Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Decoin, Didier] Les trois vies de Babe Ozouf

Aller en bas

Votre avis sur ce livre ?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Decoin, Didier] Les trois vies de Babe Ozouf

Message par Cannetille le Ven 14 Déc 2018 - 15:47



Titre : Les trois vies de Babe Ozouf
Auteur : Didier Decoin
Année de parution : 1983
Editeur : Seuil
Pages : 384

Présentation de l'éditeur :
Là-haut, tout au bout de la France, c'est la Hague, terre de granits et de landes fauves, qui poignarde l'une des mers les plus dangereuses du monde. Babe Ozouf, Catherine et Carole sont filles de la Hague. Leur saga - qui s'étend sur trois générations - est scandée par un même geste, un acte que l'amour inspire : faire naître la lumière et le feu dans la nuit. Par trois fois, ce geste simple et fatal provoquera un naufrage : naufrage de navires et naufrage de trois destins.   Emmenée par deux gendarmes, Babe Ozouf va vivre une mise à l'épreuve qui sera aussi une délivrance. Sa fille Catherine, mariée à quinze ans, connaîtra l'exil, de l'autre côté de l'océan. Et Carole, la fille de Catherine, sera irrésistiblement rappelée vers cette falaise, lieu de rencontre avec la nuit et le brouillard. Trois hommes traverseront la vie de ces jeunes femmes : Michael Bernstein, le pianiste ; le peintre Louis Asfrid et le mystérieux Recruteur qui hante les quais de Liverpool. Ils apprendront que l'amour est aussi ce calme effrayant qui précède et annonce les tempêtes.  "La Hague, dit l'auteur, ne m'a pas inspiré ce roman : elle me l'a imposé. Je l'ai écrit dans la solitude, le tumulte et la passion, à l'image du pays étrange qui l'a fait surgir."

Avis :
Si vous avez lu ma précédente critique d’Avec vue sur la mer, vous avez compris que Didier Decoin est viscéralement attaché à la Hague. S’inspirant de multiples détails vécus, il a magnifié cette passion en une étrange et obsédante histoire, qu’il relate à sa façon remarquablement sensorielle : éclats de lumière des phares de Goury et d’Aurigny, mugissement du vent et fracas des vagues sur les rochers, nuées sombres ou brumes ouatées, eau qui gifle ou qui imprègne, puissante odeur de la mer et goût du sel sur les lèvres, érotisme prégnant… L’atmosphère du livre embarque le lecteur pour un voyage dans un bout du monde propice aux mythes, comme celui des naufrageuses. De 1800 à 1944, de mère en fille, trois femmes vont se voir irrémédiablement et dramatiquement liées, par une troublante répétition du destin, à cette pointe rocheuse dans la mer, où les hommes s’accrochent comme des berniques à une existence âpre et isolée. Une sorte d’acharnement du sort les transformera à leur corps défendant en vecteur du mal, mi-anges, mi-sorcières, objets de fantasme et de vénération, que l’amour brûlera au propre comme au figuré. Une certaine magie imprègne ce récit envoûtant et subtil, qui classe encore une fois Didier Decoin parmi les grands romanciers.

Cannetille
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 307
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum