.
avatar
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 8540
Age : 40
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum