Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Pyun, Hye-Young] Le jardin

Aller en bas

Votre avis ?

[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_lcap50%[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_lcap50%[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_lcap0%[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_lcap0%[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_lcap0%[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_lcap0%[Pyun, Hye-Young] Le jardin Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2
 

[Pyun, Hye-Young] Le jardin Empty [Pyun, Hye-Young] Le jardin

Message par Cassiopée le Mer 2 Oct 2019 - 22:35

[Pyun, Hye-Young] Le jardin 97827411

Le jardin ( 홀 The Hole)
Auteur : Hye-Young Pyun
Traduit du coréen par Lim Yeong-Hee avec la collaboration de Lucie Modde
Éditions : Rivages (2 octobre 2019)
ISBN : 978-2743648725
160 pages

Quatrième de couverture

Ogui, paralysé et défiguré après un accident de voiture ayant causé la mort de sa femme, se retrouve enfermé chez lui sous la tutelle d'une belle-mère étrange. Cette dernière, une veuve respectable, le néglige peu à peu, le laissant affronter seul sa rééducation et le deuil de son épouse. Plus étrange encore, elle s'obstine à creuser un immense trou dans le jardin entretenu autrefois par sa fille.

Mon avis

Parce qu’il est temps…

C’est la première fois que je lis Hye-Young Pyun et j’ai été séduite ! Son écriture et son style sont presque indéfinissables. Un mélange de détachement et de froideur ajouté à un petit côté irrévérencieux, un tantinet moqueur. C’est un régal parce que ça sort des sentiers battus et que l’atmosphère particulière qui se dégage est captivante.

Ogui est enseignant en faculté avec un doctorat de géographie. Sa femme, après plusieurs tentatives d’activités professionnelles, ne travaille plus. Elle s’occupe du jardin de la maison qu’ils ont acheté. Enfin, elle s’occupait parce que lorsque ce roman commence, Ogui est sur son lit d’hôpital, défiguré, paralysé, incapable de communiquer à part avec une paupière et sa femme est décédée… C’est par l’intermédiaire de ses ressentis, énoncés par le narrateur, que nous allons découvrir ce qu’était sa vie. Ogui était marié et son épouse passait tout son temps à l’extérieur, plantant, déplantant, sarclant, bêchant, ratissant, …. Des fleurs, d’autres semences, des arbres, des plantes grimpantes…. Elle ne vivait que pour son lopin de terre ….. Elle essayait de transmettre son intérêt pour la verdure à Ogui mais cela ne le fascinait en rien…

Ce jardin a pris de plus en plus de place dans leur vie, il les a envahis comme le liseron, les lianes ….Alors les époux se sont peu à peu éloignés l’un de l’autre, à cause d’une incompréhension et d’une difficulté récurrente à communiquer (de plus Madame avait tendance à interpréter les faits, les gestes, les paroles…). Et puis, un jour l’accident, elle meurt. Ogui est alors totalement dépendant et sa belle-mère, veuve, va venir régulièrement à l’hôpital avant de prendre les choses en main pour un retour à domicile avec des soins appropriés. Pourquoi gère-t-elle tout ça ? Veut-elle garder son gendre sous sa coupe ? A-t-elle une réelle affection pour lui ? Ou manigance-t-elle quelque chose ? Ogui va-t-il progresser, devenir un peu plus autonome ?

Au fil des pages, nous découvrons l’improbable quotidien de Ogui et comment un être en totale détresse se retrouve à ne plus être maître de rien. Ce sont des petits riens qui mis bout à bout vont déstabiliser le peu d’équilibre de cet homme. Une lente toile d’araignée se tisse autour de lui, pernicieuse, insidieuse. On s’aperçoit que Ogui n’était peut-être pas un saint homme. On pourrait s‘apitoyer sur son sort mais l’auteur (et c’est tout à fait jubilatoire) par petites touches dresse son portrait et finalement l’empathie qu’on devrait éprouver s’amenuise (j’ai pensé à La Métamorphose de Kafka) … C’est vraiment très fort de sa part parce qu’on se pose la question de savoir si elle nous dit la vérité ou si elle nous manipule pour que l’image de Ogui se déforme petit à petit ….

Plusieurs aspects sont très intéressants dans ce recueil. Il y a l’évolution des personnages, surtout celle de Ogui mais aussi de sa femme et de sa belle-mère. Toutes les deux n’existent que par leur fonction, leur prénom n’est pas dit (leur rôle dans la vie de Ogui a prévalu sur ce qu’elle sont lorsqu’elles ne sont pas avec lui ?)… et on voit combien l’air de rien tout ce qu’elles ont mis en place peut influencer le cours du destin, les rapports qu’Ogui entretenaient avec l’extérieur avant et après l’accident …. L’ambiance de ce récit est tout à fait jubilatoire alors que le propos est triste. C’est sans aucun doute parce que l’auteur nous présente les différentes situations avec une forme d’effronterie comme si elle ironisait sur le devenir de chacun.

J’ai vraiment énormément apprécié cette lecture tout à fait atypique ! Et la couverture est magnifiquement bien pensée !!!






_________________
[Pyun, Hye-Young] Le jardin Cassio11
Cassiopée
Cassiopée
Admin

Féminin
Nombre de messages : 12215
Localisation : Saint Etienne
Emploi/loisirs : enseignante
Genre littéraire préféré : un peu tout
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Pyun, Hye-Young] Le jardin Empty Re: [Pyun, Hye-Young] Le jardin

Message par lalyre le Mer 2 Oct 2019 - 23:24

Cassiopée j'ai commencé ce livre et j'aime beaucoup, pour la couverture je suis d'accord avec toi flower
lalyre
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 7763
Age : 88
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Pyun, Hye-Young] Le jardin Empty Re: [Pyun, Hye-Young] Le jardin

Message par Cannetille le Ven 1 Mai 2020 - 11:46

Complètement paralysé après un accident de voiture qui a coûté la vie à son épouse, ne s’exprimant plus que par battements de paupières, Ogui, la quarantaine, est finalement renvoyé à son domicile après une longue hospitalisation. Sa belle-mère, son ultime parente, s’installe chez lui. Insidieusement, au rythme des étranges comportements de la vieille femme, qui s’active notamment à creuser un vaste trou dans le jardin, s’installe un huis-clos étouffant et inquiétant…

J’ai été littéralement happée par cette terrible histoire qui s’ouvre sur le réveil d’Ogui après un long coma. Peu à peu lui revient la mémoire des événements qui ont mené à son funeste accident, un enchaînement de souvenirs qui finissent par dessiner le portrait de cet homme et la nature de ses relations passées avec son épouse, ses beaux-parents et ses collègues. Ogui a jusqu’ici mené une existence ordinaire, plutôt centrée sur lui-même et ses ambitions, ni pire ni meilleure qu’une autre, mais l’on comprend graduellement, au fil de ses réminiscences, ce que lui semble incapable de percevoir : son entourage a sans doute des raisons de le considérer d’un œil pas forcément bienveillant, et de ne pas compatir si spontanément à son sort actuel…

Dès lors, le malaise ne fait que se préciser, Ogui prenant conscience des impalpables menaces qui le cernent, lui qui se retrouve désormais dans une situation de totale dépendance et d’impuissance à se défendre si besoin. Dépossédé de son corps, réduit à une passivité physique qui l’oblige à subir son environnement sans recours, Ogui réalise qu’il risque de perdre aussi son statut d’être humain tout court, chacun pouvant désormais le traiter à sa guise, comme un vulgaire objet, en vérité plutôt répugnant.

Nous faisant vivre de l’intérieur l’enfermement d’un homme dans la prison qu’est devenu son corps inerte, à la merci d’un entourage désormais tout puissant sur son sort, ce récit réussit à instaurer un climat hautement angoissant et à faire frémir le lecteur dans un crescendo de tensions au dénouement implacable : la force des mésententes et des malentendus familiaux est décidément sans équivalent ! Grand coup de coeur. (5/5)
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1562
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum