Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor

Aller en bas

Qu'avez-vous pensé de ce livre

[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_lcap0%[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_lcap100%[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_lcap0%[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_lcap0%[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_lcap0%[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_lcap0%[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Empty [Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor

Message par Bernard le Mar 11 Déc 2018 - 18:09

[Ludlum, Robert] Le manuscrit Chancellor Ludlum10


Le manuscrit Chancellor (The Chancellor Manuscript)


Pocket - 1977 - 348 pages


Résumé :

La thèse de doctorat d'histoire, présentée par Peter Chancellor est refusée, il lui est reproché de trop remettre en cause une période noire de l'histoire, la période allemande de l'après République de Weimar et la montée au pouvoir du parti nazi, qui aurait profité d'aides industrielles des Etats-Unis.
Il demande appui au tout puissant Munro St Claire, ancien sous-secrétaire d'état, professeur épisodique à l'université de Park Forest. St Claire atteste ne pouvoir infléchir une décision du conseil de l'université, conteste le bien fondé de la thèse de Chancellor et lui conseille de publier un roman.
Le roman a un vif succès, en amène un autre, tout autant controversé sur l'ingérence de la CIA sur le territoire américain, puis un troisième qui fait de Chancellor un auteur reconnu et riche.
Chancellor est victime d'un accident de voiture qui coûte la vie à sa future femme et lui vaut de passer une longue période à l'hôpital. Il préparait un livre sur le procès de Nuremberg.
Abattu, il se donne à la boisson et déprimé passe ses journées à ne rien faire. Son agent littéraire et son éditeur n'arrivent pas à lui insuffler du courage, à leur grand dam. Chancellor est, alors, contacté par un ancien agent du FBI, juste après la mort de Edgard Hoover, directeur perpétuel du bureau, qui propose des renseignements devant permettre la rédaction d'un livre sur les manigances et les exactions du FBI.
Remis en selle par ce projet, Chancellor fera l'objet d'une traque sans merci, au péril de sa vie, d'ennemis dont il ignore le visage et les motivations.

Mon avis :

Ludlum n'est jamais aussi bon que lorsque ses livres se passent sur le territoire des Etats-Unis, car il se livre à la délivrance d'un message, tendant à dénoncer soit un service, soit un ministère, soit le système ou des injustices.
Il le prouve avec ce roman, qui est un remarquable document sur le FBI et notamment sur Hoover, autant que Ellroy dans sa trilogie Underworld USA.
La controverse sur la mort du Directeur du FBI, ennemi juré de trois présidents, Kennedy, Johnson et Nixon, est laissée à l'appréciation du lecteur, cependant pour avoir lu et relu à ce sujet, je dois dire que Ludlum ne doit pas être loin de la vérité. L'intrigue, à laquelle l'auteur ajoute un mystérieux organisme redresseur de torts, sans vocation officielle, brouillant les pistes, est, indéniablement, diaboliquement montée et tellement vraisemblable que le lecteur, déboussolé, se laisse guider par Ludlum comme un petit chien par son maître.
Le pauvre Chancellor risque, à tout moment, d'y laisser sa raison et son enquête, motivée par son statut de romancier en pleine écriture, déraille complétement, tant il y a de fils à suivre et que le mélange des bons-mauvais, des mauvais-bons, des bons-bons et des mauvais-mauvais, à tel point réussi que le pauvre écrivain ne sait plus à quel saint se vouer ni vers qui se tourner, les plus proches étant, aussi, sujets à caution.
Comme chacun le sait, Hoover possédait entre cinq et six mille dossiers sur toute personnalité américaine influente où ayant joué un rôle à un moment donné. Il avait installé des micros partout y compris dans le bureau de son ministre de tutelle, Robert F. Kennedy, ainsi que dans les chambres d'hôtel, de chaque état, où descendait J.F.K.
Il a refusé plusieurs fois le poste de ministre de la justice (Attorney General), car disait-il, là où un ministre se jette comme un Kleenex, un directeur reste. L'histoire lui donna raison.
Cette plongée dans le monde du FBI, des magouilles politico-policières est parfaitement servie et rendue par un Ludlum au sommet de sa forme. Comme c'est un monde qu'il connait bien ou qu'il décrit bien, il nous livre un roman impeccable et absolument fascinant, agrémenté par des dialogues tranchants comme une lame de rasoir, dans un style enthousiaste.
Une lecture de bon aloi, vivante et passionnante.

4,75/5
B

Bernard
Bernard
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 693
Age : 74
Localisation : Val de Marne
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Polars
Date d'inscription : 22/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum