Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé

Aller en bas

Votre avis

[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_lcap50%[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_lcap0%[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_lcap50%[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_lcap0%[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_lcap0%[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Empty [Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé

Message par Invité le Dim 11 Avr 2010 - 12:48

Editions : Gallimard
212 pages

[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé LIV528+

Quatrième de couverture :

"Attention à tous ! Petites frappes, violeurs en série, pyromanes psychotiques, Roberts et Brant sont de retour sur le pavé londonien. Et ça va saigner ! Flics furieux et bruyants, R&B sont en effet bien plus proches des brutes qu'ils poursuivent que du citoyen lambda. La moralité, le respect des libertés individuelles, les droits de l'homme, ce sont bien les cadets de leurs soucis. Ne croisez surtout pas leur chemin si vous avez quelque chose à vous reprocher...
Avec la suite du Gros Coup, Ken Bruen s'affirme une fois de plus comme le maître du roman noir anglo-saxon. Prenez un mixer, mettez le meilleur de McBain et de Jim Thompson, un fond de bière éventée et quelques gouttes de Worcestershire Sauce, vous avez Le Mutant apprivoisé !"

Mon avis :

Où on retrouve pour la deuxième fois les inspecteurs Roberts et Brant, toujours aussi ripoux.
Au début, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire, ceci étant du au fait que Le mutant apprivoisé arrive très peu de temps après la fin de Le gros coup et que l'on retrouve des personnages secondaires rencontrés dans le premier tome. Bref, il faut le temps de se remettre dans le bain de whiskey.



Nous avions laissé les inspecteurs sauvés de justesse après l'attaque du duo Sparadrap que l'on retrouve aussi dans ce tome. Cette fois-ci, le couple est à New York occupé à détrousser et tabasser la population new-yorkaise, mais il ne faut pas oublier qu'aux USA, détenir une arme à feu est bien plus facile qu'en Grande Bretagne ...

De l'autre côté de l'Atlantique, il y a Roberts qui apprend qu'il a un cancer de la peau et Brant qui se fait avoir comme un bleu sur un truc de torture psychologique. Seulement, on NE menace PAS Brant à moins de le laisser pour mort.Celui-ci part alors à la poursuite du Mutant apprivoisé : Fenton. Une espèce de doux dingue tueur à gage sur les bords.

Et il y a aussi Falls, l'inspectrice noire et célibataire qui se découvre enceinte mais heureuse d'avoir la possibilité d'avoir de "grosses loloches".



Il n'y a aucune enquête policière dans ce livre et les amateurs de policiers bien classiques risquent de ne pas trouver leur compte. Mais à coup de citations musicales ou littéraire et d'humour bien noir et cynique, Ken Bruen nous transporte jusqu'à San Francisco où Fenton compte retrouver son ex pour la dégommer à coup de batte de base-ball, à Galway où Brant fait la connaissance d'un cousin éloigné sous un flot de bière et à Londres où les exhibitionnistes se font dégommer par les vieilles dames.



"- Il s'exhibait ? Je veux dire, est ce qu'il ... montrait ses parties ?

- Son John Thomas, vous voulez dire ? Je lui ai répondu :"Vous savez, il faudrait que vous vous rapprochiez, mon garçon, parce que j'ai la vue qui baisse".

Falls se mordit les lèvres. "Et qu'est ce qui s'est passé ?"

- Il s'est approché de moi et je lui ai planté mon Bic dans son engin. Et là, il s'est mis à hurler et la police est arrivée ..."


[...]

"Je ne voudrais pas abuser de votre gentilesse, mais est ce que je pourrais récupérer mon Bic ?" "


J'aime bien les aventures des inspecteurs R&B, mais je préfère quand même Jack Taylor et c'est ce que je conseillerai à quelqu'un qui n'a jamais lu Ken Bruen.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

[Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé Empty Re: [Bruen, Ken] Le mutant apprivoisé

Message par Sharon le Mar 26 Fév 2013 - 11:03

Mon avis :

Si vous cherchez une enquête policière policée et bien construite, passez votre chemin. Ici, comme toujours dans ce charmant commissariat, les policiers sont aussi imprévisibles et irrespectueux des lois que le commun des délinquants – si ce n’est plus. Je ne vous parle même pas du superintendant, qui mâche consciencieusement son thé (si, c’est possible), ou des agents qui ne souhaitent qu’une chose : une promotion.
L’amitié entre Roberts et Brant connait un flottement dans ce volume. Roberts ne parvient pas à dire à Brant qu’il souffre d’un cancer, quant à Brant, il prendra des congés pour se remettre de ce que le mutant, l’homme de main de Bill, lui a fait – mais après avoir signifié au sus-nommé Bill sa façon de penser, sa manière de voir, et je suis au regrêt de vous dire qu’une innocente peluche a été injustement maltraitée. Il faut vraiment être naïf pour le menacer ET le laisser en vie.
En attendant, Brant fait du tourisme. En Irlande. Chez son cousin Pat. Qui lui fait découvrir les vertus du thé au petit déjeuner. Mais pas n’importe lequel. Surtout, Brant se voit confier une mission : ramener en Angleterre l’un des deux membres du duo Sparadra, duo de tueurs découverts dans le premier tome, Le gros coup. Ce duo n’aurait pas dû, lui non plus, s’en prendre à Brant, ils n’auraient pas dû tuer le jeune agent pour lequel Brant avait beaucoup d’estime. Partir à New York était une bonne idée (d’autres ont choisi San Francisco), s’attaquer aux américains, grands possesseurs d’armes à feu devant l’Eternel n’en était pas une. Et Brant sur le sol américain, en flic représentatif de la police anglaise vaut à lui seul le détour.
Le mutant apprivoisé illustre à lui seul deux maximes : le hasard fait bien les choses et on n’est jamais si bien servi que par soi-même. A méditer.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 9146
Age : 41
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur de français/ mes animaux de compagnie, cinéma, musique classique, généalogie.
Genre littéraire préféré : romans policiers, romans classiques, théâtre, littérature de jeunesse.
Date d'inscription : 01/11/2008

https://deslivresetsharon.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum