Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Djoulait, Asya] Noire précieuse

Aller en bas

votre avis

[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_lcap50%[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_lcap50%[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_lcap0%[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_lcap0%[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_lcap0%[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_lcap0%[Djoulait, Asya] Noire précieuse Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2
 

[Djoulait, Asya] Noire précieuse Empty [Djoulait, Asya] Noire précieuse

Message par lili78 le Sam 25 Avr 2020 - 10:57

[Djoulait, Asya] Noire précieuse Aa74

Djoulait Asya - Noire précieuse
Gallimard (2020) – 176 pages
Collection : Continents noirs


Quatrième de couverture : "Tremblante, Céleste rassembla ce qui lui restait de courage pour observer les mains de sa mère qui remontaient la couverture, comme on ajuste un mensonge, comme on ferme un cercueil. Elles achevèrent de sortir Céleste de l'enfance. Elles étaient un feu de bois, labourées par la lave, tachées de flammes, de gris, de honte."Noire précieuse est l'histoire d'une mère qui tente de sauver sa peau en écorchant sa chair. Noire précieuse est l'histoire d'une relation tendre entre une jeune fille et sa mère, l'histoire des modes de communication qui circulent dans les rues de Paris, entre Château-d'Eau et le boulevard Saint-Germain. La langue nouchi rencontre le "français des Blancs", qui pénètre aussi l'argot ivoirien. Noire précieuse est l'histoire d'une relation sensuelle comme une caresse, violente comme une identité imposée du dehors et qui "excite le sang".

Mon avis : Asya Djoulaït nous offre un très beau premier roman, un voyage au cœur d’une culture riche et diversifiée.

Originaire de la Côte d’Ivoire, Oumou et sa fille Céleste, vivent à Paris dans un quartier africain. Oumou dirige plusieurs magasins de cosmétique. Céleste, grâce à son sérieux et son intelligence est sur le point d’entrer dans un des meilleurs lycées parisiens.
Cependant, sa mère joue à cache-cache avec ses origines en dissimulant la couleur de sa peau. En effet, elle utilise des crèmes qui ne se contentent pas de blanchir mais brûlent également l’épiderme. De son côté, Céleste a, tel un arbre, besoin de puiser dans ses racines pour s’épanouir.

Céleste est une jeune fille très attachante. Sa relation avec sa mère n’est qu’amour, protection et respect. Elle devra pourtant s’affirmer pour prendre son envol.

Venez découvrir Noire précieuse, mangez des queues de bœuf sauce graine et pacali, parlez le nouchi (argot ivoirien) et dansez sur un air de Coupé-décalé !

Extraits :
« -Donc c’est quoi la liberté pour toi ?
Après avoir réfléchi quelques secondes, Céleste s’exprima avec conviction :
-C’est quand tu peux choisir tes chaînes. C’est savoir que tu fais partie d’une lignée, mais que c’est pas un fardeau. C’est pas un poids sur ta tête quoi ! »

lili78
lili78
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2674
Age : 48
Localisation : chez moi
Emploi/loisirs : Bibliothécaire / lecture, cuisine, jardinage, balades
Genre littéraire préféré : un peu de tout suivant mes humeurs
Date d'inscription : 14/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

[Djoulait, Asya] Noire précieuse Empty Re: [Djoulait, Asya] Noire précieuse

Message par Cannetille le Mer 10 Juin 2020 - 12:53

Oumou a quitté la Côte d’Ivoire pour suivre son mari de « l’autre côté de l’eau » : à Paris, dans le quartier de Château-d’Eau spécialisé dans la beauté afro où elle vit désormais seule avec sa fille Céleste, elle vend des produits cosmétiques en ne pensant qu’à l’avenir et à la réussite de la jeune fille, dont la brillante scolarité l’emplit de fierté. A la croisée des chemins, Céleste découvre le Paris du Quartier Latin en même temps qu’elle se sent irrésistiblement attirée par le pays de ses racines.

Le grand charme de ce très agréable roman est d’abord sa langue, qui passe constamment du français châtié de la bourgeoisie parisienne que Céleste côtoie au lycée Henri IV, au langage populaire de la « Petite Afrique » de Paris, français métissé d’ivoirien et d’argot nouchi, aux tournures truculentes et chantantes. Cette immersion linguistique donne au récit de tels accents d’authenticité que j’ai été stupéfaite de découvrir a posteriori que l'auteur n’est ni ivoirienne, ni même originaire d’Afrique noire !

Cette histoire est avant tout celle d’un choc culturel entre l’Afrique et la France, d’un déchirement identitaire qui plonge les protagonistes dans une ambivalence complexe : Oumou, qui s’est détruit la peau en cherchant à l’éclaircir et qui entend ne jamais remettre les pieds en Afrique, rêve de réussite et d’intégration pour sa fille. Mais elle redoute autant de la voir épouser un blanc qu’elle s’effraie de son attachement à ses racines ivoiriennes. Céleste semble à l’aube d’un bel avenir professionnel, mais elle hésite d’autant plus entre deux continents et deux mondes, qu’elle s’apprête aussi à faire le grand écart entre son milieu populaire et l’élite intellectuelle parisienne.

Bien plus que les personnages masculins sans envergure de ce roman, comme Bosso qui échoue dans sa tentative d’émigration, ce sont ces deux femmes fortes et indépendantes qui semblent capables de façonner l’avenir, voire peut-être, pour Céleste, de contribuer par ses activités au développement du pays dont elle est issue. Dès lors, l’on est tenté de voir la moralité suivante à cette histoire et de lui pardonner ce qu’on pourrait peut-être lui trouver d’idéalisation : c’est par la formation de cadres autochtones soucieux de favoriser les initiatives de développement locales que l’on pourra répondre au leurre, et résoudre le désastre, de l’émigration économique massive. (4/5)
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1644
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum