Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
Le Deal du moment :
Jusqu’à 50% de remise sur la boutique en ...
Voir le deal

[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages

Aller en bas

[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages

[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_lcap50%[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_lcap50%[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_lcap0%[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_lcap0%[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_lcap0%[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_lcap0%[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2
 

[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Empty [Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages

Message par lalyre le Dim 1 Sep 2019 - 18:59

[Gaudy, Hélène]
        Un monde sans rivages      
Actes Sud 21 août 2019    
ISBN 978 2 330 12494 6            
305 pages

Quatrième de couverture
À l’été 1930, sur l’île Blanche, la plus reculée de l’archipel du Svalbard, une exceptionnelle fonte des glaces dévoile des corps et les restes d’un campement de fortune. Ainsi se résout un mystère en suspens depuis trente-trois ans : en 1897, Salomon August Andrée, Knut Frænkel et Nils Strindberg s’élevaient dans les airs, déterminés à atteindre le pôle Nord en ballon – et disparaissaient. Parmi les vestiges, on exhume des rouleaux de pellicule abîmés qui vont miraculeusement devenir des images.
À partir de ces photographies au noir et blanc lunaire et du journal de bord de l’expédition, Hélène Gaudy imagine la grande aventure d’un envol et d’une errance. Ces trois hommes seuls sur la banquise, très moyennement préparés, ballottés par un paysage mobile, tenaillés jusqu’à l’absurde par la joie de la découverte et l’ambition de la postérité, incarnent l’insatiable curiosité humaine qui pousse à parcourir, décrire, circonscrire et finalement rétrécir le monde. Livre d’une richesse inépuisable, aussi poétique que passionnant, Un monde sans rivage propose un voyage opiniâtre dans les étendues blanches du Grand Nord, un périple à travers le temps en compagnie de ces trois explorateurs et de bien d’autres intrépides, une méditation sur l’effacement et une déclaration d’amour à la photographie dans ses deux mouvements d’aval et d’amont : fixer les souvenirs et réactiver perpétuellement la machine à rêves.

[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  41iuj011

Mon avis
Ce livre comporte une remarquable  narration qui nous donne à découvrir trois suédois qui rêvent d’aventures et qui vont tenter de franchir le pôle Nord en ballon, hélas le ballon s’écrase sur la banquise trois jours après leur départ. Du soleil de minuit à la complète nuit polaire ces hommes vont vivre une tragique et saisissante aventure, Hélène Gaudy  nous livre une aventure passionnante et saisissante de la survie de ces hommes et à travers l’écriture, elle dévoile peu à peu leurs visages mais aussi leurs espoirs, leurs curiosités insatiables et leurs sensations communes. Une narration remarquable pour circuler dans l’épaisseur du temps nous donnant à découvrir l’histoire de ces hommes dérivant pendant trois mois, tentant d’aborder un rivage impossible. L’auteure grâce à des photographies et des récits retrouvés trente ans plus tard, nous donne à découvrir une vue magnifique et passionnante de la terrible expédition de ces hommes. Un roman vibrant et tragique porté par une écriture impressionnante qui ne saurait être qu’un gros coup de coeur.5/5
lalyre
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 7580
Age : 88
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages  Empty Re: [Gaudy, Hélène] Un monde sans rivages

Message par Cannetille le Sam 1 Fév 2020 - 14:33

En 1897, une expédition suédoise, composée de l’aéronaute Andrée, de l’ingénieur Fraenkel et du photographe Strindberg, se lance en ballon à hydrogène à la conquête du pôle Nord, à partir de l’archipel de Svalbard. On n’aura plus de nouvelles d’eux, jusqu’à ce que, trente-trois ans plus tard, l’on découvre leurs dépouilles et les restes de leur campement sur une autre île de l’archipel, Kvitøya, « l’Ile Blanche ».

A partir de la trame en pointillés suggérée par les photographies retrouvées de Strindberg et par le journal d’Andrée, Hélène Gaudy retrace le parcours des trois hommes, complétant les creux par diverses hypothèses, s’aidant des récits d’autres explorateurs en contrées polaires. Et l’on s’étonne avec elle de ce qui peut paraître d’impréparation, d’inconscience ou de désinvolture, dans cette équipée portée par une obsession : être le premier, découvrir, répertorier, posséder ce qui reste alors d’inexploré sur la planète. Echoué sur la banquise après seulement trois jours de vol, au lieu de penser à rentrer pour rester en vie, le trio va, pendant trois mois, s’obstiner contre tout espoir à tenter de réaliser son objectif, à pied, perdu dans une immensité blanche où la terre a disparu, et où glace et ciel se fondent en un vaste espace sans délimitation. Croient-ils vraiment pouvoir réussir, ou ont-ils fait le choix de tout sacrifier pour la postérité, accumulant le plus possible d’échantillons et de photographies dont ils soignent la mise en scène, rédigeant quasiment jusqu’au bout un journal extraordinairement optimiste et tranquille, comme s’ils maîtrisaient la situation et continuaient simplement leur mission scientifique ?

Au-delà de la reconstitution de cette dramatique aventure, l’auteur nous fait réfléchir au fascinant pouvoir de la photographie, à l’imaginaire qu’elle a le pouvoir de nous faire développer pour transformer quelques pixels en êtres de chair et de sang, par-delà la mort et les années écoulées. Sans elles, que serait-il resté de cette expédition ratée, si déterminée à entrer malgré tout dans l’histoire ?

Ces images soignées que le livre ne nous donne malheureusement pas à voir, semblent en tout cas explicites sur un point : par le décalage si intentionnel qu’elles montrent avec la réalité sordide et désespérée de trois hommes en perdition, elles nous font comprendre l’émouvante et folle intention de leur exploit, leur course à la postérité d’une part, mais aussi leur détermination à faire progresser la science, à réduire la part inconnue du monde.

Bien sûr, aujourd’hui, la Terre a livré beaucoup de ses mystères, mais grande ironie, elle se met à nous échapper d’une autre manière, par le réchauffement climatique et la disparition de ces mêmes contrées polaires, que nous nous hâtons d’observer, d’analyser et de photographier pour en préserver ne serait-ce qu’une trace. Cette inquiétude ne peut que donner un côté nostalgique et poignant à l’évocation de la conquête des pôles par cette expédition si maladroite dans son avidité de connaissances : l’humanité n’avait alors pas encore idée de tout ce dont elle disposait, maintenant, elle ne sait que trop ce qu’elle est en train de perdre.

En tous les cas, si l’aventure est de plus en plus difficile à trouver sur cette planète où chaque bout de terre est désormais baptisé et étiqueté, l’appétit pour la connaissance et la maîtrise de notre sort à travers celui de notre environnement est toujours aussi fort : « Rien n’a changé depuis leur disparition : il faut percer les mystères, inventer des vies, chercher au fond des mers les boîtes noires englouties, et il faut être nombreux pour le faire, une autre chaîne, qui ne s’élève pas vers le ciel mais creuse dans les profondeurs, une chaîne souterraine faite de scientifiques, d’internautes, d’écrivains, de curieux qui trouvent dans l’enquête un moyen détourné de fouiller en eux-mêmes, de gratter là où ils ne savaient pas qu’il y avait eu une plaie. »

Si cette lecture n’est pas toujours facile, elle mérite largement les efforts qui vous feront découvrir une plume de très grande qualité au service de profondes réflexions, notamment sur notre insatiable besoin de nous rassurer en élucidant à tout prix les mystères, et, pour certains d’entre nous, de dominer la mort à travers la recherche de la postérité. (4/5)
Cannetille
Cannetille
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1338
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum